Lire cet article dans:

Stratégies de réduction des antibiotiques pour les élevages porcins : stratégies réussies au niveau de l'élevage (partie 2)

Dans ce troisième article de notre série, nos experts mondiaux en santé porcine continuent de partager leurs points de vue sur les stratégies de réduction des antibiotiques réussies, ainsi que ce qu'ils ont appris de certaines des erreurs commises en cours de route.

Comme nous l'avons décrit dans les deux premiers articles de cette série, les vétérinaires que nous avons interrogés aux États-Unis, en Italie, au Danemark et en Espagne ont convenu que l'utilisation des antibiotiques diminuait avec le temps. Cependant, nous avons trouvé des différences spécifiques dans la façon dont ils positionnaient leurs stratégies.

Le message clé de Jean Paul Cano (Pipestone System, USA) est que le succès de Pipestone dans la réduction de la consommation d'antibiotiques est directement lié à la mise en œuvre de principes clés basés sur les 5 piliers suivants :

  1. La biosécurité pour éviter l'introduction de nouvelles maladies : le risque des personnes, des transports, des aliments, des matières, etc. a été étudié. avec des protocoles viables basés sur la recherche scientifique. Les domaines avec une attention particulière comprennent la filtration de l'air dans les zones à haute densité porcine, les programmes de formation continue et les stratégies de réduction des aliments.
  2. Élimination des maladies pour travailler avec des élevages de truies avec un statut sanitaire élevé lorsque cela est possible. En éliminant les principales causes de maladie (SDRP, DEP, M. hyo, etc.), avec des protocoles rentables, les élevages ont amélioré leur santé et réduit l'utilisation des antibiotiques. Il pense que cela a été l'un des principaux moteurs de la réduction des antibiotiques ces dernières années.
  3. Le sevrage des porcs hors de l'élevage de truies et le strict "tout plein-tout vide" rompent le cycle de transmission des maladies.
  4. Gestion des unités de croissance du cheptel de remplacement (Gilt Development Units-GDUs) pour la stabilité sanitaire : s'assurer que les truies de remplacement s'adaptent le plus tôt possible à la santé des élevages de truies est un facteur clé pour la stabilisation sanitaire du système. Les pochettes entrent dans leurs GDU entre 4 et 8 semaines.
  5. Utilisation d'antibiotiques et surveillance de la résistance aux antimicrobiens. Les bonnes données stimulent la planification méthodique et la responsabilité. Les plates-formes PART et IMAGINE de Pipestone aident à la prise de décision scientifique au niveau de l'élevage et du système.

Michael Agerley (Services vétérinaires de Porcus, Danemark) est d'accord avec Jean Paul Cano sur l'importance de la prévention et du contrôle des infections chez les porcs en tant que stratégie générale pour réduire la consommation d'antibiotiques. Mais de son point de vue, j'ajouterais que la bonne formulation des aliments et la qualité de l'eau sont les deux facteurs les plus importants à prendre en compte pour tenter de réduire les antibiotiques. Il a souligné que "on peut aller loin avec des procédures très simples". Agerley se concentre sur : 1) une bonne formulation utilisant des niveaux adéquats de protéines de bonne qualité, des ingrédients de bonne digestibilité, différentes sources de fibres, les acides organiques; et 2) de bonnes procédures de gestion nutritionnelle, telles que le contrôle des granulés avant le sevrage pour obtenir la meilleure santé intestinale au sevrage. En tant que groupe, les vétérinaires de Porcus encouragent l'utilisation d'acides dans l'eau pour améliorer l'hygiène de l'eau et avoir une microflore intestinale saine.

