Lire cet article dans:

Un avenir très incertain nous attend

Guillem Burset analyse la situation actuelle de la filière porcine espagnole sur le marché européen et mondial et nous donne des indices sur ce qui est à prévoir pour 2023.

Le mois de juin se termine après quatre augmentations relativement tangibles (+ 0,014 + 0,017 + 0,018 + 0,018 et + 0,028 €/kg vif), soit au total exactement 0,077 €/kg. Cela signifie que le prix actuel du porc blanc espagnol est de 1,626 €/kg vif, ce qui équivaut à 2,14 €/kg en carcasse.

À l'heure actuelle, le prix espagnol est le plus élevé de l'UE. En fait, cela tend à se produire chaque année à cette époque. Parmi les principaux exportateurs mondiaux, seuls les États-Unis ont un prix nettement supérieur au prix espagnol. Comparons les prix des deuxième, troisième, quatrième et cinquième producteurs mondiaux à l'heure actuelle pour prendre du recul :

Pays €/kg carcase Equivalence en €/kg vif
Etats-Unis 2,61 1,98
Espagne 2,14 1,626
Allemagne 1,85 1,41
Brésil (*) 1,68 1,275

(*) Prix moyen entre Minas Gerais et Santa Catarina ; différence de 11 centimes en vif

Avec la flambée des prix des aliments pour animaux (ainsi que de l'énergie) en raison du conflit en Ukraine, les coûts d’élevage d'un porc sont montés en flèche. L'engraissement d'un porc sur notre continent coûte aujourd'hui environ 1,55 €/kg vif. En Europe, seule l'Espagne a un prix de marché à ce niveau ; tous les autres éleveurs de porcs européens se situent dans la fourchette de prix allemande, ils sont donc déficitaires (et sont dans le rouge de manière quasi pérenne depuis octobre 2020, impossible de résister). Les éleveurs brésiliens n’ont pas non plus les meilleures conditions.

Le prix des truies a chuté en Allemagne et dans les pays voisins, signe évident d'une nouvelle vague d'abattage de mères provoquée par le fait que des éleveurs désespérés abandonnent l'activité. L'avenir de l'élevage porcin en Europe centrale s'annonce maigre et impuissant, avec beaucoup moins de porcs que jamais auparavant. Les éleveurs subissent des pertes depuis des mois et des mois et la seule conséquence logique est la réduction de l’effectif.

Le marché intérieur de l'UE est actuellement soumis à une forte pression : d'une part, la réduction effective de l'offre de porcs vivants est un fait. Peu de porcs sont proposés à l'abattage et, pour aggraver les choses, nous avons connu une vague de chaleur extrême au cours d'un mois de juin sans précédent (toutes sortes de records ont été battus à cet égard en Espagne), ce qui va ralentir la croissance partout. Beaucoup moins de porcs en vue.

D'autre part, la demande est atone depuis des semaines ; en mai, la météo n'était pas bonne et les fameux barbecues allemands n'ont pas tiré le marché. Le mois de juin est devenu court et en juillet, les villes allemandes commencent à se vider, de sorte que la demande ne peut provenir que des zones touristiques. La viande n'augmente pas (et le porc non plus en Europe, sauf la semaine dernière en Allemagne), si bien que l'abattoir espagnol voit sa marge négative augmenter. L'heure approche de la réflexion répétée chaque année : "Tuer pour perdre ? Non merci". Nous allons bientôt le détecter.

Rappelons la trajectoire de cette année : en février, le prix du porc a augmenté de façon fulgurante, poussé par une force irrésistible (alors que nous partions d'une base très basse) ; la viande n'a pas augmenté, freinée par les stocks énormes résultant des grands abattages de décembre et janvier. En mars, les prix de la viande ont augmenté à toute vitesse, faisant plus que rattraper le retard accumulé le mois précédent.

Les prix que la viande destinée à la consommation industrielle atteignait si volontiers se révélaient chers à l'exportation, de sorte que la meilleure destination possible - en termes de prix - pour la viande européenne était... l'Europe ! Et comme nous avons un excédent et que la viande est restée à l'intérieur de nos frontières... il y a finalement eu un excédent, ce qui a provoqué l'inévitable chute des prix. Voilà le point où nous en sommes.

On sait qu'il y a des limites à la vente de viande de porc ; lorsque son prix franchit certaines lignes rouges, il se produit ce qu'on appelle une substitution de consommation : l'acheteur se détourne vers d'autres protéines (produits laitiers ? légumineuses ?). Et en période de crise (comme aujourd'hui : une inflation annuelle à deux chiffres n'est pas une blague), le phénomène semble s'accentuer.

L'avenir est donc loin d'être clair : les porcs continueront à être chers à produire et avec un consommateur en berne, on ne sait pas comment les choses vont évoluer. Une offre très restreinte suffira-t-elle à soutenir les prix à l'automne/hiver de cette année ? Ou la baisse de la consommation sera-t-elle trop importante et les porcs baisseront ?

À ce stade, il semble approprié de poser une autre question : qu'adviendra-t-il de la production porcine européenne en 2023 ? Nous pensons qu'il y aura une réduction significative au niveau mondial ; dans le prochain commentaire, nous tenterons d'élucider ce point en fournissant des données, des informations contrastées et les opinions de certaines des principales personnalités de la filière.

Comme souvent, il est important de ne pas perdre la perspective : en Espagne, nous sommes en difficulté mais nous ne sommes pas les seuls et la plupart de nos collègues (concurrents) européens font pire.

Comme l'a écrit Ramon Llull, un célèbre Majorquin mort en 1315 après 90 années de vie fructueuse : "Le pauvre qui a de l'espoir vit mieux que le riche qui n'en a pas".

Guillem Burset

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.
Publier un nouveau commentaire

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

Articles liés

Nouveau scénario

Guillem Burset analyse la situation actuelle du marché européen du porc, qui entre en territoire inconnu : flambée des prix, exportations enrayées, matières premières et énergie qui s'envolent, manque de porcs...