Infection pulmonaire polymicrobienne

Présentation de l'élevage
Mardi 6 Mai 2003 (il y a 14 ans 11 mois 14 jours)
Présentation de l'élevage

Généralités :

Il s’agit d’un élevage Naisseur-Engraisseur de 600 truies (dans une région de faible production).

- Conduite à la semaine.
- Sevrage 21 jours (20 bandes)
- Fabrication d’aliment à la ferme
- Prélèvement à la ferme

Origine des cochettes :

Les cochettes sont issues de GP élevées sur l’élevage (multiplication à la ferme) et séparées des animaux de production à 18 kg.

Vers 180 jours, elles sont transférées en quarantaine et y restent jusqu'à 250 jours. Elles sont ensuite inséminées dans une salle de saillie spécialement prévue pour les cochettes (35 places) puis transférées en gestante.

Les bâtiments :

Verraterie Saillie (truies) Gestante Maternité
6 verrats en production 180 truies bloquées 180 truies bloquées
170 truies en liberté (groupes de 10)
4 salles de 30 places

Nurserie Pré-Engraissement Engraissement
4 salles de 280 places
(air filtré)
4 salles de 300 places
alimentation : sec
bâtiment ancien
19 salles de 280 places
alimentation : soupe
bâtiment récent

La chaîne des bâtiments est cohérente, il y a toutefois une légère surdensité en nurserie.

Situation sanitaire de l'élevage

Antécédents :

L’élevage est indemne d’Aujeszky et de SDRP.

En juin 2000, augmentation de la mortalité en engraissement qui passe de 3 à 5%. Cela concerne surtout les porcs en fin d'engraissement. Augmentation importante des saisies à l'abattoir (motif : pleurésies abcédatives). Jusqu'à 10% de saisies par lot.
Des prélèvements de poumons réalisés dans l'élevage et à l'abattoir ont été envoyés au laboratoire. L'analyse bactériologique a mis en évidence la présence d'Actinobacillus pleuropneumoniae biovar 1 serovar 2 (B1S2).
Un autovaccin a donc été mis en place sur les reproducteurs et les charcutiers :
- Porcelets : 2 injections à 6 et 10 sem. d'âge,
- Cochettes : 2 injections à 6 et 10 sem. d'âge et 1 rappel à l'entrée en quarantaine
- Truies : 2 injections 6 et 3 semaines avant mise-bas et rappel 3 semaines avant mise-bas.

Après quelques mois, des améliorations ont été observées : réduction de la mortalité, réduction des saisies à l'abattoir. Toutefois, des lésions de pleurésie étaient toujours observées à l'abattoir (jusqu'à 30% des poumons).

Prophylaxie et traitements :

Prophylaxie

Vaccination des truies :
Rouget : cochettes 2 fois + rappels en maternité (15 jours après mise bas)
Parvovirus : cochettes 2 fois + rappels en maternité

Vaccination des porcelets : Mycoplasme : 2 injections à 5 et 27 jours d'âge

Traitements :

Amoxicilline (20 mg / kg) à 1 jour d'âge.
Aliment 1er âge supplémenté en colistine (120 ppm).



Visite d'urgence de l'élevage

APPEL D'URGENCE

Appel téléphonique au cours de l'été 2002 pour :
* Dépérissement et toux en nurserie vers 5 à 6 semaines d'âge.
* Taux de perte de 6 à 8 % dû aux mortalités et à l'euthanasie des porcelets dépéris
* A l'abattoir, augmentation du nombre de saisies pour pleurésie.

Conseils d'urgences (mesures conservatoires) : traiter les porcelets au sevrage à la cefquinome (2 mg/kg) par voie parentérale et supplémenter l'aliment 1er âge à l'amoxicilline (400 ppm)

Prise de rendez vous pour visiter l'élevage la semaine suivante

VISITE D' ELEVAGE


Quarantaine :

Une partie des cochettes (environ 20%) présente de la toux. Absence de contamination digestive ou respiratoire. On observe toutefois un développement normal des animaux ainsi que de bonnes venues en chaleurs.

Verraterie - gestante :

Bonnes venues en chaleurs
Fertilité : 85%
Absence de toux

Maternité :

Résultats de reproduction corrects
Bon comportement maternel des mères
Diarrhée néonatale commençant par les portées de cochettes (forte mortalité sur certaines portées).
Observation récente (sur les 2 dernières bandes) d'une toux forte à 15 jours d'âge (15% en 2 minutes) ainsi que quelques arthrites (3% des porcelets).

