Lire cet article dans:

Le rôle des sources de protéines hautement digestibles dans les régimes post-sevrage sans ZnO

1 commentaires

Les protocoles de digestibilité standard mesurent la digestibilité uniquement à l'extrémité de l'iléon en utilisant des modèles de porcs en croissance. Ces protocoles sont-ils valables chez les porcelets récemment sevrés ?

Antécédents

La période post-sevrage d'un porcelet peut être divisée en deux phases physiologiques différentes : la phase aiguë (première semaine post-sevrage) et la phase de maturation (de la semaine 2 à la semaine 5-6 post-sevrage). Pendant la phase aiguë, les porcs présentent une faible consommation alimentaire, un retard de croissance, une fonction gastrique et intestinale déficiente(et donc une mauvaise digestion et malabsorption) et une dysbiose du microbiote intestinal (et par conséquent une fermentation réduite). D'autre part, pendant la phase de maturation, la consommation alimentaire et la croissance sont restaurées en améliorant la fonction gastro-intestinale.

Les interventions nutritionnelles utilisées dans les régimes post-sevrage doivent aller de pair avec les différentes étapes physiologiques : pendant la phase aiguë, l'accent doit être mis sur la santé intestinale en incluant des ingrédients hautement digestibles et agréables au goût, des acides aminés fonctionnels et des ingrédients à particules grossières tandis que la capacité de fixation des acides, le rapport entre les fibres fermentescibles et inertes (<1) et la teneur en protéines de l'alimentation sont réduits ; tandis que l'objectif pendant la phase de maturation est de maintenir les porcelets en bonne santé et de stimuler la croissance en augmentant la teneur en protéines (et le rapport lysine digestible iléal standardisée/énergie nette ou Lys DIS : EN), incluant les acides gras à chaîne moyenne comme source de graisse et permettant un rapport plus large entre fibres fermentescibles et fibres inertes (> 1,5).

Le rôle du niveau et de la qualité des protéines brutes

Des niveaux élevés de protéines brutes (PB) sont un facteur de risque important de diarrhée post-sevrage chez les porcelets sevrés (Heo et al. 2008), car la fermentation des PB non digérées à l'extrémité de l'intestin grêle et du côlon peut provoquer la prolifération de bactéries pathogènes. et la production de produits nocifs tels que les amines biogènes et l'ammoniac entre autres, ce qui conduit à la diarrhée. D'autre part, la désamination et l'excrétion des protéines en excès par l'urine ont un coût énergétique supplémentaire pour le porcelet.

Un point crucial dans la formulation des régimes alimentaires pour les jeunes animaux est que la plupart des données de digestibilité ont été obtenues dans des études de digestibilité standard utilisant des animaux adultes. Ceci est essentiel lorsque des ingrédients riches en protéines sont utilisés chez des animaux dont la fonctionnalité du tractus gastro-intestinal est immature. Il a déjà été rapporté (Batal et Parsons, 2002 a, b) que la digestibilité de l'énergie métabolisable (EM) et des acides aminés (AA) d'un régime maïs-FS (farine de soja) augmente considérablement avec l'âge (0 à 21 jours ) en raison de changements dans la digestibilité de la FS. Dans une étude ultérieure (Batal et Parsons, 2003), la valeur de lysine digestible et d'EM de la FS, du concentré de protéine de soja, de l'isolat de protéine de soja et de la caséine ont évolué différemment selon l'âge.

Un autre facteur important qui semble susciter plus d'intérêt parmi les articles scientifiques est le taux de digestion des sources riches en PB. Dans une étude de Montoya et al. (2018), le taux de protéines digérées entrant dans l'intestin grêle (c'est-à-dire sortant de l'estomac) a clairement prédit le taux de digestibilité des AA et l'emplacement de l'absorption des AA dans l'intestin grêle. Ces résultats suggèrent que la digestion et l'absorption des protéines hautement digestibles ont lieu principalement dans la première moitié de l'intestin grêle, tandis que les protéines faiblement digestibles sont digérées et absorbées dans tout l'intestin grêle avec un risque plus élevé d'avoir des PB non digérées à l'extrémité de l'iléon. . . .

Dans une récente thèse de doctorat réalisée à l'Université de Wageningen (Chen, 2017), des différences dans la digestibilité de la PB ont été signalées le long de l'intestin grêle chez le porc (tableau 1). Les résultats de cette thèse suggèrent que la protéine plasmatique séchée (PPS) est une source de protéines rapide et hautement digestible, puisque la digestibilité de la PB issue du régime avec PPS était de 59% dans l'intestin grêle proximal, par rapport à un régime avec FS, dont la digestion de PB n'était que de 26%. Fait intéressant, des coefficients de digestibilité plus égaux ont été obtenus entre les deux régimes à la fin de l'iléon pour le régime FS (74 %) et dans le troisième segment de l'intestin grêle pour le régime PPS (76 %). Dans l'ensemble, ces résultats suggèrent que les futures études pour déterminer la digestibilité PB/AA devraient être réalisées chez les jeunes porcelets et devraient inclure des mesures de la cinétique des protéines (détermination de la digestibilité PB/AA tout au long de l'intestin grêle). Ceci est en contraste avec les protocoles de digestibilité standard qui mesurent la digestibilité de PB et AA uniquement à la fin de l'iléon en utilisant des modèles de porcs en croissance.

Tableau 1. Digestibilité apparente de la PB (%) des régimes expérimentaux contenant une seule source de protéines tout au long de l'intestin grêle des porcs en croissance (de Chen, PhD, 2017)

% FS Protéine plasmatique séchée
1er segment intestin grêle 11,9 57,0
2ème segment intestin grêle 25,8 59,0
3ème segment intestin grêle 54,8 75,6
4ème segment intestin grêle 74,4 86,6
Fécal 83,4 95,9

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.
28-Jul-2021amont29amont29bonjour,
est-ce que la familiarisation précoce des porcelets en maternité reduit l'impact de la phase aigüe et améliorerait donc les performances méthabolique et l'assimilation des aliments en PS ?
on constate un gain notable de GMQ et d'IC avec cette pratique, mais est-ce seulement lié à une conso plus rapide des aliment (pas de bagarre/stress) ou est-ce que ça a un réel impact sur la digestion ?
Publier un nouveau commentaire

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

Articles liés