Lire cet article dans:

Utilisation des produits phytogéniques en nutrition porcine

L'effet immunomodulateur et concrètement anti-inflammatoire des produits phythogéniques ajoutés à la ration semble jouer un rôle essentiel sur l’approche des tableaux entériques en production porcine

Lundi 30 Janvier 2017 (il y a 2 ans 9 mois 15 jours)
J'aime

A juste titre  ou pas, ce qui est sûr c’est que l’inquiétude des autorités européennes augmente de façon imparable face au risque que l’utilisation d’antibiotiques en production animale et en médecine humaine peut entraîner, selon elles, pour la santé humaine. Ainsi, sur les dernières semaines, l’Agence Européenne de Sécurité Alimentaire et le Centre Européen pour la prévention et le contrôle des maladies ont publié leur dernier rapport sur les résistances bactériennes en Europe, alertant d’une augmentation de ces résistances aux antibiotiques largement utilisés. Un intérêt particulier pour la filière porcine est l’allusion de ce rapport à une augmentation des résistances des bactéries de grande importance zoonotique, comme Salmonella spp ou Escherichia coli, au traitement à la colistine, antibiotique de dernier recours en médecine humaine contre les bactéries polyrésistantes. En ce sens, il convient de signaler que, récemment, on a détecté des cas de résistances à la colistine en Chine, au Danemark et en Allemagne. L’Agence Européenne du Médicament, en réponse à une demande de la Commission Européenne, est en cours de révision de sa recommandation sur l’utilisation de la colistine en médecine vétérinaire, révision qui est prévu d’être finalisée le premier semestre de cette année.

C’est dans ce contexte dans lequel l’utilisation de produits phytogéniques - à base de parties             ou de substances actives de plantes médicinales ou de certains fruits - dans des aliments pour l'élevage porcin est présentée comme une possible alternative prophylactique et métaphylactique contre les maladies entériques et diarrhéiques. De même, ces produits botaniques sont aussi positionnés comme facteurs de croissance en nutrition animale. Cependant, il est important de signaler que la connaissance de ce type de produits, quant à leur mode d'action et leur application dans les systèmes intensifs de production animale, se trouve encore en phase de développement. De plus, l’efficacité zootechnique et thérapeutique des produits phytogéniques pourra largement varier selon l’origine botanique des plantes qui les composent, leur composition chimique et les divers procédés de production.

Actuellement, l’utilisation de produits phytogéniques en production animale est envisagée dans le cadre législatif européen relatif à l’alimentation animale. Ainsi, certains composants se trouvent inscrits comme additifs organoleptiques (Reg. 1831/2003) alors que d’autres peuvent être utilisés comme matières premières dans l’aliment (Reg. 68/2013 et Reg. 767/2009).

Selon Hasehemi et Davoodi (2011), les principaux modes d’action pour que les produits phytogéniques exercent leurs effets positifs sur les performances et la santé des animaux sont leurs actions anti-microbiennes et stabilisatrices de la microflore intestinale, antioxydantes, anti-stress, les nutrigènomiques et immunomodulatrieces, leurs propriétés antimicrobiennes et immunomodulatrices ayant un impact particulier quand ils sont ajoutés dans les aliments post-sevrage pour les porcelets. Dans le tableau 1 on montre le nombre de composants biologiquement actifs identifiés dans différentes plantes médicinales.

Tableau 1 : nombre de composants biologiquement actifs identifiés dans diverses plantes et épices (Hasehemi et Davoodi, 2011)

Nom de la plante ou épice Nombre de composés biologiquemnt actifs identifiés
Bactéricides Antiviraux
Laurier 0 5
Moutarde noire 5 4
Poivre noir 14 -
Cassier 3 3
Piment rouge 8 6
Clou de girofle - -
Coriandre 20 12
Cumin 11 7
Ail 13 5
Gingembre 17 6
Réglisse 20 8
Origan 19 11
Graine d epavot - -
Romarin 19 10
Safran - -
Sauge 6 -
Sésame - -
Thym 5 3
Curcuma 5 3
Vainille 8 3

