Association Pasteurelle + Mycoplasme

Présentation de l'élevage et appel de l'éleveur Présentation de l'élevage - Elevage naisseur-engraisseur de 350 truies situé en Bretagne dans une zone à forte densité porcine. - L'élevage se divise en trois sites distants de quelques kilomètres : * Premier site : quarantaine, naissage, bâtiments de post-sevrage et engraissement réservés aux plus petits porcelets des bandes. * Deuxième site : post-sevrage et 60% des engraissement...
Jeudi 29 Novembre 2007 (il y a 10 ans 2 mois 21 jours)

Présentation de l'élevage et appel de l'éleveur

Présentation de l'élevage

- Elevage naisseur-engraisseur de 350 truies situé en Bretagne dans une zone à forte densité porcine.
- L'élevage se divise en trois sites distants de quelques kilomètres :

* Premier site : quarantaine, naissage, bâtiments de post-sevrage et engraissement réservés aux plus petits porcelets des bandes.
* Deuxième site : post-sevrage et 60% des engraissements.
* Troisième site : engraissement des 30% restants, transfert sur ce site à la sortie de post-sevrage du deuxième site.

- Elevage peuplé en 2006 avec des cochettes issues d'un élevage à haut statut sanitaire indemne de SDRP, de rhinite atrophique, d'Actinobacillus pleuropneumoniae (2 et 1, 9, 11) et de mycoplasme.
- Bâtiments existants restés vides plusieurs mois et entièrement lavés et désinfectés.
- Conduite 5 bandes et sevrage 21 jours.
- Achat de cochettes de haut statut sanitaire de la même origine reçues à 5,5 mois d'âge toutes les 8 semaines.
- Achat de semence.
- Achat d'aliment du commerce pour les truies et les porcelets.
- Utilisation de complémentaire en engraissement.
- L'eau de boisson provient d'un forage et est chlorée.

Statut sanitaire de l'élevage


- SDRP : Mise en place de la vaccination des truies dès le peuplement. Vaccination des issues mise en place au printemps 2007.
- Actinobacillus pleuropneumoniae : indemne.
- Mycoplasma hyopneumoniae : issus vaccinés.
- Rhinite atrophique : indemne.
- Streptococcus suis : positif.
- Dès les premières bandes, forte sensibilité colibacillaire en post-sevrage.

- Protocoles vaccinaux en cours :

Cochettes Parvovirose – Rouget, SDRP, grippe, Mycoplasme
Truies Parvovirose-Rouget, SDRP, grippe.
Toutes les vaccinations sont faites en maternité.
Porcelets Mycoplasme 2 injections à 1 et 4 semaines d'âge, SDRP à 4 semaines d'âge.

- Antibio-prophylaxie : l'aliment 1er âge distribué en post-sevrage entre 21 et 42 jours est supplémenté en chlortétracycline et lincomycine/spectinomycine.

Appel téléphonique de l'éleveur


L'associé en charge du site de post-sevrage/engraissement demande une visite suite à l'augmentation du taux de mortalité depuis 5 mois en engraissement (taux proche de 8%). Cette dégradation s'accompagne de retards de croissance, d'une hétérogénéité croissante qui se fait dès le premier mois d'engraissement.

Plusieurs mesures déjà mises en place n'ont pas permis de réduire ces pertes :
- mise en place de la vaccination SDRP sur les issues depuis 6 mois,
- mise en place de la vaccination contre le circovirus en post-sevrage en cours.
Devant l'inquiétude de l'éleveur, nous programmons une visite 4 jours plus tard en tout début de semaine.

Visite de l'élevage

La visite est réalisée 4 jours plus tard. Elle n'est réalisée que sur le site de post-sevrage/engraissement, demandée par l'associé en charge de ce site.
A l'arrivée dans l'élevage, l'éleveur m'apprend qu'il a perdu dans les 5 derniers jours plus de 40 porcs sur une salle de 152 porcs charcutiers âgés de 140 jours.

Les symptômes étaient les suivants : coups de flancs, toux et mortalité brutale.
La forte médication individuelle (amoxicilline) dans les cases atteintes a limité les pertes.
Trois porcs morts de cette bande, non piqués, sont réservés pour l'autopsie.

Post-sevrage

Le taux de pertes proche de 2% correspond essentiellement à des troubles digestifs associant diarrhées grises et colibacillose. Selon les bandes, présence de cas de streptococcus suis 2.

- En post-sevrage :
Allotement par rang de portée malgré le transport.
Pas de possibilité de limiter le nombre de portées par case.

- Porcelets de 4 semaines d'âge
Poids de sevrage inférieur à 6 kg quelque soit les bandes,
Quelques traces de diarrhées grises,
Absence de toux et d'éternuement.

