Lire cet article dans:

Surveillance du virus du SDRP. Comment suivre les progrès vers le contrôle de nos élevages ?

Comment pouvons-nous surveiller notre programme? Quels porcs devrions-nous échantillonner ? Quand ? À quelle fréquence devrions-nous séquencer le ou les virus présents dans nos élevages ?

Dans les articles précédents, nous avons passé en revue les différentes approches de contrôle du virus du SDRP et, plus précisément, l’importance des différentes étapes pour réaliser un bon programme d’acclimatation du renouvellement contre le virus du SDRP. Comme nous l'avons vu précédemment, l'objectif de ce programme de contrôle est toujours l'interruption du cycle de transmission du virus dans l'élevage des truies et, par conséquent, la production de porcelets SDRP négatifs au sevrage. Une fois que ces stratégies mises en place, comment devons-nous surveiller ces programmes? À quelle fréquence devons-nous séquencer le ou les virus présents dans notre élevage? Dans cet article, nous demanderons à nos 4 vétérinaires spécialistes en porcs d’Allemagne, d’Amérique du Nord, de Chine et d’Espagne comment ils surveillent les progrès des stratégies de contrôle du virus du SDRP dans leurs régions.

Quel pourcentage de producteurs ont un programme de surveillance du virus du SDRP en place ? Quels sont leurs objectifs? En Chine, Wang estime qu’un pourcentage élevé de producteurs ont mis en place un programme de surveillance du virus du SDRP. Les grands producteurs ont même pris la décision de disposer de leur propre laboratoire pour effectuer une surveillance systématique du SDRP en plus d'autres types d'analyse de routine. D'autre part, les petits producteurs sollicitent généralement le soutien d'entreprises de santé animale qui leur fournissent des tests de laboratoire, gratuitement, dans le cadre de leurs services techniques. Wang souligne que, malgré le nombre élevé de contrôles effectués contre le virus du SDRP, les informations extraites des tests aident très peu les producteurs, car elles ne reposent généralement, d'une manière ou d'une autre, que sur des résultats sérologiques, des échantillons ou des méthodologies incorrects. Vidal, Pitkin et Böhne conviennent que la plupart des producteurs ne réalisent un programme de surveillance que lorsqu'il existe des signes cliniques dans l'élevage, et cela se produit généralement après une épidémie. Les producteurs ne vérifient pas régulièrement si l'élevage est stable ou instable. Nous ne pouvons pas facilement changer la décision de déplacer ou de ne pas déplacer les porcelets d’un lot en fonction de leur statut viral en SDRP, explique Vidal. Cette décision est compliquée par la logistique du système quotidien. Pitkin fait également la distinction entre les élevages commercaux et les élevages de multiplication. Dans ce dernier cas, l’objectif est de vendre des animaux reproducteurs et la surveillance exercée est intense dans 100% des exploitations. La surveillance est basée sur la présence d'anticorps et de virus et est effectuée de manière constante pour assurer l'état négatif des élevages de multiplication.

Photo 1. Utilisation de cordes pour l'échantillonnage de fluides oraux.

Photo 1. Utilisation de cordes pour l'échantillonnage de fluides oraux.

Tous les vétérinaires (à l'exception de Vidal) sont d'accord sur la technique d'échantillonnage et les types d'animaux pour effectuer cette surveillance: les porcelets à sevrer. Trente échantillons de sérum ou leur équivalent dans des échantillons de salive au sevrage sont les types d'échantillons les plus courants. Réaliser la PCR en pools de 5 est la technique la plus demandée dans le cas du sérum. Avec l’échantillonnage par cordes, Pitkin dit que le séquençage est plus difficile. D'autre part, Vidal considère également les sérums des animaux des sites 2 et 3 en plus des truies avortées dans le cadre de sa routine d'échantillonnage de surveillance après un foyer. Dans ce cas, et jusqu'à ce que l'élevage se stabilise à nouveau, les éleveurs appliquent les stratégies de McRebel®, retardent l'introduction du renouvellement jusqu'à 5 mois (élevage semi-fermé) et utilisent des truies avortées pour stabiliser l'élevage, avec la vaccination de masse avec le vaccin vivant modifié. A ce moment, Pitkin différencie à nouveau les élevages commerciaux et les élevages de génétique: leurs objectifs sont très différents. Pour les élevages de génétique, appelés aussi de multiplication, l'objectif est de vérifier l'état de santé des animaux adultes. Ils se concentrent donc sur l'échantillonnage des animaux les plus proches de la vente et toujours avant leur envoi à un client. Wang a mentionné l'utilisation accrue d'échantillons de fluide de traitement dans de grandes exploitations de truies dans le cadre de leur échantillonnage de surveillance (photo 2).

 

Photo 2. Exemple de fluides recueillis dans un élevage. Photo avec l'aimable autorisation de Dr. Juan Sanhueza et Dr. Carles Vilalta

 

Photo 2. Exemple de fluides recueillis dans un élevage. Photo avec l'aimable autorisation de Dr. Juan Sanhueza et Dr. Carles Vilalta

Une fois que ces élevages obtiennent un résultat positif, séquencent-ils toujours ? Quels sont les objectifs de nos vétérinaires en matière de séquençage ? Pour Vidal, ils ne réalisent le séquençage des échantillons que lorsqu'ils enquêtent épidémiologiquement sur un foyer. En Amérique du Nord, Pitkin nous a donné plus de détails et nous a expliqué que les producteurs veulent toujours différencier le virus endogène présent dans l'élevage par rapport à une nouvelle introduction et que, par conséquent, les systèmes de production ont, dans leur historique du virus du SDRP, de grandes collections de séquences de virus enregistrées dans leurs élevages. Pitkin explique qu'on considère que c'est toujours le même virus, tant qu'aucun signe clinique n'a été observé, avec jusqu'à 2% de modifications du séquençage de l'ORF 5 du virus endogène de l'élevage sur une période donnée. Pour cette raison, ils ont appris que les informations de séquençage sont très utiles pour le virus du SDRP. Cependant, cela ne peut pas être la seule stratégie pour évaluer les souches isolées au cours de la surveillance. Les informations sur la diversité génétique du séquençage ne nous renseignent pas, par elles-mêmes, sur les questions fondamentales liées à la virulence ou à la pathogénicité du virus du SDRP. Par conséquent, il faut toujours regarder les les porcs et, comme le dit Pitkin, "faire ce que les porcs vous disent". Il est très important d'être, si nécessaire, ouvert au changement de stratégie en dépit des informations du séquençage.

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.
Publier un nouveau commentaire

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

Vous n'êtes pas encore utilisateur de 333?inscrivez-vouset accédez aux cours du porc, au moteur de
recherche,...C'est gratuit et rapide
Etes vous enregistré dans 333?LOGINSi vous avez oublié votre mot de passe nous vous l'envoyons ici

tags