Prix du porc : Tendances inchangées

Les tendances rencontrées ces dernières semaines sur les marchés du porc vivant se poursuivent malgré des tensions persistantes en provenance du secteur de l’aval.

C’est ainsi qu’en Allemagne, les producteurs ont résisté à la forte pression exercée par les abattoirs dont certains appellent à une nouvelle baisse du prix du porc. Toutefois, Selon AMI, une baisse du prix ne changerait rien à la volonté d’achat des abattoirs. Il est vrai que depuis la semaine du 1 er novembre, le marché de l’offre est suffisamment approvisionné pour les besoins modérés des abattoirs. Il est à noter cependant de légères impulsions sur le marché de la viande tant pour les produits à la consommation que ceux destinés au secteur de la transformation. Des actions promotionnelles sont menées dans les magasins et stimulent les achats sans toutefois générer un flot de commandes. L’abattoir Vion Allemagne qui avait baissé son prix de 5 cents à 1,85 euro la semaine précédente a reconduit son cours pour cette nouvelle semaine (rappel prix AMI : 1,90 €). Dans les autres pays du nord de l’Europe, très connectés au marché allemand, la tendance est également à la stabilité du prix.

En Belgique, l’activité a été réduite en raison de la présence des 2 fériés de novembre (le 1 er et le 11) et l’offre de porcs est actuellement bien supérieure à la demande même si la production est en forte baisse en comparaison avec les années antérieures. Comme ailleurs, le commerce est à la peine, acheteurs et consommateurs restent prudents dans leurs achats.

En Espagne, où le prix de référence de Mercolleida a baissé modérément de 1,4 cent du kilo vif, la situation de marché se répète semaine après semaine. Les poids sont en hausse significative tout en demeurant sous les mêmes références de l’année dernière. Les offres sont toujours insuffisantes face aux grandes capacités d’abattage des entreprises. Sur le marché intérieur, le prix de la viande s’est stabilisé et le commerce à l’export se poursuit lentement vers l’Asie du sud-est tandis que la Chine tend à se tourner vers des fournisseurs sud- américains aux tarifs plus avantageux.

En Italie aussi, la pression des abattoirs est plus forte d’autant plus que sur le marché de la viande, certaines pièces comme les longes ont enregistré de fortes baisses de tarifs ce qui a mis à mal la rentabilité des entreprises. Dans ce contexte plus difficile, le cours du porc, en hausse depuis le début de juin, s’est finalement replié de quelques millièmes.

Aux Etats-Unis, le prix du porc poursuit son repli mais se maintient bien au-dessus des mêmes références des années passées. Les dernières statistiques des exportations américaines fournies par l’USMEF montrent que les ventes totales de produits porcins du mois de septembre se sont élevées à 222 202 T, en hausse de 1,1 % par rapport à septembre 2021. La valeur des exportations a augmenté de 9% à 664,8 M $, le plus haut depuis juin 2021. Les expéditions vers le Mexique restent vigoureuses bien que celles de septembre soient inférieures à l’an passé ce qui constitue une première depuis le début 2021.

En Chine, le prix du porc est à la baisse et s’établit à 25,42 CNY le 10 novembre pour un équivalent de 3,49 euros. Les autorités chinoises ont encore sorti récemment 10 000 tonnes supplémentaires de viande de porc provenant des stocks stratégiques de l'État. Cela porte le total des stocks mis sur le marché depuis le 8 septembre à 137 000 tonnes. Achats et mise sur le marché de la viande de porc des réserves stratégiques sont effectués dans le but de stabiliser le prix du porc.

MPB : nouvelle baisse de 4,9 cents dans la semaine

Au Marché du Porc Breton, le cours du porc n’en finit pas de s’effondrer. Il a perdu 24,4 centimes depuis son plus haut niveau à 2,054 euros le 6 octobre dernier. De plus, la présence des fériés du 1 er et du 11 novembre ont ralenti l’activité et généré des reports d’abattage. Dans ce contexte, les groupements vendeurs sont dans l’incapacité de résister en produisant des invendus et assistent, impuissants, à l’effondrement du cours. L’activité sur la zone Uniporc Ouest des 2 semaines fériées enregistre de fortes baisses, bien plus importante que celle observée depuis le début de l’année, estimée à 2,5% environ. En effet, au cours de la première semaine de novembre, les abattages étaient en baisse de près de 5% (sur des bases comparables à celles de l’an passé), tandis que ceux de la semaine dernière, à 313 350 porcs, accusent une baisse de 4% en comparaison avec la semaine du 11 novembre 2021 ! Les poids sont en hausse de 146 g avant l’interruption d’activité du 11 novembre à 95,96 kilos, 117 grammes au-dessus de la même référence 2021.

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.
Publier un nouveau commentaire

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter