Lire cet article dans:

Recommandations pour la prévention et le contrôle de la Peste Porcine Africaine dans les pays à risque (II)

Dans cette seconde partie sont décrites les actions à mener quand la maladie est déjà présente dans le pays.

Dans la première partie de cet article, une série de mesures ont été exposées, par ordre chronologique, quand la PPA n'est pas présente dans un pays et que l'on doit s'en prévenir. Dans cette seconde partie, on décrit les mesures à prendre quand la maladie se trouve déjà dans un pays.

Zonage et compartimentation : Quand la maladie est déjà présente, mais seulement dans une partie du pays, le zonage devient une stratégie importante pour l'élimination progressive ou l'éradication. Pour appliquer le zonage, il est essentiel que les autorités soient capables de séparer les zones infectées et indemnes et puissent faire des contrôles stricts du mouvement des porcs et de leurs produits entre les zones. La compartimentation est un concept similaire, où les "zones" sont basées sur la création de sous-populations avec un système de biosécurité commun, par exemple, séparer, avec une biosécurité importante, le secteur commercial de la production de basse-cour, avec peu de biosécurité.

Porc en extensif attaché à un arbre pour éviter des dommages aux cultures proches à Homa Bay – Kénya

Porc en extensif attaché à un arbre pour éviter des dommages aux cultures proches à Homa Bay – Kénya

Contrôle des mouvements : Après un épisode ou un cas suspect, on doit s'imposer des mesures strictes dès que possible, ce qui implique qu'il n'y ait pas de mouvements de porcs, de viande de porcs ni de matériels potentiellement contaminés depuis l'élevage infecté. S’il s’agit de porcs en extensif, ils doivent être enfermés. Personne ne doit sortir de l'élevage sans se changer (ou se désinfecter) les vêtements et les chaussures. Pour prévenir la dissémination de la maladie, on doit établir des aires avec une restriction des mouvements.

Abattage sanitaire (et abattage sanitaire partiel) et élimination : L'abattage sanitaire consiste à éliminer les animaux infectés, normalement aussi ceux qui ont été en contact avec eux, y compris ceux des élevages voisins. L'abattage des animaux doit se faire (si c'est possible sur l’élevage même) de façon humaine, c'est-à-dire, en respectant le bien-être animal. Quand on a terminé l'abattage des animaux, les cadavres doivent être éliminés de façon sûre sur l'élevage même, en les brûlant ou en les enterrant pour éviter qu'ils ne soient utilisés pour la consommation ou que les porcs sauvages et les sangliers ne puissent y accéder. L'élimination d'un grand nombre de cadavres en peu de temps peut représenter un défi logistique mais aussi un problème environnemental. Après la destruction des cadavres, on doit laver complètement les installations, les véhicules et les équipements. Le défi le plus important lors d'un abattage sanitaire est que les propriétaires des porcs ne veulent pas abattre leurs animaux sans une compensation correcte et avantageuse. Cela peut favoriser la dissémination par le mouvement illégal d'animaux et de produits infectés. De cette manière, on ne doit pas appliquer l'abattage sanitaire sans un programme d'indemnisations.

Indemnisation : L'indemnisation est la clef pour encourager les éleveurs à informer des épisodes dès que possible. Comme on l'a dit avant, le manque d'une compensation adéquate et avantageuse pour les animaux abattus peut entraîner : 1) des épisodes non signalés, 2) un abattage d'urgence de la part de l'éleveur pour sa propre consommation ou vente, 3) une dissimulation des animaux ou de leurs mouvements vers d'autres élevages ou 4) une élimination inadaptée des cadavres sur des aires accessibles pour d'autres porcs domestiques, sauvages ou sangliers.

Repopulation. Après le nettoyage et la désinfection, les élevages dépeuplés ne doivent pas ^tre à nouveau remplis avant au moins 40 jours après. Si on introduit des porcs sentinelles, ce qui est très recommandable, on doit les suivre (cliniquement et sérologiquement) au moins pendant 6 semaines pour détecter de possibles réinfections.

Contrôle des tiques. L'élimination des tiques du genre Ornithodorus des élevages porcins peut être un défi, particulièrement quand il s'agit de vieux bâtiments, à cause de la longévité des tiques, de leur résistance et de leur capacité à se cacher dans des fissures où les acaricides n'arrivent pas. Les bâtiments infestés ne doivent pas être utilisés pour loger les porcs. Au contraire, ils devraient être fermés pour éviter que les porcs puissent entrer ou même détruits et reconstruits sur un autre site. Les insectes hématophages peuvent propager le virus de la PPA de façon mécanique dans un élevage, par conséquent, on recommande les programmes de contrôle des insectes dans les élevages infectés.

Contrôle de la faune. Si la PPA se stabilise dans la population de sangliers (ou de porcs sauvages), le contrôle efficace sera beaucoup plus difficile. Par conséquent la stratégie sera de minimiser le contact entre les sangliers et les porcs domestiques par la fermeture des élevages, de limiter le nombre de porcs à l'extérieur ou sauvages et d’éliminer immédiatement les restes de nourriture et les déchets d'abattoir. Il y a une controverse sur la meilleure façon d'agir quand la maladie devient endémique sur les sangliers. La pression par la chasse peut être contre-productive, puisqu'elle peut pousser les sangliers à se déplacer vers d'autres zones. La supplémentation avec un aliment maintiendra les sangliers dans une zone connue et bien définie, limitant la dispersion, mais aussi elle augmentera le contact entre les animaux, en favorisant ainsi la transmission. Les chasseurs et les associations de chasse peuvent être des collaborateurs importants des services vétérinaires dans la surveillance et le contrôle de la PPA chez les sangliers.

voir plus d'articles liés à l'article

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.
Publier un nouveau commentaire

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

Vous n'êtes pas encore utilisateur de 333?inscrivez-vouset accédez aux cours du porc, au moteur de
recherche,...C'est gratuit et rapide
Etes vous enregistré dans 333?LOGINSi vous avez oublié votre mot de passe nous vous l'envoyons ici

tags