Perspectives de prix du porc : vers une hausse notable en 2019

En 2019, la production porcine européenne devrait se stabiliser. Une consommation intérieure baissière dans l’UE à 28 et une forte demande des pays tiers devraient tirer le prix du porc à la hausse.

En 2019, le prix du porc à la production devrait rebondir dans l’ensemble de l’Europe, par rapport à son niveau de 2018. L'offre européenne se stabiliserait alors que la demande en provenance des marchés tiers pourrait remonter d’environ 23 %. Cette tension entre offre et demande sur le marché européen tirerait le cours du porc en Europe. La moyenne du prix du porc classe SE en France devrait être supérieure de 16 % à celle de 2018. La hausse serait particulièrement marquée au deuxième trimestre (+ 22,5 %), par rapport à des cours bas et stagnant à la même époque l’an dernier. Ces prévisions sont issues de l'analyse des marchés mondiaux de l'Ifip, complétée par les avis d'experts européens.

L’offre de l’UE se stabilise en 2019

En 2019, les prévisions de production diffusées par Eurostat font état d’une augmentation de la production européenne. Au regard des résultats de l’enquête cheptel réalisée en novembre 2018 dans chaque Etat membre, les experts européens ont révisé ces estimations. L’offre européenne devrait se stabiliser à son niveau de 2018 malgré des tendances de productions contrastées selon les pays.

L’offre en Espagne et en France devrait progresser de respectivement 5 et 1,8 % en un an. En fin d’année 2018, d’après les statistiques nationales, les effectifs porcins dans ces deux pays étaient en hausse. En revanche, des reculs de production de 1 à 5 % sur l’ensemble de l’année sont attendus en Allemagne, comme aux Pays-Bas ou en Pologne. Ces trois pays sont affectés par de fortes chutes du cheptel porcin, et en particulier des truies. L’Allemagne et les Pays-Bas font face à une réglementation de plus en plus stricte en matière de bien-être animal et d’environnement. Les producteurs doivent alors réaliser d’importants investissements. En Allemagne, les naisseurs ont connu des difficultés financières au cours de l’année 2018. Ces nouvelles contraintes accélèrent ainsi le recul du nombre de porcs. En Pologne, la chute des effectifs porcins et de la production est en partie causée par l’épidémie de Fièvre Porcine Africaine qui touche le pays depuis 2014. Par ailleurs, les producteurs polonais sont de plus en plus tournés vers l’importation de porcelets danois, ce qui accentue la chute du nombre de truies. Enfin, la tendance est à la stabilité pour la production porcine au Danemark, au Royaume-Uni et en Italie.

Graphique 1. Evolution des importations chinoises (1000 tonnes, déclarations des exportateurs). Source : IFIP d'après douanes
Graphique 1. Evolution des importations chinoises (1000 tonnes, déclarations des exportateurs). Source : IFIP d'après douanes

Retour de la demande chinoise

Affectée par l’épidémie de Fièvre Porcine Africaine, la production porcine chinoise s’écroule. Pour faire face à ce déficit, la Chine repartira aux achats de manière conséquente. Les exportateurs européens répondront en partie à cette demande. Ainsi, l’IFIP estime que l’export vers les pays tiers pourrait augmenter de 23 % en un an.

D’après les données douanières portant sur le premier trimestre de l’année 2019, les importations chinoises ont atteint 668 400 tonnes, tous produits confondus. Elles sont en hausse de 9 %, par rapport à 2018. La Chine a importé moins d’abats (- 26 300 tonnes) que de viandes (+ 60 500 tonnes). Ces éléments confirment le manque d’offre en viande de porc, déficit qui pourrait s’accentuer au fil des prochains mois. L’épidémie fait rage sur l’ensemble du territoire et entraine une perte massive du cheptel porcin. Le nombre de truie a chuté de 21 % en mars 2019 par rapport à mars 2018. Ce recul des effectifs porcins ne permet pas une reconstitution suffisante des stocks nationaux, et devrait se poursuivre.

En revanche, la recrudescence des tensions commerciales entre la Chine et les Etats-Unis pourrait aussi impacter le marché mondial du porc. Les Etats-Unis, en pleine croissance productive, affichent par conséquences de moins bons résultats à l’export que l’an passé (- 4,5 % au premier trimestre 2019/18). Ces volumes supplémentaires disponibles pourraient modérer l’appel d’air venant du déficit d’offre en Chine.

Graphique 2. Top 10 : principaux fournisseurs de la Chine (1000 tonnes, déclarations des exportateurs). Source : IFIP d'après douanes.
Graphique 2. Top 10 : principaux fournisseurs de la Chine (1000 tonnes, déclarations des exportateurs). Source : IFIP d'après douanes.

Les prix européens repartiront à la hausse

En résumé, le raffermissement de la demande, dans un contexte de stabilité de l’offre européenne fera progresser le prix du porc à la production. En France, le prix du porc a déjà amorcé sa progression au courant du mois de mars. Le prix payé aux producteurs français a gagné près de 30 centimes entre le début d’année et le mois de juin. Comparé à sa valeur de l’an dernier, le prix du porc est en hausse de 19 % en mai 2019/18. La montée du prix devrait être graduelle au fil des mois, avec une hausse plus marquée au second semestre. En Allemagne, elle serait du même ordre, alors qu’en Espagne le cours du porc devrait progresser de 11,5 %. Le Danemark et le Pays-Bas sont plus optimistes avec des hausses allant de 25 à 33 % en un an.

Elisa Husson,
Ingénieur économiste,
IFIP-Institut du porc

Articles liés

Articles

Coup de chaud sur le marché de la viande !02-Jul-2019 il y a 1 mois 17 jours
Stabilité des cours25-Jun-2019 il y a 1 mois 25 jours

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.
Publier un nouveau commentaire

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

Vous n'êtes pas encore utilisateur de 333?inscrivez-vouset accédez aux cours du porc, au moteur de
recherche,...C'est gratuit et rapide
Etes vous enregistré dans 333?LOGINSi vous avez oublié votre mot de passe nous vous l'envoyons ici

tags