Lire cet article dans:

Persistance du COVID-19 sur les matériaux, implications pratiques

La biosécurité dans les élevages est essentielle pour empêcher l'entrée de nouvelles infections et maladies porcines, mais les maladies humaines peuvent également être dévastatrices: le Covid-19 peut mettre en danger l'équipe humaine de notre élevage.

Article commenté


Aerosol and Surface Stability of SARS-CoV-2 as Compared with SARS-CoV-1. Letter published on March 17, 2020, at NEJM.org by Dr. van Doremalen, Mr. Bushmaker, and Mr. Morris. DOI: 10.1056/NEJMc2004973
Read the article summary

Commentaire

La biosécurité dans les élevages est essentielle pour empêcher l'entrée de nouveaux agents pathogènes et prévenir les maladies porcines. Les maladies porcines réduisent généralement la rentabilité de l'exploitation et c'est la principale raison pour laquelle nous voulons les maintenir en dehors de nos installations. Mais les maladies humaines peuvent également être dévastatrices pour la rentabilité de l'élevage, surtout lorsqu'elles sont contagieuses. C'est le cas de l'infection humaine au SARS-CoV-2 (Covid-19). Le Covid-19 peut mettre en danger les équipes de nos élevages. Cette étude sur la persistance du coronavirus dans différents matériaux et dans les aérosols peut nous aider à mettre en place des mesures dans les exploitations pour réduire le risque d'infection du personnel. Sur la base des connaissances dont nous disposons aujourd'hui, nous pouvons diviser les mesures en deux types: les mesures de biosécurité internes et externes.

Biosécurité externe

La règle de base dans ces circonstances est d'empêcher les visiteurs d'entrer dans l'élevage à moins qu'ils ne soient essentiels pour maintenir son fonctionnement normal. Si les visiteurs doivent entrer dans l'élevage, la norme minimale de biosécurité devrait être:

  • Laisser les chaussures hors des vestiaires.
  • Enlever les vêtements portés à l'extérieur de l'élevage.
  • Se laver les mains avec du savon pendant au moins 20 secondes et les désinfecter ensuite.
  • Prévoir une combinaison de travail, des bottes et un masque de protection. Le masque de protection empêchera les aérosols produits par un visiteur asymptomatique potentiel d'infecter d'autres travailleurs de l'élevage. Un masque FFP1 (masque avec filtration des aérosols) suffirait à contenir les éventuels aérosols infectés à l'intérieur du masque, en évitant la contamination d'autres personnes ou du matériel de l'élevage qui pourrait ensuite servir de fomites. Le masque doit être jeté une fois que le visiteur a quitté

Mais un élevage doit également introduire des matériaux tels que des doses de semence, des médicaments, des boucles, etc. que quelqu'un doit apporter aux installations. Ces matériaux peuvent être contaminés par des aérosols infectés et doivent être considérés comme des sources possibles d'infection. Nous décrirons ici quelques procédures faciles à appliquer qui peuvent aider à réduire le risque.

  • Un réfrigérateur accessible de l'extérieur de la clôture périphérique, qui permettra aux livreurs de déposer les doses de semence sans entrer en contact avec qui que ce soit à l'élevage. Demander aux différentes sociétés d'approvisionnement en semence de livrer les doses dans deux sacs en plastique, ce qui permet de retirer le contenu et de jeter le sac extérieur lorsque les doses de semence sont récupérées dans le réfrigérateur récepteur (rappelez-vous: le SARS -CoV-2 peut être viable en plastique jusqu'à 72 heures, selon les conditions environnementales). La poignée du réfrigérateur de stockage et son intérieur doivent être désinfectés à chaque collecte des doses. Le personnel de l'élevage doit porter des gants jetables pendant ce processus ou se désinfecter les mains par la suite. De cette façon, les doses de semence peuvent être placées en toute sécurité dans le réfrigérateur de stockage de l'élevage.
  • Créer une salle de réception et de quarantaine où les matériels livrés à l'élevage pourront être reçus pour les désinfecter avant leur introduction ou, si cela n'est pas possible, les laisser en quarantaine pendant au moins 2 jours. La majeure partie du matériel est livrée aux élevages dans des boîtes en carton. Nous avons vu dans cette étude que le virus peut rester viable pendant plusieurs heures sur du carton et les études précédentes sur la permanence du virus du SRAS-CoV sur papier parlent jusqu'à 5 jours, donc une quarantaine de deux jours sera conseillée pour réduire le risque. Mais, ce serait encore mieux si le matériel est retiré des boîtes en carton et si les boîtes sont jetées, sans les introduire dans l'installation. Idéalement, la salle de réception et de quarantaine du matériel doit être divisée en deux zones (propres et sales) séparées par un comptoir ou une étagère. Si la désinfection n'a pas été effectuée, les surfaces de comptoir ou les étagères doivent être désinfectées après le retrait du matériau.
  • Le virus peut rester sur du papier pendant quelques heures, par conséquent, si des documents externes doivent être signés dans la fenêtre de communication, l'utilisation de gants de protection est recommandée. Si cela n'est pas possible, les mains doivent être désinfectées par la suite. Les solutions concentrées d'alcool (> 70%) seront efficaces.
  • Dans le cas où du matériel volumineux doit être introduit (cages à truies, matériaux de construction, ventilateurs, etc.), une surface sera crée près de la clôture de périmètre, qui pourrait être désinfectée, où on pourra laisser le matériel pendant plusieurs jours en quarantaine ( 4-5 jours) qui réduisent également le risque d'introduction de virus. La durée de la quarantaine peut être réduite si le matériel peut être désinfecté.

