Arthrites à Escherichia coli 078 K80

Description de l'élevage
Jeudi 27 Novembre 2003 (il y a 14 ans 2 mois 24 jours)
narran.oceane
Description de l'élevage

Présentation générale :

· Il s'agit d'un élevage naisseur-engraisseur de 220 truies en conduite 3 semaines situé dans une zone de forte densité porcine.
· La chaîne de bâtiments est cohérente et bien entretenue
· L'aliment est fabriqué à la ferme.
· L'élevage pratique l'auto-renouvellement pour les cochettes.

Constitution du cheptel truies :
  • Noyau Large White (représentant moins de 10 % des truies). Les saillies sont réalisées par insémination artificielle avec des semences achetées (verrats Landrace). Les issus Large White-Landrace sont bouclés et élevés dans des salles à part à partir de 25 Kg .
  • Truies Large-White-Landrace : saillies naturelles.

    Statut sanitaire :

    - Aujeszky : indemne

    - SDRP: positif.

    - Actinobacillus pleuropneumoniae : positif (Biovar 1 Serovar 2).
    L'élevage a connu des épisodes cliniques au cours des années 2000-2001 (mortalités en fin d'engraissement et saisies à l'abattoir).

    - Mycoplasma hyopneumoniae : positif.

    - Des épisodes de colibacillose (K88) sont fréquemment observés en début de PS

    - On observe parfois des boiteries sur les cochettes. Des prélèvements ont été réalisés sur des articulations de cochettes à l'abattoir mais aucun germe n'a pu être isolé. Elles ont toutefois fait l'objet d'un traitement oral à la tylosine qui semble avoir eu un effet positif sur les problèmes locomoteurs.

    Programme de prophylaxie


    Truies
    Porcelets
    Vaccinations
  • Aujeszky
  • Rouget
  • Parvovirose
  • Grippe
  • Rhinite atrophique
  • Aujeszky
  • Mycoplasme (3 injections à 2, 5 et 15 semaines d'âge)
  • Déparasitage
  • Flubendazole sur toutes les truies 2 fois/an
  • Amitraz en pulvérisation avant l'entrée en maternité
  • Flubendazole dans l'aliment 1er âge.
  • Antibioprévention Un traitement préventif de la colibacillose est réalisé en début de post-sevrage (colistine dans le 1er âge).
    Il est parfois prolongé sur la période de transition entre le premier et le deuxième âge .


    Résultats techniques :

    Les résultats techniques sont bons (24 charcutiers vendus par truie présente et par an en 2002). On observe toutefois, depuis l'été 2003, une baisse du GMQ en engraissement

    Visite de l'élevage

    Objet de la visite :

    Depuis Mars 2003, on constate une nette augmentation des cas de boiteries sur les cochettes et les truies mais aussi en maternité et début de post-sevrage (ce qui est nouveau).
    La visite ne pouvant avoir lieu avant un délai de deux semaines, il est conseillé à l'éleveur de réaliser les traitements d'attente suivants :
  • Porcelets : Amoxicilline (20 mg/kg) en IM 2 fois à 48 heures.
  • Cochettes : Lincomycine (10 mg/kg) en IM 3 fois à 24 heures.

    Visite de l'élevage

    Reproducteurs

    • 2 cochettes ont une posture en "chien assis" et boitent légèrement quand on les lève.

    • 1 cochette présente une boiterie sévère au niveau du membre antérieur gauche et se déplace difficilement.

    • Les autres animaux sont en bon état général. On ne remarque ni anorexie, ni toux, ni diarrhée.


    Maternité
    On observe des arthrites sur environ 5% des porcelets. Certains ont plusieurs articulations touchées. Leur état général est moyen mais ils ne présentent pas d'autre signe clinique.

    Post-Sevrage

    On constate le même type de symptômes (polyarthrites) sur 4 à 5% des animaux essentiellement en début de PS (8 à 15 kg).

    Engraissement

    Il n' y a pas de problèmes particuliers en engraissement

    Efficacité des traitements conseillés au téléphone.

    Les traitements conseillés au téléphone se sont révélés inefficaces dans le cas présent.

