Lire cet article dans:

Que dois-je faire pour que mon programme de contrôle du SDRP réussisse ?

Le but ultime de tout programme de contrôle devrait toujours être d'arrêter la circulation du virus chez les reproducteurs pour créer un flux négatif d'animaux en croissance.

Nous devons garder à l'esprit qu'il est difficile de spécifier des mesures générales de contrôle du SDRP. Chaque élevage a une série de caractéristiques intrinsèques qui impliquent que les protocoles à mettre en œuvre doivent être adaptés. Les mesures à mettre en œuvre différeront selon le type de système de production (c.-à-d.production en phases ou en cycle fermé), si l'élevage dispose ou non d'une quarantaine et d'une adaptation adéquats, et si le cheptel de renouvellement est externe ou interne, entre autres facteurs.

D'autre part, l'objectif du programme de contrôle peut se limiter à éviter l'apparition de signes cliniques associés à l'infection ou, option que nous considérons la plus appropriée, à décider que l'objectif final de tout programme de contrôle doit toujours être d'arrêter la circulation du virus chez les reproducteurs pour créer un flux négatif d'animaux en croissance. Autrement dit, atteindre la stabilité réelle de l'élevage, car sinon, le risque de nouveaux foyers de la maladie persistera toujours.

Avec cet objectif à l'esprit, la première étape serait de savoir quelle est la véritable situation de départ sur l'élevage. Pour cela, il est nécessaire de mettre en place un programme de suivi des porcelets en maternité pour déterminer s'ils sont positifs ou négatifs à la naissance. Il existe différentes méthodes pour suivre les porcelets et la plus appropriée doit être choisie dans chaque cas, en tenant compte de sa sensibilité à détecter les animaux infectés, de son coût et de la facilité de prélèvement. Si l'élevage est stable, l'objectif sera de maintenir ce statut grâce à des programmes d'adaptation des truies de remplacement. Si l'élevage n'est pas stable, même en l'absence de signes cliniques, il faut mettre en place des mesures de contrôle spécifiques visant à parvenir à l'arrêt de la circulation du virus chez les reproducteurs.

En particulier lorsque la situation est épidémique ou que la proportion de porcelets infectés à la naissance est très élevée, pour parvenir à l'arrêt de la circulation virale entre les reproducteurs, un programme de fermeture de l'élevage doit être mis en œuvre. Pour cela, l'entrée des truies de remplacement nécessaires doit être programmée pour minimiser la diminution de l'effectif et le vieillissement de l'élevage et par la suite fermer l'élevage à l'entrée de tout type d'animal pendant une période d'au moins huit mois. Cette mesure doit s'accompagner d'un programme de vaccination de tous les reproducteurs pour entraver, en établissant une bonne immunité, la circulation des virus sauvages (Linhares et al., 2014).

Cependant, la gestion du renouvellement est un point critique pour atteindre la stabilité et la maintenir au fil du temps. Tout d'abord, et incontestablement, l'origine des truies de renouvellement doit être négative, quel que soit le statut sanitaire de l'élevage de destination. De cette manière, nous pourrons éviter l'entrée périodique de nouvelles souches de SDRPv qui, comme nous le savons, parviennent éventuellement à échapper à l'immunité de la population résidente. Deuxièmement, nous devons mettre en place un programme de quarantaine et d'adaptation pour les futurs reproductrices. Pendant la quarantaine, nous vérifierons analytiquement que les truies sont négatives à l'entrée et à la sortie de celle-ci. Lors de l'adaptation, l'objectif que nous poursuivons est d'immuniser les truies pour limiter les risques d'infection lorsqu'elles sont déjà en production.

Comment immuniser le cheptel de remplacement ? Vaccin ou virus du terrain ?

L'immunisation des truies de renouvellement peut être réalisée par exposition à la souche virale circulant dans l'élevage ou par des programmes de vaccination. Pour décider quelle est la meilleure stratégie possible, nous devons prendre en compte une série de facteurs qui incluent le statut sanitaire de l'élevage de destination, l'âge des truies à l'entrée dans l'élevage, la durée de la période d'adaptation et la possibilité de maintenir les truies isolées. En règle générale, il faut tenir compte du fait que l'immunisation par exposition au virus de terrain n'est adéquate que lorsque l'élevage est en situation d'épidémie ou lorsqu'il est possible d'infecter de très jeunes truies (de pas plus de deux mois), quand peut assurer une infection rapide de l'ensemble du lot et lorsque les installations permettent une période d'isolement suffisamment longue. Il faut se souvenir sur ce point de la durée de l'infection chez les individus et de la possibilité que les animaux non virémiques transmettent efficacement le virus.

Il est important de se rappeler que le virus a été détecté par RT-PCR jusqu'à 251 jours après l'infection expérimentale et le virus infectant jusqu'à 257 jours après l'infection.

Ce virus pourrait garder sa capacité de se transmettre à des animaux non infectés puisque différentes études expérimentales ont montré une transmission dans des périodes comprises entre 2 et 5 mois après l'infection, longtemps après l'arrêt de la virémie.

Si toutes ces conditions ne sont pas réunies, les programmes d'adaptation devraient être réalisés exclusivement par vaccination, en assurant l'isolement des truies pour éviter leur infection par le virus de l'élevage jusqu'à ce qu'elles aient une immunité suffisante. Il s'agit de l'échec le plus courant des programmes d'adaptation, qui ne parviennent pas à éviter l'infection des truies lorsqu'elles sont sur le point d'entrer en production. Le suivi des animaux pendant l'adaptation permet de limiter ce risque, mais ne suffit pas à le prévenir complètement. Nous devons garder à l'esprit qu'il ne suffit pas de limiter au minimum le nombre d'entrées annuelles dans un élevage, mais plutôt qu'une période d'adaptation suffisamment longue doit être garantie dans chaque lot pour obtenir une bonne protection. En général, plus les truies entrant dans l'élevage sont jeunes, mieux le programme de lutte peut être conçu.

Autres mesures de gestion pour contrôler le SDRP

Ces mesures devraient être accompagnées d'autres qui contribuent à freiner la propagation du virus dans d'autres groupes, telles que les mesures McREBEL en maternité, la mise en place de systèmes tout plein-tout vide stricts en post-sevrage et engraissement ou la mise en place de programmes de nettoyage et de désinfection corrects. Même lorsque cela est possible, il peut être approprié de mettre en place un programme de ségrégation des pochettes, qui aidera à stabiliser l'élevage. Enfin, il faut se rappeler que les mesures de biosécurité internes doivent être accompagnées d'un bon programme de biosécurité externe qui aide à prévenir les infections latérales.

Si nous prenons en compte tous ces facteurs, nous avons une chance de parvenir à un contrôle efficace du SDRPv, mais si nous ne le faisons pas, nous échouerons très probablement dans la tentative.

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.
Publier un nouveau commentaire

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

Articles liés