Lire cet article dans:

Santé intestinale du porc: stimuler la digestion

Cet article passe en revue les stratégies nutritionnelles permettant une digestion et une absorption des nutriments plus efficaces, ce qui favorise la santé intestinale.

Vendredi 13 Septembre 2019 (il y a 2 mois 27 jours)
1 J'aime

De nos jours, les deux tiers du coût d'obtention d'une carcasse sont imputables à l'alimentation du porc (Pipestone, 2014). Par conséquent, l'un des principaux paramètres sur lequel nous pouvons davantage influer pour augmenter la productivité de la filière porcine est la digestion et l'absorption des nutriments. L’amélioration de la santé intestinale est un autre avantage non moins important de la stimulation digestive, qui peut nous apporter d’importantes améliorations de la qualité de la carcasse, une contamination moindre de l’environnement, une réduction des symptômes dus à la malabsorption intestinale et une suppression des bactéries putréfiante générant des composés toxiques dans l'intestin.

De nombreuses stratégies nutritionnelles peuvent être utilisées pour améliorer le processus de digestion et / ou d'absorption des nutriments. Ci-dessous, nous discuterons de certains des plus utilisés dans le secteur.

Une stratégie largement utilisée au premier âge consiste à utiliser des ingrédients au goût agréable et à haute valeur biologique, par exemple apporter des protéines par l’intermédiaire d’hydrolysats de muqueuse, le plasma porcin ou le lactosérum. Ces ingrédients ont démontré leur capacité à augmenter les résultats à un niveau productif et à augmenter la valeur du régime grâce à d’autres fonctions telles que leur capacité antimicrobienne ou d'immunostimulation. Cependant, de nos jours, ils ne sont pratiquement utilisés que dans la phase initiale en raison de leur coût économique élevé. Les produits à base de soja, tels que les concentrés de protéines hydrolysées, constituent également un moyen d'améliorer la digestion, en raison de leur teneur élevée en protéines et de leur digestibilité élevée en raison de leur faible niveau de facteurs antinutritionnels (figure 1)..

Figure 1. Profil de digestibilité des acides aminés dans les concentrés de soja (digestibilité iléale standardisée). NRC 2012

Figure 1. Profil de digestibilité des acides aminés dans les concentrés de soja (digestibilité iléale standardisée). NRC 2012

La réduction des niveaux de protéines dans l’aliment après le sevrage (<180 g / kg) peut être un moyen de faciliter la digestion et d’éviter la présence de protéines non digérées dans le digesta qui favorise la formation de bactéries qui les fermentent, la production de composés potentiellement toxiques et finalement, la diarrhée post-sevrage. Cependant, pour réaliser cette action sans affecter les performances de production, il est nécessaire de compléter la ration avec des acides aminés essentiels synthétiques, en suivant le profil protéique idéal. Pour faciliter la digestion des protéines à un stade précoce, on peut également envisager l'inclusion d'acidifiants (figure 2) ou de régimes à faible capacité tampon, fournissant une acidité suffisante pour une digestion efficace dans l'estomac (Pérez, 2013).

Figure 2: L&#39;acidification du digesta est &eacute;galement une bonne strat&eacute;gie pour am&eacute;liorer la digestion, en particulier chez les porcelets en post-sevrage, car leur capacit&eacute; endog&egrave;ne est tr&egrave;s limit&eacute;e. Gr&acirc;ce &agrave; l&rsquo;incorporation d&rsquo;un acidifiant dans l&rsquo;alimentation, on &eacute;vite une r&eacute;duction de la digestion des prot&eacute;ines et des alt&eacute;rations de l&rsquo;immunit&eacute; et des param&egrave;tres de production.

Figure 2: L'acidification du digesta est également une bonne stratégie pour améliorer la digestion, en particulier chez les porcelets en post-sevrage, car leur capacité endogène est très limitée. Grâce à l’incorporation d’un acidifiant dans l’alimentation, on évite une réduction de la digestion des protéines et des altérations de l’immunité et des paramètres de production.

Un autre moyen d'améliorer l'utilisation du régime alimentaire consiste à ajouter des enzymes exogènes (tableau 1). Il existe actuellement plusieurs enzymes sur le marché, telles que les phytases, les xylanases, les β-glucanases et les protéinases. Leur utilisation est répandue depuis longtemps chez les volailles, mais de nos jours, il y a une tendance croissante pour leur utilisation dans le secteur porcin pour augmenter la capacité digestive du porc. On leur attribue plusieurs avantages, dans le processus de digestion, principalement la dégradation des liaisons spécifiques des ingrédients qui ne sont pas correctement hydrolysés par les enzymes endogènes et la dégradation des facteurs anti-nutrititionnels(Bedford, 1999). En ce sens, leur popularité augmente parce qu'ils ouvrent la porte à une réduction du coût de l'aliment, en permettant l'incorporation d'ingrédients moins chers ou l'incorporation à des niveaux plus élevés de certains ingrédients, que le porc ne pourrait pas digérer par lui-même.

