Approche d'un problème global d'élevage

Description de l'élevage, appel de l'éleveur et premières hypothèses
Lundi 12 Janvier 2009 (il y a 9 ans 1 mois 8 jours)
Description de l'élevage, appel de l'éleveur et premières hypothèses


Situation de l'élevage

Il s'agit d'un naisseur-engraisseur situé en Côtes d’Armor.
145 truies en 4 bandes toutes les 5 semaines. L’objectif est de 30 mise-bas par bande.
L’aliment (complémentaire pour les charcutiers et complet pour les autres), les cochettes et les doses d’IA sont achetés à l’extérieur.

Il y a 2 post-sevrages sur site.
2 bandes sont engraissées sur site et 3 bandes sur un site extérieur.
150 truies présentes, 600 places de post-sevrage, engraissement sur site : 2 * 243 places et 120 places.

Description de l'élevage

Nombre de places
Quarantaine 2 cases de 5
Verraterie bloquée 58 places et 1 case verrat
Gestantes sur paille 4 cases de 16 (2 cases par bande)
Maternité 2 salles (14 + 18)
Post-sevrage 2 fois 243 places et 1 fois 120 places
Engraissement 1065 places dont 466 sur site (246 sur caillebotis et 220 sur paille) et 600 sur un autre site


Problématique rencontrée par l'éleveur

Faible appétit des truies à l’entrée en maternité et après mise-bas.
Fertilité moyenne, avortements en fin de gestation (1 à 2 par bande).
Diarrhée en post-sevrage
Mauvaise croissance : 204 jours à 115 kg

Hypothèses de travail

A ce stade les hypothèses pouvant être formulées sont les suivantes en fonction des troubles :

Avortements : hypothèse sanitaire (SDRP)
Fertilité : hypothèse sanitaire (SDRP) et consommation des truies en maternité (niveau et régularité).
Appétit des truies : hypothèse alimentaire en gestante, hépatoprotecteur, et hypothèse zootechnique avec le confort en maternité.
Diarrhée en post-sevrage : hypothèse zootechnique (confort des porcelets).
Croissance : conséquence du post-sevrage et hypothèse génétique mâle.


Présentation de la conduite d'élevage en Novembre 2007


Quarantaine

- Réception de 5 cochettes toutes les 6 semaines
- Les cochettes restent entre 6 et 10 semaines en quarantaine
- Elles sont alimentées à l’auge en 2 repas avec de l’aliment jeune reproducteur.
- Vaccinations :

Vaccin
1ère injection
2ème injection
Porcilis PRRS
A l’arrivée
Nobivac ART
1 semaine
7 semaines
Parvoruvax
2 semaines
5 semaines
Circovac
3 semaines
6 semaines

Verraterie

- Sevrage le mercredi matin
- Inséminations à partir du lundi avec achat de semence.
- Alimentation en 2 repas de soupe avec une dilution de 4,9litres/kg et pas de repas d’eau.
- Bâtiment sur caillebotis, truies bloquées avec une bonne luminosité.
- Passage sur paille après échographie.

Gestantes

- Bâtiment sur paille, 2 cases par bande.
- 2 repas de soupe, sans repas d’eau avec la même dilution de la soupe qu’en verraterie.
- Quantité d’aliment : 2,8 kg pendant toute la gestation.
- Vaccination : Nobivac ART et Circovac 3 et 2 semaines avant mise-bas et Parvoruvax la semaine avant sevrage.
- Vermifuge injectable en fin de gestation.

Maternité

- 2 salles sur caillebotis
- Sevrage à 21 jours.
- 1 boitier de ventilation pour les 2 salles
- Température des salles élevée : 24 à 26°C.
- Alimentation manuelle, 1,5 kg le lendemain de la mise-bas avec une augmentation de 500 g par jour et arrêt à 7,5 kg.
- Utilisation de Dinolytic après mise-bas.
- Les porcelets sont traités au Baycox.
- Ils sont vaccinés au sevrage pour le mycoplasme.

Post-sevrage

- 2 salles avec 6 cases par salle.
- Caillebotis plastique.
- Ventilation défaillante, régulations à changer.
- Débit des abreuvoirs inférieur à 1,5 l/min.

