2 commentaires

Lire cet article dans:

Troubles de la reproduction autour de l'insémination: cas réels

La gestion de la semence morte, la gestion des enregistrements, les vaccinations, ... sont quelques exemples que nous traiterons dans les 6 cas pratiques suivants.

Vendredi 3 Mai 2019 (il y a 6 mois 12 jours)
1 J'aime

Les causes des problèmes de reproduction en élevage sont très variées et peuvent parfois être si insignifiantes qu'elles passent inaperçues. Dans cet article, nous examinerons quelques cas pratiques dont l’apparence initiale était différente de ce qu’elle était en réalité.

CAS 1
Problème: La fertilité a fortement chuté au cours des dernières semaines pour atteindre à peine 30%.

Suspicion initiale: Bien que les doses servies par le CIA fournisseur soient vérifiées au microscope de l'élevage et soient correctes, il est clair qu'il se passe quelque chose autour de l'insémination, car dans la'élevage il n'y a pas de symptômes et touts les retours sont réguliers.

Enquête et diagnostic: Lors de la visite à l'élevage, nous avons constaté que les doses avaient été préchauffées au bain-marie. En touchant l'eau avec le doigt pour vérifier si le bain était trop chaud, j'ai senti un picotement (j'étais sans chaussures, seulement avec des chaussettes). Le bain avait une dérivation électrique, à peine détectable. Au microscope de l'élevage, nous avons vérifié que la motilité était correcte avant le préchauffage de la dose, mais qu'après le bain, les spermatozoïdes restaient immobiles, alignés et non agglutinés.

Conclusions: Le préchauffage des doses avant l'insémination est un risque. Non seulement à cause de la possibilité de dépasser la température, mais aussi parce que l'eau peut véhiculer les contaminations ou électrocuter les spermatozoïdes, comme dans ce cas.

CAS 2
Problème: les truies inséminées le mercredi sont restées vides, mais celles de lundi et mardi étaient gestants avec le même lot de doses.

Suspicion initiale: pour une raison quelconque, la durée de vie de la dose a été réduite sans que les opérateurs s'en rendent compte.

Enquête et diagnostic:

  • Le mardi, il y a eu une panne d'électricité à l'élevage, mais comme c'était un jour férié, personne ne s'en est aperçu.
  • Le thermomètre max / min du conservateur a enregistré le problème, mais personne ne l'a regardé.
  • L'élevage avait un microscope, mais il n'a pas été utilisé.
  • Le mercredi, de nouvelles doses ont été reçues, mais ils ont décidé de commencer par utiliser les anciennes.

Conclusion: nous devons tenir des registres qui nous obligent à vérifier les points de contrôle permettant de détecter ces problèmes. Et nous devrions éliminer les anciennes doses lorsque nous recevons de nouvelles doses.

L’enregistrement de la température dans le conservateur est important, mais il doit être vérifié chaque jour avant l’insémination.

L’enregistrement de la température dans le conservateur est important, mais il doit être vérifié chaque jour avant l’insémination.

CAS 3
Problème: Les nullipares, inséminés avec du sperme mort, présentent une métrite à 18 jours et reviennent en chaleur à 22.

Suspicion initiale: lea semence morte est contaminée.

Enquête et diagnostic: L'élevage ne demande de la semence morte qu'une fois par semaine. S'il n'est pas utilisé dans les 7 jours, il est congelé pour une utilisation ultérieure. La semence morte est chauffée et l'excédent est à nouveau réfrigéré. L'élevage ne considère pas que cette gestion est un problème car en fait lea semence est déjà morte!! De plus, le centre d'insémination (CIA) ne contrôle pas la contamination sur ces doses.

Conclusion: Si nous utilisons du sperme mort (ou un substitut), nous devons traiter le produit comme s'il s'agissait d'une dose normale d'IA, à la fois à l'élevage et dans le CIA. La semence morte peut être contaminée tout comme lea semence fraîche, et sa péremption doit être établie et respectée pour éviter les problèmes de contamination.

Si on observe des suppurations 2 à 3 semaines après l'insémination, on doit suspecter des problèmes d'insémination.

Si on observe des suppurations 2 à 3 semaines après l'insémination, on doit suspecter des problèmes d'insémination.

CAS 4
Problème: Les doses de grand-parental du CIA "A", qui arrivent plus concentrées, donnent une très bonne fertilité, mais celles de reproducteur du CIA "B", avec une moindre concentration, donnent des résultats très irréguliers.

Suspicion initiale: les doses les plus concentrées donnent de meilleurs résultats.

