Prix du porc : Poursuite des tendances

Après la grande effervescence liée aux préparatifs des fêtes de fin d’année durant une grande partie du mois de décembre, le calme est revenu sur le commerce du porc en Europe la semaine dernière, à quelques jours de Noël.

27 Décembre 2022

Dans un contexte très particulier pour cette fin d’année 2022, avec des fériés placés un dimanche et des niveaux d’offres particulièrement bas, les cours ont été globalement reconduits et pour certains jusqu’aux premiers jours de janvier 2023.

C’est le cas en Allemagne où la prochaine cotation sera établie le 4 janvier. Le commerce du porc a été très dynamique durant une grande partie du mois de décembre permettant une bonne fluidité dans les élevages et le ralentissement des affaires ces deux dernières semaines de l’année ne devrait pas provoquer trop d’excédents. D’autre part, le résultat du recensement du cheptel porcin allemand au 3 novembre 2022 montre une baisse totale de 10,2 %, soit un recul de 2,4 M de porcs. Selon Destatis, depuis 2020, la baisse du nombre de porcs est de 18,2 %, soit 4,74 M de porcs en moins. Depuis 10 ans, le nombre de porcs a diminué de 24,7 %, soit 7 millions de têtes, tandis que le nombre d'exploitations a même baissé de 43,5 % (13 000 exploitations).

A noter au Danemark que Danish Crown abaisse son prix de 12,60 DKK à 12,20 DKK, soit une baisse équivalente à 5 centimes d’euro. Ce nouveau prix d’acompte sera valable pour les semaines 52-2022 et 01-2023.

En Espagne, la référence a été également reconduite jeudi dernier. Comme dans les autres grands bassins européens, l’heure est à présent à la réduction d’activité. Il faudra attendre en début d’année la mise à jour des reports d’abattage pour avoir une meilleure lecture du marché. Si les offres ne sont pas pléthoriques, la demande des pays tiers reste primordiale pour conserver la fluidité sur le marché intérieur. Pour le moment, les affaires sont calmes notamment vers l’Asie, les tarifs élevés constituant parfois un obstacle à de plus gros volumes de ventes. La situation est identique en Italie où la demande est orientée principalement vers les produits de viande fraîche dont les prix ont baissé car le pic des ventes est à présent passé.

Aux Etats-Unis, les prix reste sur sa tendance baissière de même que les abattages qui évoluent toujours sous les niveaux de l’an passé.

En Chine, le prix n’en finit plus de baisser pour s’établir le 22 décembre à 17,09 CNY (2,31 euros). Les offres de porcs sont en hausse en cette fin d’année tandis que la consommation reste sous les niveaux attendus, la résurgence épidémique du Covid contrariant fortement la reprise espérée après l’assouplissement des restrictions sanitaires.

MPB : Cours en hausse minimale de 0,1 cent à 1,808 euro

A l’issue de la séance du lundi 19 décembre, le cours du porc a été réévalué de 0,1 cent à 1,808 euro. Tous les lots de porcs ont été vendus dans une fourchette restreinte de 0,2 cent même si certains lots ont été clairement convoités. La séance du jeudi 22 décembre a laissé en revanche 430 porcs sans enchères (qui ont toutefois été affectés à un abattoir) pour un résultat stable à 1,808 euro. La situation actuelle contraste fortement avec celles des années précédentes où la position des abattoirs traduisait un faible engouement pour la couverture de leurs besoins tant les offres étaient alors bien supérieures à la demande. L’activité sur la zone Uniporc Ouest a été réduite pour cause de trêve de Noël, les abattages se sont élevés à 343 578 porcs, en baisse de 29 249 porcs. Les poids reprennent 94 g à 96,07 kilos.

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.
Publier un nouveau commentaire

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter