Lire cet article dans:

Augmentation soudaine des retours en chaleurs

Dans un élevage naisseur-engraisseur, on passe de 10% à 50% de retours en chaleur et près de 90 d'entre eux sont réguliers.

Vendredi 7 Septembre 2018 (il y a 2 mois 9 jours)
J'aime

Il s’agit d’un élevage porcin de 900 truies en cycle complet (naisseur-engraisseur), situé au Venezuela, avec insémination artificielle (méthode cervicale) et bandes hebdomadaires de 45 à 50 truies. Le taux de mise-bas varie entre 85-92% par semaine avec un contrôle sanitaire comprenant un programme de biosécurité et la vaccination contre la PPC, les mycoplasmes, la colibacillose, la maladie d'Aujeszky, le parvovirus, le circovirus et la fièvre aphteuse. La population est positive en SDRP (sans vaccination) et l'aliment provient d'une entreprise avec un contrôle de qualité dans tous ses processus. L'élevage est situé dans une région avec une température annuelle moyenne de 26ºC. Le sevrage est réalisé le jeudi et le contrôle des chaleurs quotidiennement et deux fois par jour. Le jour du sevrage, aucun aliment n'est fourni aux truies. La durée de lactation est de 25 jours en sevrant les porcelets en moyenne à 6,5 à 7 kg de poids. Le personnel a plus de 5 ans d'ancienneté avec une faible rotation. Quelques semaines avant le début du cas, un superviseur a été embauché sur le site 1 pour contrôler les inséminations, introduisant des changements dans la gestion des truies:

  1. Augmentation de 500 g de la ration alimentaire de lactation chez les truies sevrées, jusqu'à 3,5 kg.
  2. Changement de conditionnement pour les doses d'insémination, de la bouteille au sac.

Début du problème

Au cours des semaines 1, 2 et 3, les retours étaient attendus, cependant, au cours de la semaine 4, 44,9% des truies inséminées 3 semaines auparavant (tableau 1) ont eu des retours. Face à cette situation, le superviseur a modifié le programme d’insémination en l’avançant d'1 heure (de 8 heures à 7 heures). Habitué à de bons résultats et ne soupçonnant aucune cause particulière, le superviseur était confiant et n'a pris aucune autre mesure. Au cours de la semaine 5, 47,8% des 46 truies inséminées au cours de la semaine 2 ont eu des retours. Le superviseur n'ayant aucune indication claire du problème a demandé une aide spécialisée. Pour la semaine 6, 50,9% de retours ont été notés sur les 51 truies inséminées au cours de la 3ème semaine .

Tableau 1. Pourcentage de répétitions par semaine d'insémination.

Semaines 1 2 3 4 5 6
Truies inséminées (3 semaines avant) 50 45 45 49 46 51
Retours 5 5 4 22 22 26
% de retours 10 11,1 8,9 44,9 47,8 50,9

Le vétérinaire de l'élevage soupçonnant une possible épidémie de SDRP, a recommandé un prélèvement sérologique. Cependant, aucun autre symptôme n'a été observé, comme la mortalité des porcelets, les avortements, les écoulements, etc. Il a également recommandé le prélèvement d'aliments pour écarter les mycotoxines.

Après 3 semaines avec une augmentation significative des retours et en l'absence d'autres symptômes de maladie, le spécialiste de la reproduction a redirigé l'investigation du cas vers l'analyse des dossiers de reproduction.

Analyse du cas

En analysant les données des retours, il a été observé que 89% étaient réguliers (± 21 jours), et donc l'étude s'orienta vers le moment de l'insémination. L'examen des dossiers nous a montré que les retours étaient indépendants de la parité et du mâle utilisé. À cet égard, les aspects suivants ont été pris en compte:

  • La truie. Les chaleurs post-sevrage se produisaient chez plus de 90% des truies entre le 4ème et le 6ème jour. État corporel autour de 3 avec une bonne alimentation sans écoulement vulvaire. Truies de remplacement de bonne taille et de bon poids.
  • Le verrat. Aspect physique normal, sans traumatismes apparents, bon appétit et bonne libido. D'excellente qualité séminale.
  • Inséminateur. Inséminateur de toujours avec des années d'expérience, très responsable.
  • Traitement du sperme. Selon le protocole attribué, et le même technicien depuis des années. Apparemment, les doses étaient plus claires que d'habitude.
  • Qualité de la dose. La microscopie a montré une bonne motilité et vitalité des spermatozoïdes.

Jusqu'à ce point, tout était correct, selon les protocoles, à l'exception de celui mentionné dans le traitement des doses, conduisant à nous concentrer davantage sur ce point.