- Porcelets de 8 semaines d'âge
Porcelets plats avec des abdomens distendus, poil piqué,
Présence de diarrhées grises dans la majorité des cases,
Présence de quelques toux avec une salle nettement plus atteinte que l'autre,
Porcelets vaccinés mycoplasme, SDRP, contre le circovirus dans les 15 premiers jours de post-sevrage.

Engraissement

En engraissement, les porcelets ne sont pas remélangés mais les cases de post-sevrage sont divisées en deux.
Les engraissements sont sur caillebotis intégral, distribution en soupe.

- Porcs charcutiers de 12 semaines d'âge :
Bande entrée en engraissement 10 jours auparavant : 1 à 2 porcs par case décrochent, porcs moins conformés, plus abattus (restent le long des cloisons), certains présentent des coups de flancs.
Présence de quelques toux, pas d'hypertrophie des ganglions inguinaux sur ces porcelets décrochés, absence de diarrhée, pas de rechute colibacillaire,
La bande suit la courbe d'alimentation.

- Porcs charcutiers de 16 semaines d'âge :
Pas de baisse d'appétit, pas de trace de diarrhée.
Premiers cas de toux débutent dans une salle.

- Porcs charcutiers de 20 semaines d'âge :
Bande avec des pertes importantes depuis 5 jours : mortalité dans toutes les cases mais davantage marquée dans une case.
les porcs atteints présentent des coups de flanc marqués, certains une discordance respiratoire nette.
Animaux très abattus.
La consommation moyenne journalière sur cette bande touchée s'est écroulée.

Autopsie de trois porcs de 140 jours d'âge et d'un porcelet de 8 semaines d'âge

· Porcelet de 8 semaines d'âge :


Aspect extérieur Animal présentant un poil durci, perte d'état,
Pas d'hypertrophie des ganglions inguinaux.
Cavité abdominale Estomac vide,
Typhlo-colite non spécifique avec un contenu bouseux et une distension du cæcum et du côlon.
Cavité thoracique Lésions de pneumonie consolidées.

· Porcs de 20 semaines d'âge :

Aspect extérieur Etat correct
Pas d'hypertrophie des ganglions inguinaux.
Cavité abdominale Estomac vide,
Pas de lésion apparente.
Cavité thoracique Pleurésie massive avec adhérences très importantes des poumons aux parois thoraciques.
Présence de foyers nécrotico-hémorragiques massifs.

Lésions pulmonaires


Après ces autopsies, les lésions étant très évocatrices d'actinobacillose, je décide cependant de prélever deux des blocs afin de pouvoir typer l'Actinobacillus pleuropneumoniae en cause et d'avoir son antibiogramme.

Premiers résultats d'analyse

Dès le lendemain, les résultats des bactériologies sont disponibles :

Bactériologie

Ensemencement de 4 lésions par poumon de porc charcutier de 20 semaines :

Pasteurella multocida en culture abondante et pure à partir de l'ensemble des lésions de pneumonie,
La recherche d'Actinobacillus pleuropneumoniae est négative par culture et par PCR sur les morceaux de poumons lésés et sur raclage de cultures bactériennes.

Ensemencement à partir de lésions de pneumonie du porcelet de 8 semaines :

Isolement de Pasteurella multocida et Bordetella bronchiseptica
La recherche d'Actinobacillus pleuropneumoniae est négative.

Antibiogrammes

Pasteurella multocida Bordetella Bronchiseptica
Aminosides
Gentamycine (10 UI)
Sensible
Sensible
Bêta-lactamines Aminopénicillines
Amoxicilline
Sensible
Sensible
Bêta-lactamines de 3ème génération
Ceftiofur
Sensible
Résistant
Divers
Tiamuline (indication CEVA)
Sensible
Résistant
Tulathromycine
Sensible
Sensible
Fluoro Quinolones
Marbofloxacine
Sensible
Sensible
Enrofloxacine
Sensible
Sensible
Macrolides
Tylosine
Intermédiaire
Résistant
Spiramycine
Intermédiaire
Résistant
Tilmicosine
Sensible
Résistant
Macrolides Lincosamides
Lincomycine
Sensible
Résistant
Phénicoles
Florfénicol
Sensible
Sensible
Quinolones de 1ère génération
Fluméquine
Sensible
Résistant
Sulfamides et association
Triméthoprime + sulfamides
Sensible
Sensible
Tétracyclines
Doxycycline
Sensible
Sensible
Tétracycline
Sensible
Sensible

Analyses complémentaires et diagnostic

Devant ces résultats surprenants au regard de la clinique, je décide donc de compléter mon diagnostic.