Nurserie :

Toux observée vers 6 semaines d'âge (30% en 2 minutes) depuis 1 mois avec dépérissement et mortalité atteignant 6 à 10%.
Absence de signes digestifs.
Respect des normes techniques, ambiance correcte.

Pré engraissement :

Absence de symptômes digestifs ou respiratoires
Hétérogénéité des porcelets en raison des problèmes observés en nurserie

Engraissement :

Jusqu'à 80 kg : R.A.S.
A partir de 80 kg : les porcs présentent une anorexie de courte durée (1 à 2 jours) puis une toux forte (15% en 2 minutes). Absence de mortalité.
A l'abattoir, saisies partielles (coffre) sur un nombre important de carcasses (7-8%)

Examens complémentaires demandés

Il nous a paru nécessaire de réaliser un nombre significatif de contrôle des carcasses à l'abattoir pour avoir une idée précise de la fréquenc des lésions observées et des origines des saisies.

Par ailleurs des examens de laboratoire ont été pratiqués pour connaître l'origine des troubles et lésions observés

Plusieurs types d'analyses ont été requis :
* Autopsies
* Analyses bactériologiques
* Analyses sérologiques SDRP
* PCR circovirus sur lésions




Résultats des examens complémentaires demandés

Résultats des contrôles à l'abattoir

Plusieurs contrôles ont été effectués en septembre. En moyenne, 80 à 90% des poumons sont indemnes de pneumonie, en revanche, 30 à 50% des poumons présentent des lésions de pleurésie. 7 à 8 % des coffres sont saisis.


Poumon collé (sans abcès)


Poumon avec lésion de pleurésie abcédative


Examens de laboratoire :

Porcelets sous la mère : 1 porcelet de 15 jours a été autopsié au laboratoire. Il présentait une pneumonie et une légère pleurésie. Bordetella bronchiseptica a été isolée des poumons.

Porcelets en nurserie : 3 porcelets non traités et commençant à présenter des signes cliniques (toux, amaigrissement) sont sacrifiés et acheminés au laboratoire.

Autopsies :



Porcelets de 40 jours soumis à l'autopsie


- Examen circulatoire et hémato-lymphopoïétique (cœur, rate) : RAS
- Appareil respiratoire :
- Coupe de nez : RAS
- Poumons : lésions de pneumonie sur l'ensemble des lobes (hépatisation). Notes globales 10 à 22/28
- Pleurésie sur un des porcelets




Poumons présentant des lésions de pneumonie au niveau des lobes apicaux et cardiaques. Absence de pleurésie.




Hépatisation rougeâtre et atélectasie du tissu pulmonaire.


- Appareil locomoteur : une légère inflammation d'une ou plusieurs articulations est généralement observée.
- Appareil digestif : RAS.

Bactériologie :

- Poumons : Haemophilus parasuis est isolé sur 2 des 3 porcelets (au niveau des lésions de pneumonie).
- Articulations : Aucun germe significatif n'a été mis en évidence sur des lésions d'arthrites.

PCR Circovirus de type 2 sur poumons et ganglions : tous les examens étaient négatifs.

Bactériologie sur poumons prélevés à l'abattoir : Isolement d'Actinobacillus pleuropneumoniae B1S2

Sérologies SDRP : réalisées sur 10 porcelets de 25 kg et 10 porcs charcutiers de 100 kg : toutes les analyses sont négatives.

Diagnostic

DIAGNOSTIC :

Etant donné l'absence de Circovirus de type 2 dans les tissus lésés, la circovirose a été exclue des hypothèses diagnostiques. Les symptômes d'amaigrissement observés en nurserie ne sont donc probablement pas liés à la présence de MAP.

L'isolement de Bordetella bronchiseptica de poumons d'un porcelet sous la mère, d'Haemophilus parasuis de lésions de pneumonie de porcelets en nurserie et d'Actinobacillus pleuropneumoniae de lésions de pleurésie de poumons à l'abattoir a permis de suspecter le rôle de ces différents germes dans les symptômes observés.

Il s'agit donc d'une infection pulmonaire multifactorielle .


