Lire cet article dans:

Peste porcine africaine: expériences avec ce vieux-nouvel ami

Un groupe de professionnels du secteur porcin raconte son expérience de terrain dans la lutte contre la peste porcine africaine.

Notre filière est confrontée à une menace mondiale due à la propagation du virus de la peste porcine africaine (PPA). Alors que les expériences avec la maladie augmentent, à partir de 333, nous souhaitons collaborer avec des professionnels du secteur afin de partager leur point de vue sur la manière d’agir face à ce défi. Cet article est le premier d'une série qui décrira l'expérience de terrain et les perspectives obtenues dans la lutte contre lea PPA. Les professionnels du porc que nous avons interrogés incluent un consultant international en production, des vétérinaires des pays baltes et de Pologne, ainsi qu'un spécialiste du laboratoire de référence russe. Apprenons de leurs différentes points de vue et expériences contre la maladie.

Nos quatre spécialistes en production porcine sont tous d'accord pour dire que cette période est très préoccupante pour l’industrie porcine. M. Corns, un consultant américain basé maintenant en Europe, travaille depuis plus de 10 ans dans l’UE, en Asie (principalement la Chine) et en Russie. Conseiller en production et en biosécurité auprès de grands clients intégrés verticalement, M. Corns considère la PPA comme le problème numéro un dans ces régions. Au cours de l'entretien, il a cité son collègue, le Dr Adrian Balaban de Roumanie, qui a déclaré qu'à ce stade, "il n'est pas nécessaire d'être infecté par la PPA pour être touché par celle-ci". Il a souligné sa préoccupation devant le fait que l'approche pour aborder la PPA était passée d'une échelle régionale à une échelle mondiale.

Le Dr. Cepulis est un professionnel expérimenté de la production porcine, dont les clients se trouvent dans les pays baltes de Lituanie (LT), Lettonie (LV), Estonie et dans certaines régions de Biélorussie. Il souligne que ses clients perçoivent la maladie comme une menace majeure qui peut rapidement mener leurs exploitations à la faillite. Dans le même temps, il souligne que les producteurs de basse-cour et les chasseurs ne sont pas très préoccupés par la propagation de la maladie. Selon lui, la clé de l'épidémiologie et de la prévention de la maladie dans cette région de l'Union européenne dotée de grandes forêts est le contrôle des interactions du sanglier avec les plus petites exploitations porcines. Il souligne également qu'en Estonie, les chasseurs professionnels ont été en mesure de réduire considérablement la population de sangliers et qu'au cours de l'année écoulée, aucun autre foyer n'a été enregistré dans une exploitation commerciale. En LT et LV, au cours de la même période, la chasse était pratiquée par des clubs de chasse non professionnels et leur nombre d'animaux n'a pas diminué. Il estime que cette différence accroît les risques de PPA en LT et en LV dans les élevages porcins domestiques.

Le Dr Karbowiak est membre de la plus grande clinique vétérinaire pour porcs en Pologne. Bien qu'il perçoive également que la PPA est le problème le plus important dans son pays, "la maladie ne les effraie plus" comme elle le faisait il y a trois ans, avec les premiers foyers dans sa région. Avec des clients en Pologne et en Ukraine, il visite une grande variété d’exploitations, des producteurs de basse-cour ne comptant pas plus de 30 truies aux grandes installations pouvant contenir jusqu’à 3 000 truies. Il est habitué à faire face aux conséquences des épidémies à proximité. Il est le seul professionnel de sa clinique à avoir diagnostiqué un foyer dans un élevage d'engraissement. L'objectif de sa clinique est de continuer à protéger tous ses clients indemnes de PPA, même si le virus est présent et actif dans son pays.