Engraissement

- La génétique mâle a été changée et les premiers porcelets issus de la nouvelle génétique sont en début d’engraissement.
- Résultats de croissance variables en fonction des bâtiments mais tous moyens.


Observations et résultats en Novembre 2007


Cochettes

- Sensibilité diarrhée néonatale sur les porcelets des cochettes.
- Fertilité : résultats des échographies pour les cochettes sur l’année 2007 avec le nombre de cochettes saillies et le nombre de cochettes pleines par bande. Bonne fertilité des cochettes en moyenne de 89%.


- Prolificité des cochettes : résultats de naissage des cochettes par bande en nés totaux et mort-nés par bande au cours de l’année 2007. Prolificité élevée sur cochettes avec peu de mort-nés.


Fertilité des truies

- Plusieurs truies paraissent maigres.
- Ecoulements sur 1 à 3 truies par bande depuis au moins 1 an.
- Fertilité variable entre 74 et 90% : fertilité moyenne inférieure à 82% avec des résultats plus mauvais entre mai et septembre 2007.


Prolificité des truies


Prolificité élevée et régulière avec peu de mort-nés.

Gestantes

- Avortements fin de gestation; 1 à 2 par bande, après vaccination et vermifugation.
- Les truies paraissent relativement homogènes et présentent un bel aspect (poil et coloration).

Maternité

- Mauvais appétit des truies :
. soit dés l’entrée en maternité
. soit après mise-bas
- La baisse d’appétit est rarement accompagnée d’hyperthermie.
- Absence d’écoulement vulvaire.
- Absence d’œdème mammaire.
- Sensibilité diarrhée néonatale sur les porcelets issus des primipares.
- Porcelets hétérogènes à la naissance et hétérogènes au sevrage.
- Poids de sevrage de 5,5 kg à 5,8 kg en moyenne : 5,26 kg pour le sevrage du 10/10/2007 et 5,8 kg pour le sevrage du 14/11/2007 pour 12,3 et 12 sevrés en moyenne par truie.
Porcelets hétérogènes au sevrage

Post-sevrage

-Déjections molles ou diarrhée 8 à 10 jours après sevrage.

Engraissement


- Trop faible croissance

GTE
GMQ PS 8-30
GMQ ENG 30-115
AGE 115 jours
01/03/07 au 31/10/07
453
718
197



Démarche proposée et résultats obtenus


Démarche proposée en novembre 2007

Cochettes

Hypothèse sanitaire de l’origine de la diarrhée néonatale sur les porcelets en maternité.

• Dans un premier temps un traitement est mis en place sur les porcelets : Baytril.
• Le traitement étant efficace, l’hypothèse de la diarrhée néonatale colibacillaire est prise et la vaccination est mise en place sur les cochettes vis-à-vis de la colibacillose.

Truies


Hypothèse sanitaire pour les métrites et les avortements et hypothèse zootechnique et alimentaire pour l’appétit des truies en maternité et le poids des porcelets.

Métrites : hypothèse d’une infection chronique (absence de traitement ou d’entretien urinaire). Une observation des utérus et vessie à l’abattoir est réalisée. Une analyse histologie sur les utérus a mis en évidence une endométrite chronique légère et un programme d’entretien urinaire a été proposé.
Avortements : un dépistage sérologique SDRP est prévu.
Poids des porcelets à la naissance et appétit des truies à l’entrée en maternité : la dilution de la soupe est diminuée à 3 litres/kg et un repas d’eau est rajouté. Le plan d’alimentation est également revu et adapté aux besoins de la truie à chaque stade.
Confort en maternité : la ventilation en maternité doit être gérée par salle.

Post-sevrage

Travail sur le confort des animaux : la ventilation est à revoir et les débits des abreuvoirs sont augmentés entre 1,5 et 2 litres/min.

Résultats obtenus après la visite de Novembre 2007

Cochettes

Arrêt des diarrhées néonatales sur les porcelets issus des primipares.

Truies

- L’entretien urinaire n’a pas été mis en place et les métrites persistent.
- Amélioration du poids moyen des porcelets à la naissance mais les porcelets paraissent toujours hétérogènes et il n’y a pas eu d’effet sur l’appétit des truies en maternité.
Un essai de distribution d’un hépatoprotecteur a été réalisé sans effet sur l’appétit des truies.
- La modification de la ventilation en maternité a légèrement amélioré la consommation en cours de lactation : les truies consomment plus de 7,5kg par jour en fin de lactation. Il y a eu également un changement d’aliment allaitante en mai qui a permit une légère amélioration sur 2 bandes du poids moyen de sevrage mais l’hétérogénéité des porcelets persiste.