Par rapport à l’activité antimicrobienne in vivo, il convient de souligner les travaux de Xia et col. (2014) qui ont étudié l’efficacité thérapeutique de l’administration orale de trois doses (7, 10 et 15 ml/tête/jour) d’un produit phytogénique liquide contenant de la berbérine, du magnolol et de l’honokiol (970 μg /ml, 130 μg /ml et 300 μg /ml, respectivement) sur des porcelets avec de la diarrhée par colibacillose. De plus ils ont comparé ces doses de produit phytogénique avec le traitement avec de l’ofloxacine 4% (intramusculaire 0,1 ml/kg/jour), de la norfloxacine 10% (oral, 1 ml/jour) et de l’ofloxacine 4% + norfloxacine 10%. Comme on le voit sur le tableau 2, les trois groupes de porcelets traités avec différentes doses de produit phytogénique ont présenté un pourcentage plus important d’animaux guéris après le traitement que les groupes qui avaient reçu un des deux antibiotiques séparément, pour une même durée de traitement. Cependant, comme l’indiquent Windisch et col. (2008) de l’Université de Vienne, il est encore nécessaire de poursuivre les recherches sur les doses antimicrobiennes efficaces des nombreux composants phytogéniques disponibles en nutrition et en santé animale. Selon ces auteurs, les concentrations minimales inhibitrices (MIC) des extraits de plantes, de fruits et d’épices ainsi que les substances actives pures dépassent considérablement, dans beaucoup d’occasions, les doses habituellement ajoutées à l’aliment.

Tableau 2 Effet des différentes doses orales d’un produit phytogénique sur les porcelets atteints par la colibacillose (Xia et col., 2014)

Traitement % de guérison
Produit phytogénique 7 ml/jour 75%
Produit phytogénique 10 ml/jour 88,9%
Produit phytogénique 15 ml/jour 83,3%
Ofloxacine (4%) 68,3%
Norfloxacine (10%) 68,6%
Ofloxacine (4%) + Norfloxacine (10%) 81%

Au contraire, l’effet immunomodulateur et concrètement anti-inflammatoire des produits phythogéniques ajoutés à la ration semble jouer un rôle essentiel sur l’approche des tableaux entériques en production porcine. Liu et col (2014), dans leurs recherches sur l’ajout de produits phytogéniques dans les rations pour les porcelets sevrés, ont conclu que cet ajout régule l’expression de jusqu’à 490 gènes associés à la réponse immunitaire au niveau de la muqueuse iléale. De même, l’effet anti-inflammatoire des composés phytogéniques a été un sujet d’étude pour Gräber et col. (2014) à Halle (Allemagne), qui ont démontré que des porcelets, soumis à une inflammation induite par les antigènes d’Escherichia coli (LPS), ayant ont mangé une ration supplémentée avec la plante Agrimonia procera (0,87 g/kg), ont montré une plus faible expression de certaines cytokines pro-inflammatoires, comme le facteur de nécrose tumorale alfa (TNFα) et le IL-1β. Récemment, cet effet anti-inflammatoire des produits phytogéniques sur l’expression génique au niveau intestinal chez les porcelets a été corroboré par Grilli et col. (2015) en administrant aux rations un mélange de thym, de vanille et d’acides organiques (5 g/kg) aux porcelets sevrés (figure 1).

effet de l’ajout d’un mélange de thym, de vanille et d’acides organiques sur l’expression génique de diverses cytokines pro-inflammatoires dans l’intestin des porcelets (Grilli et col., 2015).
effet de l’ajout d’un mélange de thym, de vanille et d’acides organiques sur l’expression génique de diverses cytokines pro-inflammatoires dans l’intestin des porcelets (Grilli et col., 2015).

 Figure 1 : effet de l’ajout d’un mélange de thym, de vanille et d’acides organiques sur l’expression génique de diverses cytokines pro-inflammatoires dans l’intestin des porcelets (Grilli et col., 2015).

Dans cet article, on a seulement présenté quelques exemples de l’effet positif de l’administration de produits phytogéniques chez les porcelets. Les études en production porcine qui ont été réalisées et qui sont menées actuellement avec ce type de produits sont nombreuses. Devant la nécessité croissante de trouver des alternatives aux antibiotiques habituellement ajoutés à l’aliment, il sera impératif que les chercheurs, les fournisseurs, les producteurs de porcs, les nutritionnistes et les vétérinaires unissent leurs efforts pour avancer sur la connaissance de l’utilisation de ce type de produits d’origine botanique en nutrition et en santé porcine.

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.
Publier un nouveau commentaire

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

Vous n'êtes pas encore utilisateur de 333?inscrivez-vouset accédez aux cours du porc, au moteur de
recherche,...C'est gratuit et rapide
Etes vous enregistré dans 333?LOGINSi vous avez oublié votre mot de passe nous vous l'envoyons ici

tags