Enquête et diagnostic:Les doses de grand-parental (A) sont reçues le lundi et toutes les grand-parentales sont inséminées entre lundi et mardi, car elles sont synchronisées. Les doses de reproducteur (B) sont reçues le lundi et le jeudi, et presque toutes les truies de l'élevage arrivent en chaleurs les mardi et mercredi (c'est l'été), ce qui fait que la dose efficace est essentiellement celle du mercredi (qui a déjà 3 jours) . De plus, les doses de reproducteur (B) sont reçues par messagerie (et c’est l’été!) et celles de grand-parental (A) sont distribuées dans un véhicule réfrigéré.

Conclusion: si une dose plus concentrée donne de meilleurs résultats, la cause n' est probablement pas la concentration, mais le protocole d'insémination, la forme de livraison, le dilueur ou une autre cause. Une concentration accrue peut aider à atténuer partiellement un problème sous-jacent, mais nous devons essayer de déterminer quel est le véritable problème.

CAS 5
Problème: De temps à autre, il y a une semaine au cours de laquelle la fertilité et la prolificité baissent considérablement dans toutes les élevages d'une entreprise, mais pas dans la même semaine.

Suspicion initiale: Qualité variable dans le temps des doses du CIA.

Enquête et diagnostic: En croisant les données de fertilité avec la date de vaccination du SDRP, nous constatons que la fertilité de chaque élevage diminue toujours la semaine suivant le vaccin.

Conclusions: Pour déterminer la cause d'une sous-fertilité, nous devons prendre en compte tous les facteurs pouvant influer, externes et internes à l'élevage. Les vaccins entraînent généralement une baisse de la fertilité, parfois indétectable, mais parfois importante.

CAS 6
Problème: Lors du changement de reproducteur, la fertilité a chuté subitement de 15%. L'éleveur, après six mois, déjà fatigué de la situation et en colère, a averti la CIA.

Suspicion initiale: les mâles de la nouvelle lignée peuvent ne pas être fertiles ou ils sont très exploités.

Enquête et diagnostic: à la suite de la plainte, la CIA a enquêté sur la situation et découvert qu'un verrat présentait une translocation réciproque. La motilité était bonne et rien ne laissait supposer une infertilité, ni au CIA, ni dans l'élevage.

Conclusions: Même si nous mettons en pratique tous les éléments de contrôle à notre portée, nous travaillons toujours avec des cellules vivantes pouvant être sous-optimales. Une communication sans heurt des incidents avec la CIA peut aider à résoudre le problème plus rapidement entre toutes les parties prenantes.

Des problèmes de caryotype peuvent provoquer des baisses brutales de fertilité et / ou de prolificité lorsqu'on commence à utiliser ce mâle dans notre système de production.

Des problèmes de caryotype peuvent provoquer des baisses brutales de fertilité et / ou de prolificité lorsqu'on commence à utiliser ce mâle dans notre système de production.

Un bon diagnostic du problème doit prendre en compte tous les facteurs et acteurs, depuis le verrat et l'extraction de la semence, en passant par le traitement au CIA et l'élevage jusqu'à l'application des doses dans l'élevage et son contexte, ainsi qu'une bonne communication entre la CIA et l'élevage.

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.
07-Mai-2019lgabrysiak11lgabrysiak11Bonjour,
Dans quel but utilise t-on de la semence morte sur les cochettes ? (Cas 3)
Merci d'avance pour la réponse.
10-Mai-20193trois33trois3.comBonjour, selon l'auteur :
Il y a plusieurs décennies, l'insémination avec du sperme mort était une pratique courante en Espagne. L'amélioration que cette pratique favorisait théoriquement était (1) de préparer l'environnement utérin en termes immunologiques à une insémination réelle ultérieure; (2) de réduire le stress de la truie pour l’insémination effective, puisqu'elle a déjà pu vérifier que la manipulation qu'implique l'insémination n'est pas douloureuse; et (3) qu'une période de chaleur était retardée lors de la première insémination effective. Grâce à ce dernier point, certains éleveurs ont constaté des améliorations qu’ils attribuaient au sperme mort. En fait, il a déjà été prouvé sur le terrain qu'il est plus dangereux d'inséminer avec du sperme mort que de laisser passer une période de chaleur. Il existe également des substituts au sperme mort qui, dans ce cas, sont plus sûrs. Dans le domaine scientifique, certains auteurs ont abordé cette pratique sans trouver de justification pour une amélioration concrète (Lessard et al, 2003, Mazzoni, De Rensis & Kirkwood, 2018).
Publier un nouveau commentaire

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

Vous n'êtes pas encore utilisateur de 333?inscrivez-vouset accédez aux cours du porc, au moteur de
recherche,...C'est gratuit et rapide
Etes vous enregistré dans 333?LOGINSi vous avez oublié votre mot de passe nous vous l'envoyons ici

tags