L'étude a été approfondie au niveau du laboratoire en considérant:

  • Diluant utilisé. Diluant longue durée, récemment acquis, bonne dilution, transparent sans turbidité et avec une bonne conservation.
  • Qualité de l'eau. L'analyse a révélé une conductivité de 4,16 microsiemens / cm et un pH de 6,9 (photo 1), les valeurs étant comprises dans les niveaux recommandés.
  • Dose stockée. Aucune variation de température significative, lors de la vérification des valeurs du thermomètre interne de la chambre de conservation.
  • Extraction de sperme. Aucune nouveauté, selon le protocole établi par le technicien avec des années d'expérience. Nettoyage initial et collecte seulement de la deuxième fraction.
  • Évaluation du sperme. Selon le protocole et selon les enregistrements, seuls ceux ayant une motilité et une vitalité supérieures étaient utilisés.
  • Calcul de la dose. Selon la valeur fournie par le photocolorimètre (photo 1) et le tableau de référence (tableau 2).

<p>Photo 2 : Pr&eacute;l&egrave;vement pour d&eacute;terminer la concentration</p>

Photo 1. Prélèvement pour la détermination de la concentration

Tableau 2. Calcul pour le nombre de doses. Pour des doses de 3 mille millions de spermatozoïdes

Lecture Volume éjaculé
160 170 180 190 200 210 220 230
0,18 11 11 12 13 13 14 15 15
0,21 13 13 14 15 16 16 17 18
0,24 14 15 16 17 18 19 20 21
0,27 16 17 18 19 20 21 22 23
0,30 18 19 20 21 22 24 25 26
0,33 20 21 22 23 25 26 27 28

  • Dilution. Selon le nombre de doses et le volume éjaculé.
  • Conditionnement. Il a été constaté que le double des doses qui avaient été calculées avait été conditionné. Cela se produisait depuis plusieurs semaines, car le changement de type de récipient pour les doses avait été effectué et n'avait pas été rapporté dans le rapport du laboratoire.


Tous les points évalués étaient corrects, sauf le conditionnement. Il a été observé qu’ils avaient introduit un nouveau conditionnement sans les informations antérieures sur son applicabilité, ce qui a conduit à la préparation d’un nombre de doses beaucoup plus élevé que celui déterminé dans les calculs.

Diagnostic

En ne connaissant pas la capacité des nouveaux contenants, ils ont ajouté un volume excessif au lieu du volume requis en fonction de la concentration établie, de sorte que plus de doses que calculées ont été produites.

Que s'est-il passé ?

Au départ, l'entreprise utilisait des contenants de 110 ml, de sorte que le volume total requis pour 20 doses de 3 x 109 spermatozoïdes était de 2 200 ml. Lors du changement de contenant, le nouveau volume n'a pas été pris en compte. En pesant une dose, il a été constaté que le poids total était de 50 à 55 grammes et donc, avec un volume de 2 200 ml, ils ont obtenu plus de 40 doses, de sorte que le nombre de spermatozoïdes par dose était inférieur à 1,5 x 109. (Photo 2).

Photo. Poids de la dose probl&egrave;me

Photo. Poids de la dose problème

Traitement et contrôle

Le calcul pour le nouveau contenant de 80 ml a été corrigé, de sorte que, pour 20 doses, il fallait 1 600 ml de volume total. La mesure de remplissage pour 80 ml a été déterminée et une balance numérique a été incorporée que le poids soit l'élément de contrôle, en devant peser 80 grammes une fois le poids du récipient retiré (photo 3).

Photo 3. Poids de la dose corrig&eacute;e

Photo 3. Poids de la dose corrigée

Résultats

Une fois les modifications recommandées incorporées dans le processus de production de doses , en les adaptant aux nouvelles conditions, les retours sont revenus aux niveaux antérieurs au problème. Les retours sont tombés à 12,2% à la troisième semaine de la correction, en se maintenant dans le temps avec de légères variations (graphique 1).

Graphique 1. R&eacute;ponse par semaine de service

Graphique 1. Réponse par semaine de service

Conclusion

Avec cette petite erreur de calcul, 5 semaines d'inséminations ont été perdues, ce qui affecterait un écart de production 10 mois plus tard. En ce sens, il a été recommandé que tout changement dans la méthodologie soit d'abord discuté avec des spécialistes pour l'adapter aux besoins de l'entreprise et ne pas attendre des surprises comme celle-ci.

Les décisions prises superficiellement pour incorporer des technologies dans le but d'améliorer les indices de production de l'entreprise devraient être analysées en détail et convenues avec l'équipe de travail, car si elles ne sont pas discutées, elles peuvent engendrer de gros problèmes d'adaptation et affecter les finances de l'entreprise porcine.

Cas cliniques

Augmentation des retours: conduite ou SDRP ?27-Fév-2018 il y a 8 mois 20 jours

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.
Publier un nouveau commentaire

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

Vous n'êtes pas encore utilisateur de 333?inscrivez-vouset accédez aux cours du porc, au moteur de
recherche,...C'est gratuit et rapide
Etes vous enregistré dans 333?LOGINSi vous avez oublié votre mot de passe nous vous l'envoyons ici

tags