Lire cet article dans:

Prévision du coût de l'aliment pour 2018: maïs

Y a-t-il une chance que la production de maïs aux États-Unis soit substantiellement réduite lors de la prochaine campagne ?

Vendredi 19 Janvier 2018 (il y a 5 mois 27 jours)

Bien que nous ayons commencé la nouvelle année avec de bonnes perspectives, l'un des facteurs clés qui pourraient faire dérailler les prévisions de profit, en particulier à la fin de 2018, est la réduction des stocks mondiaux de céréales secondaires et des oléagineux, qui sont maintenant à des niveaux quasi-records . L'abondance des matières premières pour les aliments du bétail des années passées a fait que les éleveurs, tant américains que du reste du monde pensent un faible coût de l'alimentation comme acquis . La figure 1 montre une baisse en douceur et une stabilité relative de tous les principaux ingrédients de l'aliment, ce qui a entraîné des prix d'alimentation faibles et stables. Cette incroyable suite de prix bas contraste avec ceux vécus après la hausse du prix du maïs en 2006, qui a été causé par son utilisation massive pour la production d'éthanol, le produit spéculatif lié à l'effondrement financier de 2008, qui a été suivie par la sécheresse de 2012 aux Etats-Unis, deux faits qui semblent déjà très lointains. Depuis cette période de prix extrêmes et de forte volatilité, le prix des aliments pour animaux a perdu de son intérêt en tant que sujet de conversation. Ici se trouve le danger.

Coût estimatif des ingrédients alimentaires pour produire un porc jusqu'à l'abattoir. Jan 2014 - Nov 2017 Iowa State University Estimated Swine Returns, Farrow-Finish

Coût estimatif des ingrédients alimentaires pour produire un porc jusqu'à l'abattoir. Jan 2014 - Nov 2017 Iowa State University Estimated Swine Returns, Farrow-Finish

Nous vivons dans un monde où la production mondiale et le transport des matières premières sont si répandus qu'ils sont critiques pour la production alimentaire mondiale et pour éviter les pénuries périodiques de nourriture ou même les famines localisées. C'est un système qui fonctionne plutôt bien la plupart du temps. Il peut y avoir une pénurie dans une ou deux régions sans grandes conséquences financières totales, en raison de la capacité d'atténuation des échanges. Cependant, une réduction importante de la production estimée aux États-Unis ou en Amérique du Sud pourrait envoyer des signaux d'une baisse future de la rentabilité de l'élevage. Pour le producteur américain, le prix du maïs est la principale préoccupation en ce qui concerne les coûts de l'aliment, car, dans ce pays, c'est le principal ingrédient de l'alimentation des porcs.

En règle générale, les États-Unis sont le premier producteur mondial de maïs avec environ 40% de la production mondiale. Dans la campagne 2016-2017, comme d'habitude, environ 37% de la production mondiale a été récoltée aux États-Unis et 21% en Chine. Le Brésil (8,3%), l'Argentine (3,5%) et l'Ukraine (2,6%) sont les principaux producteurs suivants; la production d'ensemble de l'UE-27, environ 6%, occupe une position intermédiaire entre le Brésil et l'Argentine. Les États-Unis, l'Argentine, le Brésil et l'Ukraine consomment moins de maïs qu'ils n'en produisent, ce qui explique pourquoi ils sont les principaux exportateurs. Les États-Unis sont le leader mondial de ce groupe, et ses principaux clients sont le Mexique, le Japon, la Colombie et la Corée du Sud. En dépit d'être parmi les 10 premiers producteurs, le Mexique et l'UE importent chacun entre 9 et 10% des exportations mondiales.

Les stocks finaux mondiaux de maïs restent à des niveaux historiquement supérieurs, au dessous du niveau de 200 millions de tonnes depuis 2014. Bien que, globalement, l'utilisation augmente car plusieurs régions augmentent leur effectif de bétail (dû, en partie , à l'aliment bon marché), le ratio réserves / utilisation, une mesure de «ce qui reste dans la boîte», reste autour de 20% dans le monde avec le niveau d'utilisation actuel, une valeur qui a été atteinte au début de 2014 Le ratio réserves / utilisation aux États-Unis est tombé sous la barre des 10% pendant la sécheresse de 2012, mais se rapproche désormais de l'indice de référence de 20% établi dans le monde.

Par conséquent, y a-t-il une chance que la production de maïs aux États-Unis soit substantiellement réduite lors de la prochaine campagne? C'est peu probable, mais pas impossible. La zone la plus septentrionale de la ceinture de blé du Middle West (Dakota du Nord, ouest du Nebraska et parties du Montana) a souffert d'une sécheresse sévère depuis l'année dernière, avec des conditions très sèches dans de grandes contrées qui traversent le sud-ouest du Minnesota. et le centre-ouest et le sud de l'Iowa.La situation s'est beaucoup arrangée mais quelle est la prévision pour l'année prochaine? Les agriculteurs ont tendance à orienter leurs cultures vers les céréales avec des prévisions de prix favorables, mais que choisir quand les excédents abondent? Certains envisagent de passer au blé, dont le prix est relativement meilleur que celui du maïs, mais il est probable qu'ils soient peu nombreux et que ce soit dans les zones marginales de production, à proximité mais à une distance sûre de la sécheresse. Le fait est que la production mondiale record continue à dépasser la consommation et à maintenir des stocks de maïs élevés et des prix très bas.

Le passage massif à la production porcine moderne en Chine continue d'augmenter le besoin en maïs et de réduire ses stocks, mais ils ont diversifié leurs fournisseurs dans de nombreux pays et remplacent le maïs là où l'offre est serrée et les prix non compétitifs.

Tendance saisonnière de la sécheresse aux États-Unis: du 21 décembre 2017 au 31 mars 2018

Tendance saisonnière de la sécheresse aux États-Unis: du 21 décembre 2017 au 31 mars 2018

L'augmentation du nombre de porcs aux États-Unis implique une augmentation de la demande totale de maïs, qui devrait augmenter d'environ 2% au cours de la prochaine campagne.. Sur la figure 2, nous pouvons observer les prévisions saisonnières de sécheresse pour la période actuelle jusqu'en mars 2018. En excluant l'impact sur la production de blé de la sécheresse persistante dans la partie ouest de la zone supérieure du Middle West, la plupart des zones de production de maïs semble raisonnablement sûre pour le moment. Cependant, il sera important de continuer à consulter cette prévision d'ici la fin de 2018 et au début de 2019. Si rien de grave ne se produit, il semble probable que l'aliment restera bon marché, à partir de ce que permet de voir la boule de cristal.

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

Vous n'êtes pas encore utilisateur de 333?inscrivez-vouset accédez aux cours du porc, au moteur de
recherche,...C'est gratuit et rapide
Etes vous enregistré dans 333?LOGINSi vous avez oublié votre mot de passe nous vous l'envoyons ici

tags