Lire cet article dans:

Peut-on appliquer les principes de production plein-air dans un élevage intensif ? Nettoyage et désinfection (I / II)

Malgré ses limites, il s’agit d’une approche différente de la production porcine et de certaines pratiques de gestion qui peuvent nous faire réfléchir lorsque nous sommes confrontés à la conduite et à la conception de bâtiments en élevage intensif.

Vendredi 15 Février 2019 (il y a 1 mois 6 jours)
1 J'aime

Au Royaume-Uni, sur 400 000 truies en production, 40% sont élevées dans des systèmes de type camping (abris plein-air). La plupart d'entre eux font partie d'un programme de contrôle et d'audit du bien-être qui permet aux produits carnés de porter le label RSPCA Assured , garantissant le respect de normes de bien-être strictes, portant notamment nés àsur les mises-bas en extérieur et l'élevage sur un litière de paille jusqu'à l'abattage. Ces porcs sont payés entre 6 et 10 pence (7 à 11 centimes) de plus par kilo que ceux d’un élevage conventionnel.

Traditionnellement, la production "outdoor" (plein-air) a été inférieure à la production intensive ("indoor") en termes d'efficacité et de valeurs de production. Cependant, au cours des dernières années, le secteur a connu une importante professionnalisation, en grande partie grâce à des lignées génétiques spécialement sélectionnées pour l'"outdoor" et à l'investissement de grands groupes de producteurs. Certains supermarchés se sont engagés à ce que toutes leurs viandes fraîches soient accompagnées d'un certificat RSPCA Assured, créant ainsi un marché beaucoup plus stable pour le producteur. Les données de l'AHDB de 2017 ont révélé que les 1/3 supérieur des élevages "oudoor" avaient réussi à sevrer 26,33 porcelets par truie par an, avec une mortalité en lactation de 11,18%, ce qui n'est pas très éloigné de la moyenne de la production intensive, 26,8 sevrés par truie et par an et une mortalité de 11,96%.

Le plus gros point faible de l'élevage "outdoor" est l'impossibilité de contrôler toutes les phases du cycle de production. Il faut se fier à la biologie de la truie et lui fournir les conditions adéquates pour produire et élever des porcelets. Malgré ses limites, il s’agit d’une approche différente d'aborder la production porcine et de certaines pratiques de gestion qui peuvent nous faire réfléchir lorsque nous sommes confrontés à la conduite et à la conception de bâtiments en élevage intensif.

Nettoyage et désinfection

Il serait logique de supposer que le manque d'hygiène, les installations étant impossible à nettoyer et à désinfecter, pourrait être la cause de la détérioration de l'état sanitaire des truies et des porcelets dans le système plein-air. Cependant, ce n'est pas comme ça. Si les litières sont bien entretenues et que la paille est de bonne qualité, l’hygiène est très bonne. Les élevages sont déménagés tous les deux ans, les litières de paille sont ramassées ou brûlées après chaque sevrage et on profite des désinfectants naturel: soleil et séchage.

En ayant accès à la paille, aux plantes et à la terre pour se développer, la flore intestinale des porcelets "en plein air" au sevrage est beaucoup plus variée et équilibrée que celle des porcs élevés sur des caillebotis. Dans une étude sur des souris, Sudo et al. (2004) ont constaté que les souris sans germes présentaient une réponse au stress et une activation du système hypothalamo-hypophyso-surrénalien supérieures à celles des souris gnotobiotiques ou SPF. Cette réponse accrue pourrait être partiellement corrigée en recolonisant la flore bactérienne de ces souris avec les matières fécales des souris SPF, mais seulement si cela était effectué à un stade précoce.

Des conditions d'hygiène excessives compromettent le développement du microbiote intestinal normal et du système immunitaire. Les porcelets logés dans des conditions stériles n'ont pas de bactéries dans l'intestin et leur système immunitaire ne se développe pas. Dès que ces porcelets sont exposés à un environnement bactérien, l'intestin est colonisé et le développement immunitaire est déclenché. Les porcelets qui ont têté des truies dans un élevage "plein air" commercial présentaient un rapport de cellules T auxiliaires (T-helper) / lymphocytes inflammatoires plus élevé et, par conséquent, la réponse immunitaire des porcelets "en plein air" face à la protéine de soja dans l'aliment sevrage était moindre. Des recherches menées dans les universités d'Aberdeen et de Bristol ont montré que l'environnement du premier jour de vie avait un impact considérable sur les premières bactéries colonisatrices qui rendraient l'intestin plus ou moins attractif pour les groupes bactériens qui arriveraient plus tard. Si les porcelets des élevages "indoor" et "outdoor" sont séparés de leur mère à un jour d'âge, qu'ils sont mélangés dans un environnement propre et fumigué et qu'ils y restent pendant 8 semaines, le système immunitaire des porcs "plein-air" réagit très différement aux antigènes présents dans l’environnement par rapport aux "indoor". L'administration d'antibiotiques à de très petits porcelets modifie complètement la composition de ces premières bactéries colonisatrices, ce qui peut les rendre plus sensibles à certaines maladies. (Lewis, 2013).

Les porcelets sevrés ayant reçu une transplantation de microbiote fécal de vieilles truies présentaient moins d'individus affectés par le PCVAD (maladies associées au circovirus porcin), une mortalité et une morbidité inférieures à celles du groupe témoin et des niveaux accrus d'anticorps après une co-infection avec le SDRP et le PCV2 (Niederwerder et al., 2018).

Il est déconseillé de ne pas nettoyer les salles de mises-bas, surtout en cas de problème de diarrhée néonatale. Cependant, nous devrions peut-être envisager, au lieu d'administrer des traitements antibiotiques, de leur donner une combinaison de bactéries bénéfiques par le biais de prébiotiques et / ou de probiotiques à titre de mesure préventive pour coloniser l'intestin. Le problème pour le moment, c’est que davantage de recherches sont encore nécessaires pour déterminer quelle est cette combinaison parfaite. En médecine humaine, les transplantations de flore intestinale sont fréquentes maintenant pour coloniser le système digestif avec le microbiote désiré après des interventions chirurgicales..

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.
Publier un nouveau commentaire

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

Vous n'êtes pas encore utilisateur de 333?inscrivez-vouset accédez aux cours du porc, au moteur de
recherche,...C'est gratuit et rapide
Etes vous enregistré dans 333?LOGINSi vous avez oublié votre mot de passe nous vous l'envoyons ici

tags