Annalisa Scollo (cabinet vétérinaire Suivet, Italie) souligne l'importance d'améliorer la biosécurité (c'est-à-dire les douches / entrées avec bancs) dans les installations de sevrage et d'engraissement, ainsi que la gestion de la ventilation lorsqu'on se concentre sur la réduction des antibiotiques. Elle estime que «la gestion de la ventilation, en particulier au sevrage, a été sous-estimée» en tant qu'outil dans cet effort. Son cabinet utilise une surveillance continue des variables environnementales de l'air dans toutes les installations de ses clients pour évaluer la qualité de l'air (image 1). Scollo a également de l'expérience dans les essais de thérapies alternatives aux antibiotiques au sevrage pour prévenir les pathologies entériques. Elle a testé avec de bons résultats l'utilisation d'algues en remplacement du sulfate de colistine ou de l'oxyde de zinc dans les régimes de sevrage. Elle a également expérimenté l'utilisation d'huiles essentielles, de probiotiques et d'acides gras et les résultats ont été, dans certains cas, encourageants. Miguel Ángel Sanz (UVESA, Espagne) a des expériences positives avec l'utilisation de levure chez les truies pour améliorer la santé intestinale (c'est-à-dire le microbiote) des futurs porcelets, en se concentrant sur la colonisation précoce du porcelet au moment de la mise-bas. Il souligne également l'importance de constituer une bonne équipe de service technique qui emploie des vétérinaires jeunes et informés qui ont appris et adhèrent facilement aux principes de la réduction des antibiotiques dès le premier jour.

Image 1. Évaluations de la qualité de l'air à l'élevage. Photo d'Annalisa Scollo.

Image 1. Évaluations de la qualité de l'air à l'élevage. Photo d'Annalisa Scollo.

Enfin, tout le monde sait qu'on apprend à la fois des bonnes et des mauvaises expériences. Comme on dit, "le chemin se fait en marchant". Nous avons donc demandé à nos vétérinaires porcins de partager les leçons utiles qu'ils ont apprises sur leur chemin. Annalisa Scollo et Jean Paul Cano ont convenu que l'élimination des antibiotiques sans contrôler correctement le SDRP dans l'élevage de truies était l'une de leurs plus grandes erreurs. Annalisa est préoccupée par les nouvelles souches qui émergent en Italie et par la difficulté à les contrôler pour travailler avec un flux stable. Elle a estimé que c'est peut-être encore l'une des principales raisons pour lesquelles tous les producteurs italiens ne sont pas disposés à réduire le niveau d'antibiotiques utilisés dans l'élevage. Jean Paul Cano ajoute sa préoccupation concernant l'utilisation prophylactique agressive d'antibiotiques à large spectre administrés au moment de la "transformation" des porcelets. Il estime que cette pratique empêche le porcelet d'être exposé aux bactéries et développe une immunité active au sevrage.

Le chemin se fait en marchant

Le chemin se fait en marchant

Michael Agerley a expliqué que depuis 2010, les vétérinaires ont ressenti une pression intense pour réduire l'utilisation d'antibiotiques. En conséquence, ils ont éliminé les antibiotiques sans toujours envisager des stratégies alternatives pour compenser. Pour eux, éliminer les antibiotiques sans tenir compte des changements alimentaires n'a pas fonctionné et ils ont connu de nombreux cas de diarrhée. Ils ont découvert qu'au début du processus, les anciennes formulations d'aliments submergeaient l'intestin de protéines (c'est-à-dire des niveaux élevés de farine de soja) et que le porcelet ne pouvait pas les digérer. Ce problème entraînait une diarrhée post-sevrage causée par des bactéries (par exemple, Escherichia coli) qui utilisaient ce substrat protéique supplémentaire pour se répliquer et provoquer une pathologie. Maintenant, ils ont réalisé que de nombreux problèmes diagnostiqués et traités il y a 10 ans auraient pu facilement être résolus avec des formulations alimentaires plus précises. Désormais, non seulement ils sont capables de travailler avec des niveaux d'antibiotiques inférieurs, mais ils obtiennent également de meilleurs taux de conversion alimentaire globale pendant la période sevrage-engraissement. Ils utilisent maintenant ce qu'ils appellent une «formulation saine» basée sur des niveaux de protéines légèrement inférieurs pour préserver l'intégrité intestinale et prévenir les problèmes d'E. Coli qui peuvent endommager définitivement l'intestin. Les leçons tirées de cet échec initial ont abouti à une meilleure croissance et une meilleure efficacité dans l'utilisation des aliments à long terme.

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.
Publier un nouveau commentaire

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

Articles liés