Prix du porc : hausse au nord, stabilité au sud

Un retournement de situation s’est opéré sur les marchés européens. Ces hausses du prix du porc interviennent dans un contexte de regain de demande.

Un retournement de situation s’est opéré sur les marchés européens, plus précisément dans le nord de l’Europe où des hausses de cours du porc ont été enregistrées : Allemagne + 5 cents, Autriche + 5 cents, Pays-Bas + 6 cents, Danemark + 2 cents, Belgique + 4 cents du kilo vif. Ces hausses du prix du porc interviennent dans un contexte de regain de demande, notamment en provenance du secteur de la transformation qui s’anime pour honorer les commandes liées aux fêtes de fin d’année. Le déséquilibre offre demande est d’autant plus marqué que ces pays voient leur production de porcs baisser fortement depuis des mois.

En Allemagne, la situation de marché s’améliore nettement avec la reprise des affaires liées aux fêtes de Noël. Les reports d’abattage issus des fériés ont disparu et les offres disponibles sont parfois même limitées. Dans le secteur de la transformation, la production de saucisses est en hausse. Les marchés de Noël, qui peuvent à nouveau avoir lieu, stimulent le commerce de ce type de produits. Les tarifs sont majoritairement stables sauf pour les épaules et les filets, en hausse. Comme constaté la semaine précédente, les abattages sont en augmentation et se placent parmi les plus élevés de l’année. Tous les prix sont à la hausse : porcs, coches et porcelets.

En Belgique, dont le cours avait déjà augmenté de 1 cent du kilo vif la semaine précédente, la rapidité avec laquelle le marché s’est retourné est jugé spectaculaire et une nouvelle hausse de 4 cents du kilo vif est enregistrée. Sur le marché de la viande, les tarifs sont stables à l’exception des longes qui ont été revalorisées. Les ventes à l’export sont portées par une bonne demande des pays de l’Est. Dans le sud de l’Europe, où les baisses de production sont moins accentuées, c’est la stabilisation des prix du porc qui semble prévaloir.

En Espagne, la filière connaît une situation totalement inédite avec des offres qui demeurent toujours inférieures à la demande. D’une part, les abattoirs sont à la recherche de porcs pour couvrir leurs coûts de production et d’autre part, la production subit depuis de longs mois, les conséquences de problèmes sanitaires. Les poids qui ont considérablement augmenté ces dernières semaines évoluent à présent sur un rythme plus modéré. Le pays va connaître 2 jours fériés début décembre qui vont se traduire par l’équivalent d’une baisse d’une demi-journée d’abattage, ce qui devrait prolonger l’équilibre de marché. C’est après les fêtes que la situation sur le marché de l’offre risque de se tendre réellemen.

Comme la semaine précédente, le marché italien va à rebours du mouvement européen puisque le prix s’est replié de 2 centimes. Le manque de rentabilité a récemment contraint les abattoirs à réduire leur activité provoquant des reports d’abattage associés à un afflux d’offres par anticipation.

Ailleurs, aux Etats-Unis, la baisse du prix du porc se poursuit selon une tendance saisonnière. Le prix reste toutefois 20% supérieur à la même référence de l’an passé. L’USDA a estimé les abattages de la semaine précédente à 2,6 M de têtes, en hausse de 4,1% par rapport à la semaine précédente mais en baisse de 1% par rapport à la même semaine 2021. L’activité a été ralentie la semaine dernière avec le férié de Thanksgiving (jeudi 24 novembre). Le prix de la dinde a fortement augmenté cette année en raison de l’inflation et des conséquences de la grippe aviaire. Certains consommateurs pourraient envisager des plats de viande alternatifs pour leurs fêtes de fin d'année, comme le jambon qui se place au deuxième rang des viandes de fête les plus populaires du pays.

De même, en Chine, le cours du porc est toujours en baisse et s’établit à 23,36 CNY le 25 novembre 2022 (3,12 euros).

MPB : Stable lundi à 1,808 euro, baisse de 0,2 cent jeudi à 1,806 euro

Au Marché du Porc Breton, le prix a connu la même évolution que la semaine précédente à savoir une stabilité le lundi 21 novembre à 1,808 euro et une légère baisse de 0,2 cent le jeudi 24 novembre à 1,806 euro. Comme une semaine auparavant, toutes les positions à l’achat ont été exprimées ce qui s’est traduit par le léger repli observé à l’issue de la séance du jeudi. La fluidité n’est pas totalement revenue dans les élevages, rendant difficile toute résistance de la part des groupements vendeurs. L’activité d’abattage sur la zone Uniporc Ouest est en hausse légère de 1 094 porcs à 380 935 porcs ; Pour la première fois depuis 10 semaines et après avoir augmenté de 2,7 kilos, les poids repartent à la baisse et s’établissent à 96,6 kilos (-55 g). Sur les 47 premières semaines 2022 et sur des bases comparables, l’activité est en baisse de 448 269 porcs (-2,6%) avec toutefois un jour férié supplémentaire en 2022, ce qui maintient de toute façon la production en baisse autour de 2%.

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.
Publier un nouveau commentaire

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter