Voies de transmission directe et indirecte du SDRP (matériel et véhicules)

Le SDRP a été trouvé dans différentes sécrétions et excrétions porcines comme le sang, la semence, les fécès, les aérosols, le lait et le colostrum.

Lundi 30 Octobre 2006 (il y a 11 ans 11 mois 16 jours)
J'aime


Transmission directe

Les voies de transmission directe du SDRP à l'intérieur et entre des populations de porcs impliquent des animaux infectés et de la semence contaminée.

Le SDRP a été trouvé dans différentes sécrétions et excrétions porcines comme le sang, la semence, les fécès, les aérosols, le lait et le colostrum. On a aussi observé une transmission verticale pendant la phase intermédiaire et finale de la gestation. La transmission horizontale a été observée après le contact direct entre des animaux infectés et des animaux qui n'avaient pas eu de contact avec le virus, ainsi que la transmission par la semence de verrats infectés. On a détecté concrètement la présence du SDRP et de son ARN dans de la semence de verrats infectés de manière expérimentale respectivement aux 43ème et 92ème jours après infection (JPI).
L'élimination fécale continue d'être un sujet de débat, plusieurs études ont montré la présence du SDRP dans les fécès à partir du 28ème jour au 35ème après une infection expérimentale alors que dans d'autres études le virus n'a pas été détecté dans des échantillons fécaux.

Une infection très persistante

Les infections par le SDRP se caractérisent comme étant persistantes, ce qui joue un rôle important dans le contrôle et l'éradication de la maladie. Le virus du SDRP se réplique lentement, reste présent à des niveaux très faibles dans l'animal, finalement régresse lentement avec le temps. Pour le moment, on ne connaît pas le mécanisme qu'utilise le virus pour éviter le système immunitaire. Plusieurs études ont analysé la durée de la persistance du SDRP, mais les résultats sont très variables. En utilisant la Polymerase Chain Réaction (PCR), on a détecté l’ARN du SDRP sur des truies de renouvellement (6 à 7 mois d'âge) au-delà de 120 JPI avec une dissémination sur des sentinelles non infectées jusqu'à 86 jours. En ce qui concerne la persistance du SDRP au niveau de la population sur une certaine période, le SDRP était perceptible sur 100% des 60 porcs inoculés de manière expérimentale à 3 semaines de vie jusqu'à 63 JPI et sur 90% de ces mêmes porcs jusqu'à 105 JPI. L'infection des fœtus à 85-90 jours de gestation a donné lieu à des porcelets avec une infection congénitale par l’ARN du SDRP décelable sur sérum à 210 jours après mise-bas. Des porcs sentinelles mélangés avec ceux-ci (98 jours après mise-bas) ont développé des anticorps face au SDRP 14 jours après. Finalement, on a décrit une persistance prolongée du SDRP sur des animaux individuels de 154 à 157 JPI.

Transmission indirecte

Vecteurs inertes

Durant les dernières années, on a trouvé différentes voies de transmission indirecte au moyen de vecteurs inertes. Les bottes et les cottes ont été identifiées concrètement comme des sources potentielles de SDRP vis-à-vis de porcs non infectés. Le risque de transmission par ces voies peut être réduit par l'utilisation de protocoles impliquant le changement de bottes et de vêtements, la propreté des mains, les douches et le respect d’un intervalle de 12 h entre le contact des porcs.

Le SDRP peut être transmis mécaniquement dans un élevage par les aiguilles, les bottes ou les vêtements de travail contaminés.


Étant donné la tendance du SDRP à circuler et à se répliquer dans le sang, les aiguilles pour injections ont été aussi reconnues comme moyens indirects de transmission du SDRP entre les porcs.
Enfin, on a aussi démontré une transmission mécanique du SDRP, autant par temps froid que chaud, selon une séquence d'événements coordonnés qui impliquaient les vecteurs inertes (bottes, réfrigérateurs et emballages, envois de paquets, véhicules) et certains modes de comportement du personnel. Toutefois, des études ont démontré que certaines stratégies d'intervention, comme l'utilisation de sur-chaussures jetables, de pédiluves, de gants et de cottes jetables conçus pour entrer dans les élevages réduisent de manière significative le niveau de contamination par le SDRP de la surface des 'objets et par conséquent sa propagation mécanique.

Véhicules de transport

Les véhicules de transport ont été récemment étudiés comme étant des voies potentielles dans la transmission mécanique du SDRP.
Une étude utilisant un modèle de véhicule à l'échelle 1:150 a montré comment des porcs sains pouvaient être infectés par le SDRP par le contact avec l'intérieur du véhicule contaminé et comment le séchage d'un véhicule réduit l'infection. Récemment, une méthode pour améliorer le séchage des véhicules par l'utilisation d'air chaud à grande vitesse (système thermo-assisté de séchage et de décontamination) s'est montrée efficace dans l'élimination du SDRP d'un véhicule contaminé. Avec le séchage, les désinfectants peuvent aussi être utilisés pour stériliser les véhicules après leur utilisation; toutefois, on a observé des différences dans l'efficacité des désinfectants utilisés.
En accord avec ces études, il semble que les composés peroxygènés et les combinaisons d'ammoniums quaternaires et de chlorure d’ammonium quaternaire - glutaraldéhyde sont des produits hautement efficaces.

Articles

Voies de transmission indirecte du SDRP 13-Nov-2006 il y a 11 ans 11 mois 3 jours
Etiologie et signes cliniques du SDRP16-Oct-2006 il y a 12 ans

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.
Publier un nouveau commentaire

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

Vous n'êtes pas encore utilisateur de 333?inscrivez-vouset accédez aux cours du porc, au moteur de
recherche,...C'est gratuit et rapide
Etes vous enregistré dans 333?LOGINSi vous avez oublié votre mot de passe nous vous l'envoyons ici

tags