Juan Sanhueza

Juan Sanhueza
7Jose Casanovas M.ViscarellimcrisolSECCv.slavov84

University of Minnesota. Etats Unis

Juan a étudié la médecine vétérinaire à l'Université du Chili, obtenant son diplôme en 2004. Au cours de cette année, Juan a commencé à travailler dans le Service de l'Agriculture et de l'Elevage (SAG) où il a exercé des fonctions d'évaluation des médicaments vétérinaires pour leur vente dans ce pays.

En 2009, Juan a commencé un Master en Etudes Vétérinaires (MVS), épidémiologie vétérinaire, à l'Université de Massey, en Nouvelle-Zélande. Pendant cette période, Juan a mené des recherches sur le rôle des agents pathogènes infectieux sur la fertilité des bovins de boucherie. Plus précisément, sur les taureaux positifs à Campylobacter fetus subsp. venerealis et son association avec le taux de conception et aussi le rapport entre avortements et séro-positivité à BVDv, Neospora caninum, Leptospira borgpetersenii serovar Hardjo et Leptospira interrogans sérovar Pomona.

En 2012, Juan a débuté son doctorat sur la leptospirose professionnelle en Nouvelle-Zélande (Université de Massey, Nouvelle-Zélande). Pendant cette période, il a étudié la prévalence d'anticorps contre Leptospira chez les vétérinaires et les éleveurs, les facteurs de risque associés à l'état sérologique, et l'association entre la sérologie et les symptômes similaires à influenza dans ces groupes professionnels. En outre, il a fourni une estimation de l'efficacité de la vaccination contre le Leptospira chez les bovins et du coût de la leptospirose humaine en termes d'années de vie ajustées sur l'incapacité (DALY) et leur valeur monétaire.

En 2016, il a travaillé comme assistant de recherche au centre d'épidémiologie vétérinaire (EpiCentre) de l'Université Massey, pour ensuite rejoindre l'Université du Minnesota en 2017 en tant que post-doctorant au sein du département de médecine de population à la faculté de médecine vétérinaire où il travaille sur le projet de surveillance de la santé porcine (Swine Health Monitoring Project) dans le cadre duquel les sociétés de production porcines, qui représentent environ 50% de la population porcine des États-Unis, partagent volontairement des données sur l'incidence du SDRP et de la DEP.

 

Curriculum actualisé : 17-Oct-2017

Articles