1. Analyses complémentaires faites dès le lendemain de la première visite sur la bande à 20 semaines d'âge

Actinobacillose
Grippe
SDRP
Suivi sérologique sur 8 porcs atteints
Test ApX 4
Ecouvillons nasaux sur porcs en hyperthermie.
PCR sur poumons
PCR sur poumons d'animaux morts
PCR sur sérums d'animaux atteints
J0 : 8/8 négatifs
J20 : 8/8 négatifs
Négatif
Négatif

2. Contrôle abattoir organisé une semaine plus tard sur le lot plus âgé ayant lui aussi présenté un passage de toux avec coups de flanc et baisse d'appétit au même stade.

Nombre de poumons contrôlés
Note moyenne
% note 0
% note 5
% pleurésie
114
5
13,7
50
22,72

==> Lésions évocatrices de pneumonie enzootique.
==> Absence de lésion évocatrice d'Actinobacillose
==> Bactériologie réalisée sur les poumons présentant les lésions les plus sévères : flore bactérienne polymorphe.

3. Statut de l'élevage vis-à-vis de l'Actinobacillus pleuropneumoniae

· Bilan sérologique fait sur les différents stades physiologiques en utilisant le test ApX 4 (fait un mois après la crise)

Cochettes à l'arrivée
Truies 1er, 2ème, 3ème, 4ème rang de portée
Porcelets 12 semaines d'âge
Porcelets 16 semaines d'âge
Porcs 24 semaines d'âge
8/8 négatives
12/112 négatives
8/8 négatives
8/8 négatives
8/8 négatives

· PCR faite sur poumons avec foyers de nécrose: négatives.

==> Pas de circulation du germe dans l'élevage.

4. Statut de l'élevage vis-à-vis du SDRP


Rappel de l'historique :

. Vaccination au vaccin vivant atténué en bande à bande en maternité malgré le statut indemne des cochettes.
. Sérologies très positives début 2007 sur le PS/engraissement mais sans signe clinique associé. Pas de PCR ni de typage fait alors mais mise en place de la vaccination sur les issues.

· PCR SDRP sur le site PS-Engraissement
PCR faites sur le sérum de 8 animaux malades et sur les poumons des animaux morts : résultats négatifs.

· 1ère étape du diagnostic de stabilité du naissage

Prélèvement d'un porcelet par portée sur les 33 portées de la bande.
- PCR par pool de 3 sérums : résultats négatifs
==> Pas de circulation nette sur l'engraissement ni sur le naissage (à ce stade)

5. Statut de l'élevage vis-à-vis du mycoplasme

· Profil mycoplasme fait sur le post-sevrage et l'engraissement


==> très forte circulation mycoplasme sur l'engraissement et ce, dès la fin du post-sevrage.

Au bilan :

Je décide d'avancer l'hypothèse d'une association Pasteurelle/Mycoplasme.

J'écarte l'actinobacillose et l'hypothèse de surinfections bactériennes de pathologies virales (SDRP et grippe).
Par rapport à l'hypothèse circovirus, je décide de renforcer les mesures de biosécurité et de simplifier les protocoles vaccinaux.
Le diagnostic de MAP n'a pas été confirmé par les lésions histologiques et l'immuno-histochimie.

Mesures proposées, premiers résultats et conclusion

Mesures proposées

Biosécurité : à revoir en priorité


La première étape était donc le rappel et la mise en œuvre de ces règles de base :

==>Marche en avant : des animaux les plus jeunes aux plus vieux.
==>Tenue spécifique cottes et bottes par secteur (naissage/post-sevrage/engraissement) facilement reconnaissable.¦ Lavabo et savon à disposition pour chaque secteur.¦
==>Pédiluve ou bac à chaux vive à l'entrée de chaque salle de gestante, maternité, post-sevrage, engraissement. Passer dedans à l'entrée et à la sortie des salles.
==>Désinfection puis chaulage des couloirs après chaque transfert de truies, porcelets, charcutiers.
==>Désinsectisation et dératisation.
==>Toutes les salles de post-sevrage et engraissement seront particulièrement bien nettoyées et désinfectées (double désinfection). Penser au dépoussiérage et à la nébulisation des combles penser à la vidange et à la désinfection optimale des fosses.
==>Utilisation d'aiguilles à usage unique (1 par truie, quelque soit les injections, 1 pour 10 porcs), seringues à usage unique ou soigneusement désinfectées, utilisées pour un seul secteur.¦ Petit matériel d'intervention spécifique à chaque site et à chaque secteur.¦
==>Prévoir une tenue spécifique et des bottes pour les visiteurs.

Protocole sanitaire sur le PS-Engraissement

La 1ère étape est un traitement afin de faire baisser la pression bactérienne : mycoplasme et pasteurellose ==>antibiothérapie établie à partir de l'antibiogramme sur Pasteurella Multocida et Bordetella Bronchiseptica.