Date sevrage 19/12/2007 23/01/2008 27/02/2008 01/04/2008 07/05/2008 11/06/2008 16/07/2008 20/08/2008 29/10/2008
Poids sevrage
5,8
5,41
5,9
5,7
5,8
6
6,21
6,14
6,05
Nb de sevrés
11.6
12.1
11.5
11.6
11.7
11.6
11.2
10.3
Poids moyen de portée
67
65
68
66
68
70
70
63

- Les sérologies SDRP sur les truies ayant avortées sont positives et un profil sérologique est proposé.

Post-sevrage


- L’amélioration du confort des animaux a permis une amélioration de l’aspect digestif.

Engraissement

- Le changement de génétique et probablement l’amélioration de la qualité digestive du porcelet en post-sevrage a permis une amélioration de la croissance

GTE GMQ PS 8-30 GMQ ENG 30-115 AGE 115 jours
01/03/07 au 31/10/07
453
718
197
01/11/07 au 30/06/08
461
782
185



Démarche SDRP et évolution de l'élevage


Démarche SDRP menée en janvier 2008

- Profil instable avec 100% des truies prélevées positives (cochettes, 1ères et 2èmes portées).
- Les charcutiers prélevés à 12, 17 et 22 semaines sont positifs.
- Un programme de stabilisation SDRP est proposé et la démarche démarre semaine 9 : vaccination des truies et des porcelets et mise en place des règles de biosécurité.
- La vaccination Circovac est arrêtée.

Résultats SDRP

- Diminution du nombre de splay-leg et nette amélioration de la qualité des porcelets à la naissance.
- Amélioration de la fertilité dés la première bande vaccinée SDRP avant la mise-bas : la fertilité est supérieure 90% à partir de mai jusqu’à juillet 2008 mais elle baisse de nouveau à partit de août 2008.


Evolution de l'élevage

Un certain nombre de problèmes persistent :

• L’appétit des truies à l’entrée en maternité reste très variable.
• L’hétérogénéité des porcelets au sevrage persiste.
• Une nouvelle baisse de fertilité en août 2008 est observée et est accompagnée d’une persistance des métrites.



Nouvelle démarche et conclusions


Nouvelles propositions et mesures en septembre 2008

Les hypothèses zootechnique et alimentaire sont conservées.

Appétit des truies

- Dans plusieurs élevages, un changement de comportement des truies en liberté a été observé en alimentant les truies seulement une fois par jour. La démarche est proposée à l’éleveur.

Métrites

- Pendant la lactation, un passage supplémentaire en milieu de journée est réalisé pour rajouter de l’eau aux truies qui consomment plus (l’objectif est que les truies aient toujours de l’eau à disposition pendant la lactation).
- la mise en place d’un entretien urinaire est de nouveau proposée à l’éleveur.

Hétérogénéité des porcelets

- Pour travailler sur l’homogénéité des porcelets au sevrage, nous envisageons de travailler sur l’homogénéité des porcelets à la naissance. Pour cela nous nous fixons comme objectif d’obtenir des truies homogènes à l’entrée en maternité avec une conformation longiligne (peu de développement musculaire).
- Les truies étant trop conformées 1 mois avant la mise-bas (trop de développement des jambons et de la longe), elles sont rationnées de 200 g à partir de la mise en groupe sur paille après l’échographie et jusqu’à 1 mois avant mise-bas. La ration est toujours augmentée le dernier mois de gestation.
- Un suivi des épaisseurs de lard sur les truies est réalisé.

Résultats du changement d'alimentation et d'abreuvement

Appétit des truies

- Le changement du comportement alimentaire des truies à l’entrée en maternité et en début de lactation est net dés la première bande ayant reçu un seul repas par jour en gestation. Il n’y a plus de refus alimentaire ni à l’entrée en maternité ni après mise-bas sur les mise-bas de novembre de décembre. Les conséquences sur la fertilité seront importantes.

Métrites

- A suivre : mise en place de l’amélioration de l’abreuvement en maternité et de l’entretien urinaire en décembre.