Plan de lutte mis en place et évolution

PLAN DE LUTTE MIS EN PLACE

1 - Contamination des cochettes en quarantaine :
* Contamination digestive : excréments de truies de maternité 2 à 3 fois par semaine sur toute la durée de la quarantaine
* Contamination respiratoire : mise en contact nez à nez avec une truie de réforme (en bonne santé)

2 - Mise en place d'un nouvel autovaccin :

Sur les reproducteurs :
- Actinobacillus pleuropneumoniae B1S2 (souche isolée en octobre 2002)
+ Haemophilus parasuis (souche isolée en novembre 2002)
+ Bordetella bronchiseptica (souche isolée en novembre 2002).

==> 2 injections (5 ml) sur les truies 6 et 3 semaines avant la mise-bas puis rappel 3 semaines avant la mise-bas.
==> 2 injections (2 ml) sur les cochettes à 7 et 11 semaines d'âge et rappel (2 ml) à l'entrée en quarantaine. C

Sur les charcutiers :
- Actinobacillus pleuropneumoniae B1S2 (souche isolée en octobre 2002)
+ Haemophilus parasuis (souche isolée en novembre 2002)

==> 2 injections (2 ml) à 7 et 11 semaines d'âge.

Remarque : la vaccination a été retardée d'une semaine afin de protéger les porcs le plus longtemps possible.

3 - Mise en place de traitements antibiotiques sur les porcelets en attendant l'effet espéré de la vaccination.

Porcelets sous la mère :
- Amoxicilline (20 mg/kg) à 1 jour d'âge par voie parentérale
+ Oxytétracycline LA (30 mg/kg) au sevrage par voie orale

Porcelets en nurserie :
Supplémentation de l’aliment 1er âge en amoxicilline (400ppm)

Porcelets en pré-engraissement : Aucune intervention.

Porcs en engraissement : Marbofloxacine (2mg/kg), 3 fois à 24 heures d’intervalle, sur les porcs présentant des symptômes vers 150-160 jours d'âge.

4 – Désinfection d’ambiance :
Afin de diminuer la pression d'infection dans l'air, un désinfectant est pulvérisé une fois par jour en nurserie, pré-engraissement et engraissement.

EVOLUTION DU CAS :

La pathologie est aujourd'hui stabilisée pour le moment grâce à la prévention antibiotique.
Les résultats doivent être suivis dans les mois à venir afin d'apprécier l'effet de l'auto-vaccination nouvellement mise en place ainsi que celui de la contamination des cochettes.

Commentaires
Il s'agit d'un élevage naisseur-engraisseur sujet à une infection pulmonaire polymicrobienne (Actinobacillus pleuropneumoniae, Haemophilus parasuis et Bordetella bronchiseptica).

Ce cas appelle a posteriori plusieurs commentaires :

Pour résumer le rôle des différents agents pathogènes dans cet élevage, on peut proposer le schéma suivant :




* Les cochettes, bien qu'étant issues de l'élevage (auto-renouvellement), possèdent un microbisme, donc un statut immunitaire, très différent des truies de production. Il est donc nécessaire de les contaminer en quarantaine au niveau digestif d'une part, et respiratoire d'autre part. Les cochettes ainsi contaminées vont développer une immunité qu'elles pourront transmettre à leurs porcelets peu après la mise bas. Ainsi, on peut espérer, en mettant en place cette mesure, offrir une meilleure protection aux porcelets vis à vis des germes digestifs (responsables de diarrhée) et des germes respiratoires (responsables de la toux en maternité et en nurserie).

*Les cochettes sont porteuses d'Actinobacillus pleuropneumoniae B1S2 et l'auto-renouvellement est un obstacle à l'assainissement de l'élevage. On peut s'interroger sur les moyens possibles pour stopper la circulation de ce germe sur les reproducteurs , l'autovaccin sera t il suffisant ?

La PCR CIRCOVIRUS nous a permis de confirmer l'absence de MAP dans l'élevage . Cette méthode bien que contestée nous semble un outil intéressant dans le diagnostic de cette pathologie .

Haemophilus parasuis
semble avoir une virulence particulière en nurserie dans cet élevage indemne SDRP et MAP . On peut s'interroger s'il existe des souches "hyperpathogènes " d' Haemophilus parasuis aujourd'hui ? Par ailleurs quelle importance faut il accorder à la Bordetelle dans ce cas ?

Cas cliniques

Mortalité aigüe par intoxication par les nitrites26-Jan-2018 il y a 2 mois 25 jours

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

Vous n'êtes pas encore utilisateur de 333?inscrivez-vouset accédez aux cours du porc, au moteur de
recherche,...C'est gratuit et rapide
Etes vous enregistré dans 333?LOGINSi vous avez oublié votre mot de passe nous vous l'envoyons ici