Notre dernier spécialiste est le Dr. Kolbasov, qui est actuellement directeur du centre de référence russe pour la recherche et le diagnostic de la PPA dans la région de Vladimir, en Russie centrale. Depuis 2007, le Dr. Kolbasov a été directement impliqué dans le diagnostic et l'investigation de tous les foyers signalés en Russie. Son expérience en matière de PPA inclut des cas impliquant des sangliers ainsi qu’un large éventail de segments de la filière, comprenant tous les types d’élevage porcin, d’usines de transformation et d’abattoirs. Il est également d'accord sur l'importance de cette maladie, qui porte également le surnom de "maladie commerciale". Il note que le niveau de préoccupation dans sa région dépendra de la mesure dans laquelle cette région dépend du commerce: "Si la région ne s'intéresse pas au marché extérieur, cela ne posera malheureusement pas de problème pour les producteurs de porc", a déclaré le Dr. Kolbasov. D'autre part, il considère que le PPA est un bon indicateur du niveau réel de biosécurité de la ferme. Il est fier de dire que les producteurs ont beaucoup appris et se sont améliorés avec cette expérience. Il nous a expliqué que l'absence d'épidémies de PPA dans certaines zones a été utilisée comme indicateur des améliorations de la biosécurité et, par conséquent, comme un bon indicateur de l'amélioration de la santé générale des exploitations porcines en Russie.

À l'exception de l'expérience chinoise de M. Corns, toutes les régions représentées par nos spécialistes du porc ont initialement été touchées par des épidémies chez les sangliers. Cependant, l'événement responsable de la transmission du virus à l'origine des épidémies commerciales était différent entre ces régions.

Le Dr Karbowiak a partagé avec nous que le principal événement responsable de l'infection de la maladie du sanglier à la frontière avec la Biélorussie, trois ans après sa découverte chez les sangliers, a été le mouvement illégal de porcs. Ce mouvement a transmis le virus à des installations commerciales situées à 100 km et, par conséquent, s'est propagé des élevages situés au nord au sud-est de la Pologne jusqu'à la Vistule (zone de forte concentration de sangliers).

Ayant travaillé en Russie avant l'entrée de la PPA dans le pays en 2007, le Dr Kolbasov a de nombreuses années d'expérience et peut décrire en détail la chaîne initiale des épidémies dans son pays. Ces foyers ont débuté en 2007 dans la région de Tchétchénie (c'est-à-dire la région frontalière avec la Géorgie et à faible densité porcine), puis ont sauté dans la région russe de l'Ossétie du Nord, affectant de nombreuses élevages commerciaux. Son expérience "lui dit" que lorsque le virus atteint les élevages commerciaux, il n'est pas difficile d'éradiquer la maladie de la région. Cependant, le problème devient plus difficile dans les régions où il existe une forte densité d'élevages de basse-cour, qui peuvent occuper plusieurs hectares et ont souvent des normes de biosécurité moins strictes. Le Dr Cepulis est d'accord avec ce scénario épidémiologique et sur le rôle des sangliers. Il décrit les étés comme la pire saison pour la transmission de la PPA entre la production domestique et les sangliers dans les pays baltes.

Enfin, M. Corns souligne la différence d'épidémiologie de la maladie en Chine et en Roumanie. En Chine, il n'y a pas un nombre significatif de sangliers jouant un rôle dans la transmission et pourtant, de très grandes installations commerciales à haute biosécurité sont infectées. En Roumanie, il existe un "cocktail épidémiologique" de sangliers, d'élevages de basse-cour et de grands systèmes infectés, et cette combinaison fait de la lutte contre la maladie l’une des plus difficiles de l’UE. Il souligne que mener une enquête adéquate sur les épidémies dans chaque cas a été très utile pour que ses clients identifient les erreurs de biosécurité.

Dans les articles suivants, nous décrirons comment nos professionnels ont décrit la maladie sur le terrain et comment les vétérinaires officiels réagissent à la menace d'épidémies.

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.
Publier un nouveau commentaire

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

Vous n'êtes pas encore utilisateur de 333?inscrivez-vouset accédez aux cours du porc, au moteur de
recherche,...C'est gratuit et rapide
Etes vous enregistré dans 333?LOGINSi vous avez oublié votre mot de passe nous vous l'envoyons ici

tags