Biosécurité interne

Toutes les personnes infectées par le SARS-CoV-2 ne développent pas de signes cliniques; une grande partie des personnes infectées sont asymptomatiques. Un travailleur d'un élevage infecté et exempt de symptômes peut éliminer le virus par les aérosols et infecter d'autres personnes ou contaminer des matériaux. Les mesures suivantes visent à réduire le risque de contagion chez les travailleurs.

  • Mise en place de groupes de travailleurs par zone ou emplacement sur l'exploitation. Les groupes doivent être organisés de manière à éviter tout contact entre eux et à établir des séparations physiques.
  • Si possible, des masques FFP1 doivent être fournis aux travailleurs car cela réduira le risque de propagation d'aérosols.
  • Étaler les entrées et les sorties des quarts de travail pour réduire les contacts entre les travailleurs..
  • Ne pas partager de verres ou de couverts. Les nettoyer avec de l'eau chaude savonneuse après chaque utilisation. Idéalement, les nettoyer au lave-vaisselle.
  • Organiser des quarts pour l'utilisation des espaces communs. Nettoyer et désinfecter le sol après chaque utilisation. Une solution à 1/50 d'eau de Javel (20 ml d'eau de Javel: 1 litre d'eau) permet une désinfection efficace et bon marché contre le coronavirus. La solution de lavage peut également être utilisée pour désinfecter les surfaces fréquemment touchées: tables et chaises, bureaux, tables de travail, poignées de porte, salles de bains, robinets, etc. Ne pas oublier que les masques seront retirés lorsque les gens boivent ou mangent, donc les zones communes sont plus à risque de devenir contaminées s'il y a un travailleur positif Covid-19.

Résumé de l'article commenté


Aerosol and Surface Stability of SARS-CoV-2 as Compared with SARS-CoV-1. Letter published on March 17, 2020, at NEJM.org by Dr. van Doremalen, Mr. Bushmaker, and Mr. Morris. DOI: 10.1056/NEJMc2004973

Cette étude a analysé la stabilité dans les aérosols et sur les surfaces du SARS-CoV-2 et l'a comparé au SARS-CoV-1, le coronavirus humain le plus étroitement apparenté.

Les données consistaient en 10 expériences avec les deux virus (SARS-CoV-2 et SARS-CoV-1) dans cinq environnements (aérosol, plastique, acier inoxydable, cuivre et carton) maintenus à 21-23 ° C et 65% d'humidité. relative.

Stabilité dans les aérosols: SARS-CoV-2 est resté viable dans les aérosols pendant la durée de l'expérience (3 heures) avec une réduction du titre infectieux de 103,5 à 102,7 TCID50 / L.

Persistance du coronavirus sur les matériaux


Le virus SARS-CoV-2 viable a pu être détecté jusqu'à 72 heures après l'application sur différentes surfaces, bien que le titre du virus ait été considérablement réduit. Le taux de survie du virus est fortement influencé par la température, l'humidité et la quantité de virus.

Plastique: SARS-CoV-2 est resté viable sur le plastique après 72 heures (de 103,7 à 100,6 TCID50 / mL)

Acier: SARS-CoV-2 est resté viable dans l'acier inoxydable après 72 heures (de 103,7 à 100,6 TCID50 / mL) avec une demi-vie estimée à environ 5,6 heures.

Carton: SARS-CoV-2, après 24 heures, n'était pas viable sur le carton mais les résultats doivent être pris avec précaution en raison de leur variabilité.

Le titre de virus viable dans les aérosols est exprimé en TCID50 par litre d'air. Les virus ont été appliqués sur du cuivre, du carton, de l'acier inoxydable et du plastique maintenus à une température de 21-23 ° C et une humidité relative de 40% pendant 7 jours. Le titre viral viable est exprimé en TCID50 par millilitre de milieu de collecte. Tous les échantillons ont été quantifiés par titrage au point final dans des cellules Vero E6. Les graphiques montrent les moyennes et les erreurs standard (barres) sur trois répétitions.

Le titre de virus viable dans les aérosols est exprimé en TCID50 par litre d'air. Les virus ont été appliqués sur du cuivre, du carton, de l'acier inoxydable et du plastique maintenus à une température de 21-23 ° C et une humidité relative de 40% pendant 7 jours. Le titre viral viable est exprimé en TCID50 par millilitre de milieu de collecte. Tous les échantillons ont été quantifiés par titrage au point final dans des cellules Vero E6. Les graphiques montrent les moyennes et les erreurs standard (barres) sur trois répétitions.

L'étude a révélé que la stabilité du SARS-CoV-2 était similaire à celle du SARS-CoV-1 dans les circonstances expérimentales testées. Les résultats indiquent que la transmission du SARS-CoV-2 par les aérosols et les fomites est plausible, car le virus peut rester viable et infectieux dans les aérosols pendant des heures et sur les surfaces pendant des jours (selon la quantité d'inoculum excrétée). Ces résultats font écho à ceux avec le SARS-CoV-1, dans lesquels ces formes de transmission étaient associées à des événements de propagation et de sur-diffusion nosocomiales, et fournissent des informations pour les efforts d'atténuation de la pandémie.

La biosécurité dans les élevages est essentielle pour empêcher l'entrée de nouvelles infections et maladies porcines, mais les maladies humaines peuvent également être dévastatrices: le Covid-19 peut mettre en danger l'équipe humaine de notre élevage.

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.
Publier un nouveau commentaire

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

Produits liés dans la boutique

La boutique spécialiste en élevage porcin
Conseil et service technique
Plus de 120 marques et fabricants

Articles liés