1 commentaires

Lire cet article dans:

Sérologie pour la détection d'Ascaris suum en post-sevrage

Taches blanches sur le foie dues à Ascaris suum

Taches blanches sur le foie dues à Ascaris suum

Peut-elle nous servir ? De quelle façon ?

Mercredi 26 Décembre 2018 (il y a 11 mois 15 jours)
J'aime

Article commenté
Evaluation of serology to measure exposire of piglets to Ascaris suum during the nursery phase. Vanderkerckhove et al 2017 Veterinary Parasitology 246, 82-87
Lire le résumé de l'article

Commentaire

Le déparasitage est une pratique courante et est habituellement pratiqué de manière routinière chez les reproducteurs et les charcutiers. Il est normal d’accepter que, puisque les mères ont été vermifugées (souvent avant la mise bas), leurs porcelets ne seront pas infestés aux premiers stades de leur croissance, c’est-à-dire pendant la phase post-sevrage pour deux raisons fondamentales:

  1. Parce que leurs mères n'excrètent pas d'œufs pendant la phase de lactation et sont donc sevrés indemnes d'Ascaris.
  2. Parce qu'il est très difficile qu'un local de post-sevrage reste contaminé et par conséquent que les porcelets s'infestent lorsqu'ils y arrivent. Il faut tenir compte du fait qu’il faut environ 7 semaines pour que les œufs soient excrétés dans les matières fécales après l’infestation. Dans une phase de 5-7 semaines, il semble difficile qu'il y ait donc le temps suffisant pour cela.

Cependant, la possibilité de disposer d'un test sérologique permettant la détection d'anticorps dirigés contre les stades larvaires d'A. suum, même lorsqu'il s'agit d'infestations à faible charge, ouvre la porte à une approche du déparasitage différente de ce que nous faisons. Il serait intéressant d’incorporer ce test en routine (une ou deux fois par an) à la fin de la phase de post-sevrage. De cette façon, nous saurions si une infestation précoce a eu lieu. Dans ce cas, nous devrions vérifier si le déparasitage chez les mères est correct, en vérifiant leur degré d’infestation et pour cela, la méthode recommandée serait peut-être le comptage des œufs dans les matières fécales, éventuellement soutenu par la sérologie, car une corrélationpositive entre la densité optique et la charge infestante est indiquée dans l'étude. S'il s'avère que le déparasitage est correct chez les mères, il serait nécessaire d'avancer à la phase de post-sevrage le traitement antiparasitaire généralement effectué dans les premières phases de l'engraissement. De cette manière, les pertes que le parasitisme pourrait causer pendant cette phase seraient évitées, tout en empêchant l'excrétion d'œufs dans les premières phases d'engraissement qui contamineraient l'environnement et favoriseraient les infestations futures.

Je voudrais terminer en soulignant certaines données présentes dans l'article qui peuvent être d'une grande aide pour comprendre ce type de parasitisme:

  • Les lésions hépatiques dues aux ascaris sont guéries 35 jours après leur apparition, de sorte que leur détection à l'abattoir peut sous-estimer l'infestation.
  • L'immunité maternelle dure jusqu'à 7 ou 8 semaines de vie.
  • Les infestations précoces ont besoin de plus de 7 semaines pour que les porcelets excrètent des œufs dans les fèces. Par conséquent, des tests de diagnostic basés sur le dénombrement des œufs ne seraient pas à conseiller en post-sevrage.

Résumé de l'article commenté
Evaluation of serology to measure exposire of piglets to Ascaris suum during the nursery phase. Vanderkerckhove et al 2017 Veterinary Parasitology 246, 82-87

Qu'étudie-t-on

Le but de l’étude est d’évaluer si la sérologie peut être utilisée pour déterminer si des porcelets en post-sevrage ont été exposés à Ascaris suum.

Comment l'étudie-t-on ?

Des échantillons de sérum de porcelets exposés naturellement et de porcelets exposés au laboratoire ont été utilisés. Deux nouveaux tests ELISA ont été utilisés; l'un repose sur la reconnaissance de la protéine d'hémoglobine purifiée provenant du liquide pseudocoelomique d'A. suum adulte, l'autre sur celle d'un homogénat complet hydrosoluble d'une larve pulmonaire de phase 3 (L3 pulmonaire).

Au cours de l'infestation expérimentale, plusieurs doses (10 à 500 œufs d'A. Suum par jour) ont été administrées aux porcelets âgés de 4 à 10 semaines pour imiter l'exposition naturelle au sevrage. Des échantillons de sang pour la sérologie ont été prélevés chaque semaine. À la fin de l'expérience, les porcs ont été euthanasiés et un dénombrement de vers et de taches blanches sur le foie a été effectué pour déterminer si les porcs étaient infestés.

Pour l'étude sur le terrain, 10 échantillons de sérum ont été prélevés par élevage dans 68 élevages de Flandre afin de réaliser une étude de séroprévalence à l'aide du test ayant donné les meilleurs résultats lors de la première expérience.

Quels sont les résultats ?

Le test ELISA L3 pulmonaire a détecté une séroconversion liée à la dose qui débutait 4 semaines après l'infestation. Le test basé sur l'hémoglobine n'a pas permis de détecter une séroconversion. Après 7 semaines, à la fin du post-sevrage le test ELISA L3 pulmonaire présentait une spécificité de 99% et une sensibilité de 90% pour détecter l'exposition des porcelets à A. suum, avec des niveaux minimaux d'infestation de 20 œufs d'A. suum par jour.

Sur le terrain, dans 38% des élevages analysés, tous les porcelets étaient séronégatifs, tandis que dans les 62% restants, les porcelets séropositifs étaient compris entre 10 et 100%. Cela indique une contamination par des œufs d'A. Suum dans les installations de post-sevrage.

Il est important de noter que le moment du prélèvement pour l'analyse sérologique doit être choisi avec beaucoup de soin, car les résultats ont montré que les anticorps maternels anti-Ascaris peuvent persister chez les porcelets jusqu'à 3 à 4 semaines après le sevrage. Enfin, compte tenu du fait que la sensibilité n’est que de 40% pour une dose infectante de 10 œufs / jour, il convient de garder à l’esprit que de faibles doses infestantes ne peuvent pas être détectées avec cet outil.

En conclusion, cette étude montre que la sérologie peut être utilisée pour détecter l'exposition de porcs en post-sevrage à A. suum, fournissant ainsi un outil supplémentaire pour lutter contre ce parasite répandu.

Quelles conclusions sont tirées de ce travail?

La sérologie par ELISA pour la détection d'Ascaris permet de mieux comprendre la chaîne d'infestation par le nématode. Si l'infestation commence au cours de la période post-sevrage, des mesures de contrôle supplémentaires doivent être mises en place pour réduire l'exposition des porcelets à A. suum pendant le post-sevrage et réduire ainsi la transmission aux unités d'engraissement.

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.
09-Jan-2019ffaye49ffaye49bonjour, queles sont les animaux susceptibles d'inficetion par la peste porcine?
Est ce que les oiseaux sont suceptibles comme vecteur du virus? et comment?
Publier un nouveau commentaire

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

Vous n'êtes pas encore utilisateur de 333?inscrivez-vouset accédez aux cours du porc, au moteur de
recherche,...C'est gratuit et rapide
Etes vous enregistré dans 333?LOGINSi vous avez oublié votre mot de passe nous vous l'envoyons ici

tags