Prix du porc : Cours stables et bas

C’est une nouvelle semaine sans grand changement sur les marchés du porc en Europe, les cours évoluant dans une globale stabilité, à des niveaux toutefois bien bas au regard des coûts de production qui n’ont, semble‐t‐’il, pas fini d’augmenter.

Les offres saisonnières sont élevées mais les poids tendent à se stabiliser sous l’effet d’une bonne activité, entraînée par la demande traditionnelle du secteur de la transformation pour les produits de fin d’année. Cette amélioration du commerce de fin d’année pourrait tout de même être compromise par le retour en force de l’épidémie de Covid.

L’Europe du nord semble plus affectée par la résurgence épidémique qui se traduit par un nouveau confinement en Autriche et des restrictions plus sévères en Allemagne. La baisse de la consommation hors foyer devrait être compensée par une meilleure demande des magasins sans impact immédiat sur les cours du porc. D’autre part, l’épidémie continue de réduire les capacités d’abattage, en Allemagne, la Bavière serait à présent plus impactée avec des répercussions sur le commerce.

En Espagne, la situation s’est à présent stabilisée, d’autant plus que les menaces de grève dans les abattoirs se sont maintenant éloignées. L’activité bat son plein notamment pour absorber une offre élevée, gonflée par des anticipations à l’approche des 2 fériés du 6 et 8 décembre qui ralentiront probablement l’activité dans les outils. Sur le marché intérieur, la demande du secteur de la transformation anime le commerce tandis qu’à l’export, les ventes de sous‐ produits en Chine permettent de valoriser les carcasses. L’équilibre du marché profite à la stabilité du cours qui devrait se prolonger encore quelques semaines.



En Italie, les prix du porc enregistrent une hausse moyenne de 4 centimes du kilo vif dans un contexte d’offre pas trop élevée et d’une bonne demande de la transformation, ce qui devrait se poursuivre au moins durant les 2 semaines à venir.

Aux Etats‐Unis, la tendance baissière du prix du porc se poursuit. Les abattages de la semaine 46 ont été de 2,635 M, en hausse de 0,8 % par rapport à la semaine précédente mais en baisse ‐3,4% par rapport à la semaine équivalente 2020. Le ministère américain de l'agriculture (USDA) a annoncé la semaine dernière qu'il allait autoriser un essai qui permettra à certains abattoirs de porcs de fonctionner pendant un an à des cadences d'abattage supérieures à la cadence maximale actuelle de 1 106 porcs par heure. Par ailleurs, les stocks frigorifiques à fin octobre restent bas avec 200 000 tonnes environ, soit 1,7 % inférieur à l’an dernier.

En Chine, la hausse reste d’actualité avec au 25 novembre un prix moyen qui s’élève à 18,36 CNY pour un équivalent de 2,55 euros.

MPB : lundi + 0,2 cent ; jeudi + 0,8 cent



Le cours du porc au MPB a repris 1 centime la semaine passée et s’élève à présent à 1,245 euro. L’activité de la semaine écoulée a été plus faible de 3 166 porcs comparée à la précédente et les poids ont, par conséquent, augmenté de 127 grammes à 96,54 kilos.

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.
Publier un nouveau commentaire

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

La boutique spécialiste en élevage porcin
Conseil et service technique
Plus de 120 marques et fabricants

tags