Lire cet article dans:

Vitesse de croissance et boiteries chez les truies de remplacement

Une vitesse de croissance élevée augmente-t-elle réellement le risque d'ostéochondrose et de boiteries ?

Mercredi 3 Janvier 2018 (il y a 1 mois 20 jours)
narran.oceane

Le développement des futurs reproducteurs pendant l'élevage est essentiel pour maximiser la performance et la durée de vie des truies. Dans la pratique, il peut être difficile d'intégrer tous les objectifs que les producteurs et les vétérinaires cherchent à satisfaire pendant la période d'élevage et de quarantaine. Dans l'ensemble, il peut être complexe d'obtenir un remplacement, venant souvent d'autres pays, qui ait des âges décalés, assurant un développement squelettique correct avec la vitesse de croissance désirée, avec une immunité contre les principaux agents présents dans l'élevage de destination et atteignant un état correct de réserves et du poids à la première insémination.

Le renouvellement représente environ 40-50% et, ces dernières années, la tendance a même été supérieure à 50% (BDPorc). 20% ou plus des truies qui entrent en production n'atteignent pas une deuxième mise-bas (López-Serrano et al., 2000, Lucia et al., 2000); et la faiblesse des membres et les boiteries sont la principale raison de l'élimination des nullipares (Engblom et al., 2008, Jense et al., 2010). De plus, on sait que les boiteries (10-15% dans l'élevage) sont liées à l'échec de la reproduction et réduisent la productivité (Heinonen et al., 2013). Elles sont également une source importante de pertes économiques (25 à 180 dollars par truie boiteuse) (Deen et al., 2008, Schuttert, 2008).

La cause principale de boiteries chez les nullipares en croissance est des problèmes dans le cartilage articulaire et d'origine non infectieuse qui sont appelés ostéochondrose (Ytrehus, 2007). La nutrition, le stress mécanique, le génotype et la vitesse de croissance sont les facteurs qui influencent apparemment l'apparition de l'ostéochondrose (Koning et al., 2014a, 2014b, Quinn et al., 2015). L'hypothèse initiale serait qu'il existe un seuil de poids pour lequel les os en développement et le cartilage sont fragiles et sensibles aux lésions articulaires (Busch et Wachmann 2011). Cependant, il existe une controverse importante dans la littérature sur le fait qu'un taux de croissance élevé augmente réellement le risque d'ostéochondrose et de boiteries (Yetrehus et al., 2004, Tóth et al., 2016).

Dans une étude observationnelle, l'apparition de boiteries d'origine non infectieuse chez les nullipares en croissance a été évaluée. Un total de 600 truies (Landrace x Yorkshire) entre 57-106 jours et 25,6 ± 8,6 kg de poids VIF (PV) ont été suivies pendant une période d'élevage de 20 semaines. Les jeunes nullipares ont été réparties en groupes d'âge et 10 animaux par case afin d'obtenir des poids égaux. Elles ont été nourries ad libitum et en trois phases (de 14, 70 et 52 jours) (EM: 2950, ​​2850, 2750 kcal / kg, respectivement) à base de maïs, de blé, d'orge et de soja. Un prémix commercial a été utilisé. Les nullipares ont été pesées individuellement et la démarche et la présence de boiteries ont été évaluées sept fois (tableau 1). Nous avons étudié l'évolution du poids vif (PV), du gain quotidien moyen (GMQ), entre les mesures et celle calculée à partir des intervalles de PV avant et après la détection de boiteries. La régression logistique a également été utilisée pour étudier le PV au moment où la boiterie était détectée en fonction de l'âge.

La prévalence de boiteries était de 8,34%, dont 46,15% ont apparemment guéris. Le PV à la première détection de boiterie a donné lieu à un intervalle de confiance de [114,6 - 130,5] kg et de [170,9 - 187,8] jours d'âge. A partir de 115 kg, les truies boiteuses présentaient un PV et un GMQ inférieurs à ceux des truis non affectées. En outre, en utilisant le PV ou le GMQ avant la détection de la boiterie, il n'a pas été possible de différencier les animaux boiteux de ceux qui ne le seraient pas. En effet, pour le GMQ entre 29-111 et 50-111 kg, aucune différence n'a été observée. Cependant, lorsque l'intervalle de PV a été étendu pour le calcul du GMLQ à 29-130 kg, les truies boiteuses ont montré un taux de croissance plus faible [882-949] g / j que les non boiteuses [942-963] g / d. Par conséquent, les résultats indiquent que les boiteries augmentent avec le PV et le temps indépendamment des performances précédentes.

Tableau 1. Evolution du poids de l'âge et détection des nullipares boiteuses pendant la phase d'élevage..

Nº Obs. Age
(jours)
PV moyen
(kg)
Boiteuses PV
(kg)
Boiteuses
(%)
Boiteuses
nouvelles (%)
Boiteuses
cumulées (%)
Boiteuses
guéries (%)
1 75 25,6 25,8 0,17 0,17 0,17 -
2 98 49,1 49,4 0,17 0,00 0,17 -
3 117 68,1 67,4 0,33 0,17 0,34 5,9
4 144 90,9 90,4 1,67 1,33 1,67 -
5 170 117,1 114,6 2,83 2,17 3,84 60,5
6 191 137,1 133,6 5,18 3,00 6,84 23,0
7 212 153,8 147,6 4,60 1,50 8,34 40,2
Graphique 1. Évolution du poids vif et de l'âge des nullipares boiteuses (bleu) et non boiteuses (noir)

Graphique 1. Évolution du poids vif et de l'âge des nullipares boiteuses (bleu) et non boiteuses (noir)

Le développement de l'ostéochondrose se produit à environ 10-12 semaines d'âge (Grevenhof et al, 2012; Tóth et al, 2016) et se présente principalement sous forme subclinique (Yetrehus et al., 2004). Il a été démontré que pendant la croissance et à 180 jours de la vie, 51-69% des lésions ont cicatrisé (Olstad et al., 2014). Par conséquent, la présence de boiterie clinique dans cette étude est susceptible de répondre à des lésions graves ou non cicatrisées (détectées entre 173-195 jours d'âge). Il est raisonnable d'accepter toute stratégie visant à améliorer le développement des articulations: assurer un bon rapport calcium/phosphore digestible, remplacer l'apport d'oligoéléments inorganiques par une forme organique (chélatée), apporter des vitamines et des antioxydants, rechercher des sources de soufre pour le développement du cartilage, éviter le stress physique ou minimiser la charge de PV avant 100 kg. Même ainsi, on ne sait pas si la «fenêtre» qui permet de minimiser la boiterie est entre 10-12 semaines (quand l'ostéochondrose se produit), ou entre 24-27 semaines d'âge (quand la boiterie apparaît).

Dans l'ensemble, la condition de boiterie supposait une réduction des performances en termes de croissance. Aucune preuve n'a été trouvée indiquant une relation positive entre la vitesse de croissance et l'incidence de la boiterie lorsque les rations sont formulées et complétées par des critères spécifiques pour le développement squelettique et articulaire pendant la période d'élevage.

Articles liés

Articles

Trêve de Noël02-Jan-2018 il y a 1 mois 21 jours

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

Vous n'êtes pas encore utilisateur de 333?inscrivez-vouset accédez aux cours du porc, au moteur de
recherche,...C'est gratuit et rapide
Etes vous enregistré dans 333?LOGINSi vous avez oublié votre mot de passe nous vous l'envoyons ici

tags