    Conclusion immédiate de la visite

    Il est décidé d'autopsier des porcelets en maternité et en post-sevrage non traités et de réaliser des cultures bactériennes sur les lésions d'arthrites.
    En attendant les résultats d'analyse, il est conseillé de traiter les boiteries avec de la Marbofloxacine (2mg/kg) par voie intra-musculaire 3 fois à 24 heures.
    Enfin, la cochette la plus atteinte est euthanasiée.

    Evolution du cas et premiers résultats d'analyses

    Evolution du cas après la visite

    Trois jours plus tard, 6 porcelets sous la mère (15 jours d'âge) et 4 porcelets de post-sevrage (4 à 7 semaines d'âge) ont été euthanasiés.
    L'état des cochettes s'est aggravé.
    Le traitement mis en place (marbofloxacine) semble être inefficace.

    Résultats des autopsies

    4 porcelets traités à l'amoxicilline (2 en maternité et 2 en post-sevrage) sont autopsiés et des cultures bactériennes sont réalisées à partir des articulations.

    Porcelets
    N°1 (maternité)
    N°2 (maternité)
    N°3 (PS)
    N°4 (PS)
    Poids
    6 kg
    5 kg
    10 kg
    10 kg
    Etat général
    Moyen(amaigrissement peu prononcé)
    Moyen(amaigrissement peu prononcé)
    Bon
    Bon
    Appareil circulatoire
    RAS
    RAS
    Péricardite purulente
    RAS
    Appareil respiratoire
    RAS
    RAS
    Pleurésie
    RAS
    Appareil digestif
    RAS
    Estomac vide
    Muqueuse congestionnée, intestins dilatés, contenu pâteux, jaune
    "diarrhée mayonnaise"
    Appareil locomoteur
    Polyarthrite purulente
    Polyarthrite purulente
    Polyarthrite purulente
    Polyarthrite purulente



    Une recherche bactériologique a été mise en route à la suite de ces autopsies.

    Bactériologie, diagnostic et mesures prises

    Résultats de la bactériologie

    Les analyses bactériologiques ont permis l'isolement et l'identification d'un contaminant commun à partir des articulations :

    Porcelets
    N°1 (maternité)
    N°2 (maternité)
    N°3 (PS)
    N°4 (PS)
    Isolement Identification
    Escherichia coli 078K80
    Escherichia coli 078K80
    Escherichia coli 078K80
    Escherichia coli 078K80
    Antibiogramme
    OUI
    NON
    NON
    OUI


    Deux antibiogrammes ont été réalisés à partir de 2 des 4 cultures bactériennes.

    Les résultats obtenus à partir des deux isolats sont identiques et sont indiqués dans le tableau ci-dessous.

    INTERPRETATION
    Aminosides Gentamycine
    Résistant
    Spectinomycine
    Résistant
    Apramycine
    Sensible
    Néomycine
    Sensible
    Bêta-lactamines Amoxicilline
    Résistant
    Ceftiofur
    Sensible
    Quinolones Acide oxolinique
    Résistant
    Fluméquine
    Résistant
    Enrofloxacine
    Résistant
    Marbofloxacine
    Résistant
    Polypeptides Colistine
    Sensible
    Sulfamides Triméthoprime +Sulfamides
    Résistant
    Tétracyclines Oxytétracycline
    Sensible
    Doxycycline
    Résistant

    Remarque : dans cet antibiogramme, il est intéressant de noter qu'à l'intérieur d'une même famille d'antibiotiques, les sensibilités sont très différentes, ce qui conforte l'idée qu'il est aujourd'hui indispensable de systématiser les antibiogrammes suite à l'isolement et l'identification de bactéries pathogènes.

    Diagnostic

    En tenant compte des lésions observées à l'autopsie, les résultats d'analyse orientent le diagnostic vers des arthrites à Escherichia coli 078 K80. Les antibiogrammes effectués sur ce germe expliquent les échecs thérapeutiques.

    Mesures prises

    Mesures curatives

    Les animaux atteints ont été traités au Ceftiofur par voie intramusculaire (1mg/kg) 3 jours de suite .

    Mesures préventives

    Vaccination

    Il a été décidé de faire fabriquer un autovaccin à partir de la souche isolée au laboratoire.
    La vaccination sera réalisée sur les truies 6 et 3 semaines avant la mise-bas.