Hétérogénéité des porcelets

- Pour les mesures d’épaisseur de lard sur les truies à l’entrée en maternité, d’un écart type de 4 pour une bande, nous sommes arrivés à un écart type de 2 sur la bande en mise-bas en décembre 2008. Je ne parlerais de valeur d’épaisseur de lard à la truie ou de moyenne d’épaisseur de lard car l’objectif n’est pas de valider une mesure mais d’améliorer l’homogénéité des truies. La valeur de l’écart-type par bande est ici la mesure la plus intéressante. Le résultat sur l’homogénéité des porcelets sera connu en 2009 !!
- Les 2 indicateurs seront le poids moyen au sevrage et le pourcentage de perte en lactation.

Dates sevrages 2008
23/01
27/02
02/04
07/05
11/06
16/07
20/08
%perte/NV
12,1
14,4
13
16
16
12,7
12,1
Poids moyens au sevrage (kg)
5,41
5,90
5,70
5,80
6,00
6,21
6,14

Porcelets sevrés au début du mois de janvier 2009 : l’amélioration de l’homogénéité des porcelets au sevrage a été nettement observée par l’éleveur.
Il n’y a pas eu de traduction sur le poids moyen des porcelets car l’ajout d’eau aux truies en maternité n’a pas été réalisé et est prévu pour la prochaine bande.

Conclusions

L’approche sanitaire a permis de gérer les expressions cliniques :
- Vaccination colibacillaire pour les diarrhées colibacillaires
- Vaccination SDRP pour les avortements et les porcelets fébriles à la naissance

L’approche zootechnique a permis :
- L’amélioration de la qualité digestive des porcelets en post-sevrage avec un impact probable sur la croissance en engraissement (sans oublier l’effet du changement de génétique mâle).
- Une légère amélioration de l’appétit des truies en cours de lactation.

L’approche alimentaire a permis :
- La nette amélioration de la consommation des truies en maternité ce qui était le problème majeur pour l’éleveur.

Il reste à valider que l’homogénéité des truies à l’entrée en maternité, la consommation des truies en maternité et l’attention portée sur l’abreuvement en lactation vont apporter un effet durable sur la fertilité et l’homogénéité des porcelets en maternité.


Commentaires

Le présent cas clinique concerne un élevage naisseur engraisseur situé en Côtes d’Armor avec 145 truies en 4 bandes toutes les 5 semaines

La problématique de l’éleveur était globale et concernait les différents stades de l’élevage : appétit des truies en maternité, fertilité, avortements en fin de gestation, diarrhée en post-sevrage, croissance. Cependant les avortements et l’appétit des truies en maternité étaient les 2 axes prioritaires pour lui. Pour la croissance en engraissement, la démarche génétique était déjà engagée lors de mon premier passage.

Les avortements se sont arrêtés avec la vaccination SDRP.
L’appétit des truies s’est résolu avec la démarche alimentaire.


Pour les objectifs secondaires l’ensemble des démarches sanitaire, zootechnique et alimentaire ont permis une amélioration : la vaccination pour les diarrhées néonatales, la ventilation et l’abreuvement pour les diarrhées en post-sevrage.

Une amélioration de la fertilité après la vaccination SDRP a été observée mais les résultats restent instables et nous attendons les effets de l’amélioration de la consommation alimentaire en maternité ainsi que le travail réalisé sur l’abreuvement en lactation.

L’homogénéité des porcelets passe par un travail sur l’homogénéité des truies. Le principal objectif est d’aider l’éleveur à objectiver la conformation de ces truies pour adapter la conduite alimentaire en fonction de l’objectif « conformation et qualité des truies à l’entrée en maternité », de l’aliment et de l’environnement de l’élevage (conditions de logement, pression sanitaire, niveau de performance…).

Le partenariat avec l’éleveur a été l’élément le plus important pour pouvoir mettre en place les différentes approches.


Dr Régine CHAPON
Cabinet CELTIVET
22 - PLOUMAGOAR

Cas cliniques

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

Vous n'êtes pas encore utilisateur de 333?inscrivez-vouset accédez aux cours du porc, au moteur de
recherche,...C'est gratuit et rapide
Etes vous enregistré dans 333?LOGINSi vous avez oublié votre mot de passe nous vous l'envoyons ici