1 commentaires

Salle de maternité : Alimentation de la truie

Après la lactation la truie souffre d'une diminution de la graisse dorsale à un degré plus ou moins marqué en fonction de facteurs tels que l'alimentation, la gestion, la génétique et l'état sanitaire.

Mercredi 15 Février 2006 (il y a 12 ans 7 mois 6 jours)
J'aime


Objectifs

Contrôler les pertes de poids corporel et de lard dorsal
Identifier les besoins nutritionnels
Augmenter l'ingestion pendant la lactation
Mettre en relation l'alimentation et la productivité de l'élevage


En gestation, l'alimentation de la truie doit viser la réalisation des objectifs suivants :

Récupération de la condition corporelle

Après la lactation la truie souffre d'une diminution de la graisse dorsale à un degré plus ou moins marqué en fonction de facteurs tels que l'alimentation, la gestion, la génétique et l'état sanitaire.
À 35 jours après la saillie, la truie doit atteindre un état corporel normal, c'est-à-dire qu'elle doit atteindre l'état corporel 3 (voir chapitre 1) ; pour cela, l'alimentation doit être individuelle, en administrant une ration plus importante aux truies les plus maigres.

Maintien durant la gestation

La truie ne doit pas arriver à la mise-bas ni trop grasse ni trop maigre. Du 30ème au 95ème jour de gestation la truie n'a pas de besoin particulier puisque les fœtus grossissent peu. De plus, plus la truie mange en gestation, elle moins elle mangera en maternité !

Développement des fœtus

La croissance fœtale s'accélère dans les 20 derniers jours de gestation et c'est durant cette phase que l'alimentation doit être proportionnelle à l'augmentation du poids des fœtus. Sur le graphique ci-dessous, les concepts cités précédemment sont synthétisés, en précisant aussi les quantités d'aliment qui devront être fournies lors des différentes phases de la gestation.

Programme d'alimentation pour les truies gestantes


Risques d'une mauvaise alimentation et intérêt du rationnement

Pendant la mise-bas, outre le système endocrinien, les appareils respiratoires et cardio-circulatoires fonctionnent pleinement tandis que l'appareil digestif reste inactif. Une surcharge intestinale associée à une moindre motilité de cet organe peuvent entraîner des fermentations anormales avec l'absorption d'endotoxines vers l'un des organes qui à ce moment est plus sensible : la mamelle.
D'autre part, un intestin rempli provoque un écrasement de l'utérus et un rétrécissement du col et du vagin, avec de possibles difficultés lors du passage des porcelets au moment de la mise-bas.

1. Vulve
2. Vagin-col
3. Corne utérine
4. Cavité abdominale
5. Ischion
6. Pubis
7. Region perinéale
8. Vessie
9. Intestin


Il peut être utile d'appliquer une restriction alimentaire, en réduisant progressivement la quantité d'aliment à partir du 110ème jour de gestation. Il est d’une grande utilité d'ajouter à l'aliment un pourcentage de fibres plus important; mieux encore si on ajoute de la pulpe de betterave ou de la fibre de riz car ce sont des fibres moins irritantes par rapport à d'autres, comme par exemple le son.
En cas de constipation chronique il est recommandé d'utiliser un laxatif "doux", le sulfate de magnésium (environ 10 gr)..

Schéma de réduction alimentaire les jours précédant la mise-bas, avec 3 repas par jour

Matin
Midi
Soir
Jours
kg
kg
kg
- 4
2
1
1
- 3
1
1
1
- 2
1
1/2
1/2
- 1
1/2
1/2
1/2
Mise-bas
0
0
0


Une restriction excessive ou trop anticipée peut entraîner une augmentation de mort-nés, une viabilité plus faible et une plus grande mortalité des porcelets durant la lactation. Juste avant la mise-bas on peut pratiquer un jeûne ou administrer une petite quantité d'aliment.

Normalement les truies entrent en maternité entre une semaine et 5 jours avant la mise-bas ; si pendant cette phase elles ingèrent de l'aliment lactation, cela peut entraîner une constipation à cause du faible pourcentage de fibres dans ce type d’aliment. Il est préférable de continuer à fournir de l'aliment gestante, non seulement jusqu'à la mise-bas mais aussi pendant les 3 à 4 jours suivants.

Importance de l'eau

L'eau doit être disponible à volonté. L'un des signes "précurseurs" de la mise-bas, à partir des 3-4 jours précédents, est l'augmentation de la consommation d'eau.
L'eau ne doit jamais être restreinte ; au contraire, pendant la lactation, il est conseillé d'ajouter à la ration administrée dans les abreuvoirs de la case un supplément d'eau propre dans le nourrisseur.

Malgré la présence d'abreuvoirs dans les cases de maternité, on peut conseiller d'administrer quelques litres (5 - 10) supplémentaires d'eau, environ 20 minutes après le repas ; il en est de même dans les jours précédant la mise-bas.

Articles

Salle de maternité : prophylaxie vaccinale01-Mar-2006 il y a 12 ans 6 mois 20 jours
Salle de maternité : Etat d'engraissement de la truie01-Fév-2006 il y a 12 ans 7 mois 20 jours

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.
17-Aoû-2012dexdexj aimerais savoir nourrir mon cheptel afin de mieux gerer leur croissance et mon budget merci
Publier un nouveau commentaire

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

Vous n'êtes pas encore utilisateur de 333?inscrivez-vouset accédez aux cours du porc, au moteur de
recherche,...C'est gratuit et rapide
Etes vous enregistré dans 333?LOGINSi vous avez oublié votre mot de passe nous vous l'envoyons ici

tags