Principes de la marche en avant dans la conduite de votre élevage (II)

L'auteur s'adresse directement aux éleveurs. Il traite dans cet aricle traite de la gestion des personnes et des animaux et de la sectorisation sain / contaminé Voici quelques exemples d’a...

Lundi 5 Janvier 2009 (il y a 9 ans 10 mois 12 jours)
J'aime


L'auteur s'adresse directement aux éleveurs. Il traite dans cet aricle traite de la gestion des personnes et des animaux et de la sectorisation sain / contaminé

Voici quelques exemples d’amélioration des règles de travail qui pourront, dans tous les cas, vous être profitables.

- En quarantaine,

Le problème,
Vous devez dans un premier temps protéger votre élevage des intrants mais aussi éviter de contaminer trop brutalement les animaux.

La solution,
La personne en charge des truies devra, en fin d’activité (midi et soir), soigner les cochettes. Les précautions d’usage habituelles seront appliquées auparavant : lavage des mains et utilisation de cotte, bottes et charlottes.


- En maternité,

- Toujours travailler de la salle où sont les animaux les plus jeunes. Finir son travail avant de remonter vers la bande précédente.
- Se laver les mains avant de reprendre son travail dans une autre salle (impératif si l’on a manipulé les animaux).
- Une portée atteinte de diarrhée sera l’objet des derniers soins réalisés dans chaque salle.
- Passer dans le pédiluve avant d’entrer dans un nouveau local.


- En post sevrage,

- Achever tous les soins nécessaires à la dernière bande sevrée avant de passer à la bande précédente.
- Se laver les mains si l’on a manipulé les animaux.
- Pédiluve obligatoire.


- En engraissement,

- Travailler de la salle des plus jeunes à celle des plus vieux.
- S’il faut entrer dans une case (vérification des buvettes, malade, mort), le faire après avoir fini son tour de salle.
- Se laver les mains si l’on a manipulé les animaux.
- Pédiluve.


- Départ des animaux vers l’abattoir,

- Toujours terminer cette opération par la salle qui sera entièrement vidée.
- Si possible, commencer les tris dans les salles les plus éloignées du quai.
- Au niveau du quai de chargement, vérifier le sens de la pente qui doit être supérieure à 15 %. Bloquer toute possibilité de retours pour les porcs, prévoir la réception de l’écoulement des excréments et de l’urine, et le nettoyage par accès direct à un robinet d’eau, éviter les sols glissants (béton).


- Les couloirs,

- Prévoir un chemin « propre » et un « sale ». Si l’on considère attentivement ce point, l’on voit que c’est très souvent possible moyennant une quantité de travaux minimale.
- Une solution simple consiste, pour les opérateurs, à longer le mur côté salles à l’aller et à circuler à proximité du mur extérieur lors du retour.


- Les vêtements,

- Dans les élevages de grande taille, attribuer une couleur de cottes par section. Ainsi le porcher de maternité n’ira pas rendre visite à son collègue d’engraissement pendant son travail. Cette habitude permet inconsciemment de respecter son circuit de marche en avant, lequel peut être différent de celui de ses collègues.


- Les pédiluves et les lavabos,

- Ne pas hésiter à multiplier les pédiluves : la répétition des opérations de trempage aide en effet à maintenir un niveau hygiénique satisfaisant.
- Des lavabos propres et bien équipés (eau chaude, eau froide, essuie-mains propres et secs, savon liquide, robinet à pédale) sont des éléments indispensables à la rupture de la chaîne de contamination et, stratégiquement placés, ils participent au respect de la marche en avant par le porcher.


- L’équarrissage,

- Prévoir une aire sécurisée et dédiée à la collecte des animaux trouvés morts en élevage (3).
- Une entrée doit être placée sur une aire équipée d’une pente d’écoulement vers une fosse de collecte. Un point d’eau et un circuit d’accès facilité pour le camion pourront être adjoints. Pour une dépense très raisonnable, vous réalisez ainsi un site à risque maîtrisé respectant la marche en avant.


Ce qu'il faut retenir

La marche en avant fait partie des mesures de prévention et d’hygiène appliquées à l’élevage pour améliorer la santé du troupeau, abaisser le niveau de contamination et préserver de bonnes conditions sanitaires.

Le principe en est simple : le bon sens et un minimum de volonté suffisent à faire de grands progrès dans la pratique de tous les jours.

Eleveurs, parlez-en autour de vous, auprès de vos relations travaillant en abattoir ou en salaisonnerie, et vous verrez qu’elles seront surprises de votre question. Ce process est entré naturellement dans leurs règles de travail et ne leur apparaît nullement comme une contrainte.

Bibliographie

(1) Le porc et son élevage. Bases scientifiques et techniques. PEREZ and coll 1986.
(2) Mémento de l’éleveur de porc. Editions 2000. ITP/IFIP.
(3) La sécurité en élevage, une responsabilité partagée. UGPVB, GROUPAMA, MSA, SIFDDA, SARIA.

Articles

L’immunité cellulaire du porcelet, le PCV2 et la MAP12-Jan-2009 il y a 9 ans 10 mois 5 jours

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.
Publier un nouveau commentaire

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

Vous n'êtes pas encore utilisateur de 333?inscrivez-vouset accédez aux cours du porc, au moteur de
recherche,...C'est gratuit et rapide
Etes vous enregistré dans 333?LOGINSi vous avez oublié votre mot de passe nous vous l'envoyons ici

tags