    Hygiène des porcelets

    Une poudre asséchante et désinfectante est épandue sur le nid des porcelets les deux premiers jours de vie
    La pince à couper les dents a été remplacée par une meule à dent .

    Désinfection

    Les salles de maternité et de sevrage sont nettoyées et désinfectées entre chaque bande . La désinfection est réalisée avec un désinfectant homologué à 1 % (Aseptol 2000). Une double désinfection (thermonébulisation) a été effectuée dans les salles de maternité et de post-sevrage.

    Evolution du cas :

    On a peu de recul car les premiéres truies vaccinées avec l'autovaccin sont en train de mettre bas . Les truies ont bien supporté le vaccin . On peut imaginer qu'on aura une bonne réponse suite à la vaccination pour les porcelets sous la mère et en PS et on pourrait ouvrir le débat pour les cochettes : le vaccin aura t il une action sur les arthrites des cochettes ?


    Commentaires

    Il s'agit d'un élévage atteint d'arthrites à Escherichia coli 078 K80

    Concernant les hypothèses diagnostiques:

    Un certain nombre d'hypothèses diagnostiques pouvaient être envisagées pour expliquer ces boiteries :
  • Arthrites à Mycoplasma hyosynoviae parfois observées sur les cochettes et les charcutiers en fin d'engraissement. Le traitement à la tylosine (ou lincomycine) est en général efficace..
  • Rouget : peut être observé sur les cochettes qui ne sont pas encore vaccinées ou sur les porcs charcutiers.
  • Arthrites à Haemophilus parasuis.
  • Pathogènes opportunistes : streptocoques, staphylocoques, colibacilles, …

    La diversité des hypothèses confirme bien l'importance du recours au laboratoire pour la mise en place de thérapeutique ciblée

    Concernant l'Escherichia coli 078 K80

    Escherichia coli 078 K80 est un germe d'environnement qui est fréquemment isolé d'infections (le plus souvent respiratoires) chez les volailles (poulets, dindes, canards). Ces infections sont souvent graves et se traduisent par de la mortalité. Il s'agit généralement d'un germe de surinfection qui s'exprime à la suite d'une affection virale (bronchite infectieuse, Gumboro…) bactérienne (ornithobactérium, clostridium) ou mycoplasmique ou d'une irritation des voies respiratoires (par l'ammoniac par exemple)… .Il peut être responsable de lésions diverses : aérosacculites, péricardites, pneumonies et arthrites. Des formes septicémiques sont très courantes.

    La transmission du germe peut avoir pour origine l'eau de boisson, l'aliment, les animaux sauvages (oiseaux, rongeurs) ou les insectes coprophages.

    On a aussi rapporté,chez l’homme, des cas de méningite à Escherichia coli 078 K80

    En général, ce sérotype d'Escherichia coli est résistant à de nombreux antibiotiques comme on a pu le constater dans le cas présent.

    Escherichia coli 078 K80 est rarement recherché en pathologie porcine. Il est possible que cette souche soit impliquée dans un certain nombre de cas où les traitements habituels ne sont pas suivis d'effets.
    Dans le cas actuel, l'éleveur ne possède pas d'élevage de volailles et il est donc difficile d'expliquer l'origine de la contamination, on peut toutefois penser aux oiseaux sauvages, à l'eau de boisson voire à l'aliment.

    Existe-t-il une corrélation entre les arthrites des cochettes et celles des porcelets ?


    On peut se demander si les arthrites qui sont régulièrement observées dans l'élevage sur les cochettes seraient également dues à Escherichia coli 078 K80 bien que aucun germe n'ait été isolé sur de telles arthrites et que le traitement à la tylosine par voie orale semble avoir été suivi d'effets.

    Il sera donc intéressant de voir, à terme, si l'autovaccin permet de diminuer le problème d'arthrite qui est régulièrement observé, de façon sporadique, sur l'élevage.
  • Cas cliniques

    Commentaires de l'article

    Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.

    Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

    Vous n'êtes pas encore utilisateur de 333?inscrivez-vouset accédez aux cours du porc, au moteur de
    recherche,...C'est gratuit et rapide
    Etes vous enregistré dans 333?LOGINSi vous avez oublié votre mot de passe nous vous l'envoyons ici