Lire cet article dans:

Pour quand espérer le vaccin contre la PPA ?

Fernando Rodríguez, directeur du CReSA, nous explique à quel stade se situe le développement du vaccin contre la PPA.

Vendredi 9 Novembre 2018 (il y a 3 jours)
J'aime

Pourquoi n'avons-nous toujours pas de vaccin contre le PPA?

La PPA a été une maladie largement oubliée, surtout si l’on pense aux régions d’Afrique subsaharienne où le virus est resté endémique depuis son origine, contribuant à la pauvreté et à la malnutrition dans les zones touchées. Même à des moments où la maladie s'enkysta de manière endémique sur notre continent,il n'y eut jamais plus d’une douzaine de groupes de recherche s'intéressant à ce sujet, l’Espagne et le Portugal étant les plus représentés. Ainsi, il n’est pas surprenant que, en plus de 60 ans de connaissance du virus, seuls 1 454 articles sur la PPA en général ou 167 articles sur les vaccins et la PPA aient été publiés.

La première question à se poser est la suivante: pourquoi sommes-nous surpris qu’il n’existe pas de vaccin contre la PPA aujourd’hui? Prévenir pour prévenir, tel devrait être notre slogan pour l’avenir.

Le virus lui-même est complexe et son cycle épidémiologique également, avec plus d’un hôte sensible: les porcs et les sangliers en Europe aujourd'hui et beaucoup plus complexe en Afrique où il y a en plus deux réservoirs naturels: les tiques du genre Ornithodoros et les porcs sauvages africains.

Image en microscopie électronique d'une cellule infectée par le virus de la PPA.

Image en microscopie électronique d'une cellule infectée par le virus de la PPA.

Cependant, et il s’agit là d’une appréciation tout à fait personnelle, c’est notre incapacité historique à mener des recherches de manière solide et coordonnée sur cette question qui a rendu la situation encore plus complexe, après avoir même fermé les meilleurs laboratoires du monde à cette époque (début 2000). ) au motif que le virus n'était plus une menace. Maintenant, il y a le feu !.

Où en sont les recherches actuelles pour le développement d'un vaccin contre la PPA? Sur quelles lignes générales travaille-t-on? Quand sera-t-il possible d'avoir un vaccin contre le virus de la PPA?

Indépendamment de ce que nous venons de décrire, la recherche sur les vaccins contre la PPA a beaucoup progressé et nous sommes plus proche que jamais d'annoncer de bonnes nouvelles. En ce qui concerne le type de vaccin, dans les gardes lignes, nous pourrions évoquer

  • Les vaccins inactivés classiques ne fonctionnent pas contre le virus de la PPA, du moins tels qu'ils ont été formulés jusqu'à présent, probablement en raison de leur incapacité à produire les cellules T-cytotoxiques nécessaires pour éliminer les cellules infectées.
  • Les vaccins atténués, par des méthodes classiques ou par manipulation génétique, offrent des niveaux de protection fantastiques, du moins contre le virus parental. Aujourd'hui, cette stratégie est considérée comme la plus proche du marché et dans laquelle pratiquement tous les groupes de recherche sur le sujet ont placé leurs espoirs, comme en témoigne un rapport de la Commission Européenne récemment rédigé par des experts en ce domaine. Ce ne sera pas facile, car les prototypes actuels, y compris ceux développés dans les laboratoires de l'USDA à Plum Islande et ceux obtenus en coopération entre le Centre de Biologie Moléculaire Severo Ochoa et le CReSA-IRTA, devront être améliorés dans un avenir proche, essentiellement à partir du point de vue de leur sécurité et de leur capacité DIVA (qui permet de différencier les animaux vaccinés des animaux naturellement infectés). Le consortium formé par USDA-ARS et CReSA-IRTA garantit l'optimisation des prototypes. L’intérêt suscité dans le secteur des entreprises et le financement ouvert par l’UE nous permettent d’être optimistes quant à la possibilité d’avoir un vaccin atténué sur le marché d’ici 5 à 10 ans; en considérant toujours que ces délais sont donnés par un scientifique optimiste ayant très peu de connaissances en marketing commercial.
  • Vaccins atténués ou sous-unités. Le même rapport de la Commission Européenne nous encourage à continuer à travailler sur les vaccins du futur, basés sur des sous-unités. La complexité du virus, avec plus de 200 protéines différentes, et la difficulté de les transmettre in vivo de manière à ce qu'elles soient présentées de manière optimale au système immunitaire, recommande d'être plus conservateurs en termes de commercialisation. Malgré ses énormes avantages en termes de sécurité et de capacité DIVA, il est nécessaire de noter la faible efficacité démontrée jusqu'à présent par rapport au défi posé par une souche létale de virus de la PPA . Nous devons continuer à travailler en parallèle pour identifier à la fois les antigènes protecteurs du virus et les mécanismes immunologiques responsables de la protection. En bref, investir davantage dans la recherche fondamentale.

Avec les informations disponibles à ce jour, quel niveau d'efficacité peut être attendu dudit vaccin?

Il est toujours difficile d'extrapoler les résultats de laboratoire au terrain. La seule chose que nous puissions dire aujourd’hui, c’est que les prototypes de vaccins disponibles dans nos laboratoires protègent 100% des porcs vaccinés contre un CHALLENGE EXPERIMENTAL avec la Géorgie. En entendant comme protection la capacité d’éviter la mort (tandis que les animaux témoins meurent en moins de 10 jours). Il est vrai que, chez certains animaux, la quantité de virus détectée dans le sang et les sécrétions nasales est réduite par rapport aux animaux témoins.

Quels objectifs ce vaccin devrait-il atteindre?

Un thème de base est le niveau de sécurité et la capacité DIVA. Nous ne devons pas ignorer qu'il s'agit d'un vaccin vivant et qu'il doit donc être utilisé avec de nombreuses garanties de sécurité. L’utilisation de vaccins à base de sous-unités sera beaucoup plus facile et moins contraignante.

Bien que l’administration injectable sera très probablement mieux acceptée par la filière, il ne faut pas oublier une formulation à administrer par voie orale sous forme d’appât pour sanglier, similaire à celle testée contre la tuberculose ou la peste porcine classique.

Compte tenu de l'impact de la maladie ces dernières années, les ressources mondiales destinées à la recherche sont-elles suffisantes?

Peut-être que maintenant on accorde plus d’attention à la question et plus d’argent concret dans les actions, mais cela ne veut rien dire si ce n’est pas poursuivi sur le long terme.

La critique ne concerne pas seulement les autorités qui, à maintes reprises, n’ont pas pris cette maladie assez au sérieux, mais aussi les chercheurs eux-mêmes, qui considèrent parfois ces opportunités comme un lieu de pêche idéal sans s’impliquer réellement dans le problème. . Les ressources limitées du monde en général devraient nous inciter à repenser leur utilisation rationnelle. Je saisis cette occasion pour remercier publiquement le gouvernement espagnol pour les fonds qu'il a investi dans notre ligne de recherche depuis 2004, en y croyant avant même que le virus de la PPA ne menace de nouveau directement notre économie. Cela a permis à des sociétés comme Boehringer Ingelheim (au départ) et à d’autres d’être désormais intéressées par nos développements. Nous nous considérons très chanceux.

voir plus d'articles liés à l'article

Articles

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.
Publier un nouveau commentaire

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

Vous n'êtes pas encore utilisateur de 333?inscrivez-vouset accédez aux cours du porc, au moteur de
recherche,...C'est gratuit et rapide
Etes vous enregistré dans 333?LOGINSi vous avez oublié votre mot de passe nous vous l'envoyons ici

tags