- Traitement sur 10 jours en post-sevrage en associant chlortétracycline à 1000 ppm, TMP-sulfa 125 ppm / 645 ppm.
- Sur l'engraissement, traitement à l'entrée en engraissement, soit 12 semaines puis 16 semaines, 5 jours de chlortétracycline à 1000 ppm.
- Arrêt de la vaccination SDRP et de la vaccination circovirus en post-sevrage.
- Vaccination mycoplasme en mono-injection faite au sevrage.

Protocole sanitaire sur le naissage

- Arrêt des multiples vaccinations faites en maternité : maintien uniquement du Parvo-Rouget.
- Mise en place de la vaccination de masse SDRP tous les 4 mois.
- Médication du troupeau truie : chlortétracycline à 1000 ppm


Premiers résultats

Sur les premières bandes traitées en post-sevrage – engraissement, nette amélioration de la mortalité avec un taux de pertes qui avoisine les 5%.


Les premiers lots traités, ayant suivi le protocole vaccinal mis en place, seront contrôlés à l'abattoir.
La mise en place des règles de biosécurité comme souvent est plus longue à mettre en place. Elle joue cependant un rôle primordial dans la stabilité des différents sites.

Dans 3 mois, un suivi sérologique individuel sur 10 porcelets identifiés dès 21 jours sera fait:suivi sérologique SDRP + mycoplasme avec prélèvement toutes les 4 semaines.

Conclusion

- Les premiers résultats encourageants doivent être confirmés sur les mois à venir.
- Les suivis sérologiques nous permettront de confirmer ou non la stabilisation de la situation sanitaire.
- Ce cas clinique illustre encore une fois l'importance du diagnostic.
- L'utilisation des techniques PCR nous a permis à la fois pour le SDRP, la grippe et l'actinobacillose, d'exclure ces hypothèses alors que l'association mycoplasme/pasteurelle ne semblait pas au premier abord pouvoir expliquer une telle dégradation sanitaire.
- La mauvaise compréhension que nous avons souvent de la circulation du mycoplasme, la sous-estimation de ce pathogène toujours d'actualité, pivot central des pathologies respiratoires en engraissement, le peu d'intérêt que nous portons aux surinfections bactériennes qui ici se révèlent majeures, expliquent certainement la surestimation dans ce cas, des pathologies virales.
- Les cas de pasteurellose suraiguë entraînant de telles mortalités sont très peu décrits. Ils sont cependant liés à l'association pasteurelle /mycoplasme.
La sévérité des signes cliniques s'explique à la fois par la souche de Pasteurella multocida en cause et par le statut immunitaire des animaux.

Commentaires

Ce cas clinique décrit le diagnostic d'une pathologie liée à l'association mycoplasme+pasteurelle.

La dégradation de la situation sanitaire de cet élevage depuis plusieurs mois, les pertes engendrées, la compilation de mesures vaccinales mises en place sans diagnostic préalable, expliquent les moyens diagnostiques mis en œuvre.

Ma démarche a été la suivante :

1. Diagnostic de la pathologie en cause dans l'épisode de mortalité aiguë sur les porcs charcutiers de 140 jours :


* Bactériologie : Pasteurella multocida en culture pure
* Exclusion de l'actinobacillose :
- PCR
- cinétique (ApX 4) sur les animaux atteints
* Exclusion du SDRP :
- PCR sur les organes lésés,
- PCR sur sérums d'animaux atteints
* Exclusion de la grippe :
- PCR sur écouvillons nasaux,
- PCR sur organes lésés.

==> Pasteurellose suraiguë


2. Mise en évidence du rôle du mycoplasme

Les cas de Pasteurellose suraiguë ou aiguë sont toujours décrits en association avec le mycoplasme.
Profil mycoplasme ==>Mise en évidence de la forte circulation du mycoplasme sur le PS/Engraissement.

3. Statut du troupeau de truies

==> Profil sérologique (ApX 4) : indemne actinobacillose.

==> Diagnostic stabilité SDRP : absence de transfert mère – porcelets.

==> Profil sérologique mycoplasme : faible circulation.

==> L'élevage est un multisite. L'enjeu est de :
- maintenir le statut du naissage,
- maintenir le statut de chaque site.


==> Dans les cas de pasteurellose, la transmission horizontale est toujours majeure.

==> Importance de la mise en place des mesures de biosécurité à la fois dans le court terme sur le site de post-sevrage-engraissement et dans le long terme pour maintenir le bon statut sanitaire du naissage.

==> Les mesures médicales prises ont permis de maîtriser la clinique respiratoire.

Dr Nathalie PEREZ
Vétérinaire
22 - LOUDEAC

Cas cliniques

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

Vous n'êtes pas encore utilisateur de 333?inscrivez-vouset accédez aux cours du porc, au moteur de
recherche,...C'est gratuit et rapide
Etes vous enregistré dans 333?LOGINSi vous avez oublié votre mot de passe nous vous l'envoyons ici