Tableau 1. Types d’enzymes, de substrats et de matières premières où elles agissent. Adapté de Ravindran, 2010

Enzymes Substrats Matière première
β-glucanases β-glucanes Orge, avoine et seigle
Xylanases Arabinoxylanes Blé, seigle, orge, fibre végétale
α-galactosidases Oligosaccharides Farine de soja et graines de légumineuses
Phytases Acide phytique Tous les aliments d'origine végétale
Protéases Protéines Toutes les sources de protéines végétales
Amylases Amidon Graines de céréales et graines de légumineuses
Lipases Lipides Lipides alimentaires et suppléments lipidiques
Mannoses, cellulases, hémicellulases, pectinases Paroi cellulaire (fibre) Matières premières végétales

Une autre stratégie pour améliorer la biodisponibilité des nutriments consiste à tirer parti de l'action de certains microorganismes, soit dans le même régime alimentaire (régimes fermentés, figure 3), en les incorporant directement dans le tractus gastro-intestinal de l'animal (probiotiques), ou en stimulant leur croissance de manière spécifique (prébiotiques). D'une part, il est bien connu que l'hydrolyse du régime alimentaire au moyen d'enzymes bactériennes (phytases, lipases, amylases ou protéases) peut favoriser leur absorption (Gomes et Malcata, 1999). D'autre part, il a également été décrit que la population bactérienne de l'intestin peut synthétiser des nutriments de novo, tels que la lysine, un acide aminé essentiel (Torrallardona et al., 2003) ou des vitamines (Arunachalam, 1999), grâce à la fermentation bactérienne des glucides. Il est également intéressant de mentionner que certains micro-organismes bénéfiques peuvent agir indirectement sur la fonction digestive ou l'architecture intestinale de l'animal, par exemple en stimulant la sécrétion de peptides hormonaux, en provoquant une hyperplasie de l'épithélium intestinal, en stimulant la fermentation ou en acidifiant l'environnement.

Figure 3: Il peut &ecirc;tre&nbsp;&eacute;galement int&eacute;ressant d&rsquo;encourager la fermentation gr&acirc;ce &agrave; l&rsquo;utilisation de r&eacute;gimes pr&eacute;ferment&eacute;s ou de probiotiques. De nombreux avantages leur sont attribu&eacute;s tels que l&#39;augmentation du microbiote favorable (am&eacute;lioration rapport lactobacillus /ent&eacute;robact&eacute;ries), des am&eacute;liorations digestives et enfin des am&eacute;liorations des performances productives de l&#39;animal.

Figure 3: Il peut être également intéressant d’encourager la fermentation grâce à l’utilisation de régimes préfermentés ou de probiotiques. De nombreux avantages leur sont attribués tels que l'augmentation du microbiote favorable (amélioration rapport lactobacillus /entérobactéries), des améliorations digestives et enfin des améliorations des performances productives de l'animal.

Les stratégies examinées dans ce chapitre pour stimuler la digestion sont vitales chez les porcelets au sevrage, car ils sont immatures, avec une faible capacité à produire du HCl dans l'estomac et une production limitée d'enzymes. Cependant, elles peuvent également être intéressantes chez les porcs à l'engraissement ayant un système digestif plus développé, en particulier lorsque sont utilisés des régimes à haute densité énergétique (Meng et al., 2010 et Zang et al., 2015) ou des aliments à faible valeur nutritionnelle. (Bedford, 2015).Dans ces cas, il sera important d'évaluer le rapport coût-bénéfice de la mise en œuvre de stratégies nutritionnelles permettant aux porcs de digérer efficacement les régimes alimentaires qui ne leur seraient pas accessibles par leurs propres ressources.

voir plus d'articles liés à l'article

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.
Publier un nouveau commentaire

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

Vous n'êtes pas encore utilisateur de 333?inscrivez-vouset accédez aux cours du porc, au moteur de
recherche,...C'est gratuit et rapide
Etes vous enregistré dans 333?LOGINSi vous avez oublié votre mot de passe nous vous l'envoyons ici

tags