Lire cet article dans:

Pneumonie nécrotique chez des porcelets allaitants

Dans un élevage de multiplication au Mexique, on observe une augmentation de la mortalité en maternité coincidant avec une augmentation de la température et de l'humidité ambiantes.

Jeudi 15 Novembre 2012 (il y a 6 ans 3 jours)
J'aime

Description de l'élevage

Elevage de multiplication de 1500 femelles en production, sur 2 sites au Mexique.

  • Sevrage des porcelets à 19,5 jours d'âge,
  • Les porcs sont vendus à 146 jours d'âge et 113,7 kg de poids moyen.
  • La mortalité au sevrage et en engraissement est faible, respectivement de 0,7% et de 1,1%.
  • On sèvre 26,8 porcelets/truie/an.

Les résultats de production sont bons mais la mortalité en maternité est élevée, davantage sur les mois chauds de juillet à septembre, elle dépasse 12%.

Les installations sont simples avec des bâtiments ouverts et quelques maternités sont fermées, avec des murs humides.

L'élevage est indemne des principales maladies porcines au Mexique : SDRP, Aujeszky, App, mycoplasme, …

Apparition du cas

Au mois de juillet, avec l'augmentation de la température et de l'humidité ambiante, la mortalité a considérablement augmenté en maternité, passant de 11,7% en moyenne sur les semaines précédentes à 24,6% sur la semaine avec le plus de mortalité.

Les principales causes de mortalité étaient : écrasés (41,1%), sous-alimentés (23,7 %), diarrhée (9,2 %), chétifs (8,0 %), euthanasiés (6,8 %), splay-leg (5,2 %) et pneumonie (1,4 %).

Comme on peut le noter, la plupart des causes étaient dues à des erreurs dans la conduite. Au niveau symptomatique on a seulement observé de la diarrhée et de la pneumonie.

La diarrhée a augmenté depuis environ 7 semaines, jusqu'à toucher plus de 50 % des portées de moins de 7 jours d'âge. Elle était apparemment due à E. coli et associée à l'augmentation de température et d'humidité.

Pneumonie

Image 1. Pleuropneumonie aigüe localisée. le poumon est aplati.

Sur les 4 dernières semaines les porcelets morts avec pneumonie ont augmenté. Les lésions pneumoniques étaient très sévères et on craignait qu'un épisode d'Actinobacillus pleuropneumoniae (App) ne commence en maternité. Cet élevage a été dépeuplé il y a 1 an et demi à cause d'App en engraissement et on souhaitait confirmer le diagnostic.
Nés totaux, vivants et mortalité en maternité

Graphique 1. Nés totaux, nés vivants et mortalité en maternité

Pourcentage de mortalité en maternitéGraphique 2. Pourcentage de mortalité en maternité

Causes de mortalité en maternité

Ecrasés 41,1 %
Inanition 23,7%
Diarrhée 9,2%
Faible viabilité 8,0%
Euthanasiés 6,8%
Splay leg 5,2%
Pneumonie 1,4%
Autres 3,8%

Pourcentage de mortalité par diarrhée et pneumonie

Graphique 3. Pourcentage de mortalité par diarrhée et pneumonie

Visite de la maternité

Ambiance :

Les salles étaient très chaudes et humides. La température était de 32° C dans des salles fermées et de 38,5° dans des salles ouvertes. On percevait une humidité ambiante élevée (on ne l'a pas mesurée faute d'appareil, mais apparemment elle était au-dessus de 80%).

Signes cliniques :

  • Les femelles étaient bien, mais la consommation d'aliment de la truie était diminuée par la chaleur. Elles ne se levaient pas pour manger. Et beaucoup perdaient de leur condition (plus dans les salles ouvertes).
  • On a observé de la diarrhée sur de nombreuses portées (20 %), aux premiers jours de vie.
  • Sur des porcs de 4 à 7 jours de vie, on a observé quelques faibles, un peu pâles, abattus avec de la fièvre et une légère dyspnée.
  • Le nombre d'écrasés restait élevé, particulièrement sur les 3 premiers jours de vie.
  • A 9 ou 10 jours de vie on a observé de nombreux porcs maigres et sous-alimentés.

Conduite :

Il y avait des lacunes dans la conduite des porcelets :

  • On consacrait 24 heures ou moins de lavage et de désinfection des salles.
  • Les salles étaient humides sur les sols et dans l'ambiance.
  • L'hygiène manquait dans quelques salles.
  • On bougeait les porcelets dans la majorité des portées. Il y avait trop de mouvements
  • Il y avait plus de 30 % de portées avec une femelle nourrice.
  • On sevrait des portées à 10 jours et la truie servait de nourrice.
  • La conduite de ces porcelets était déficiente : on ne leur apprenait pas à manger ni à boire, et il leur manquait une source de chaleur.

Traitements :

  • A la naissance, on donnait à tous les porcelets de l'acide citrique à 20% par voie orale pour traiter la diarrhée et on leur injectait des vitamines.
  • A 4 jours de vie, on leur donnait du toltrazuril par voie orale avec le porc pattes en l’air
  • On ne donnait pas suffisamment de temps pour que le porc déglutisse.

Autopsies :

  • Fibrine sur la plèvre viscérale et pariétale.
  • Trachée avec hémorragies, de la nécrose, et un liquide muco-purulent abondant
  • Présence de grumeaux blancs dans les voies aériennes.
  • Poumon avec des lésions lobulaires nécrotiques, couvertes de fibrine. Des abcès sur quelques porcs.

Trachée et poumons

Image 2. Exsudat mucopurulent dans la trachée avec des grumeaux blancs.
Image 2. Exsudat mucopurulent dans la trachée et le larynx, avec hémorragies.
Image 4. Pleuropneumonie avec fibrine abondante et abcès dans le parenchyme.
Image 5. Pleuropneumonie avec fibrine abondant et liquide dans le thorax

Diagnostic

On a diagnostiqué une trachéite et une pneumonie nécrosantes par aspiration.

Les problèmes pneumoniques chez les porcelets sont peu communs, par conséquent l'observation de pleuropneumonie similaire à celle observée sur des porcs en croissance par Actinobacillus pleuropneumoniae (App) est peu probable. L'App touche principalement les porcs entre 14 et 18 semaines d'âge. Chez les porcelets la pneumonie est très rare, et en général on ne la trouve pas dans la première semaine de vie..

Coupe d'un poumon

Image 6. Pneumonie nécrosante avec un exsudat abondant dans des bronches et de petits abcès.

L'aspiration bronchique est habituelle dans des élevages où on donne un traitement oral aux porcelets.
Particulièrement quand on ne met pas le porcelet dans la position correcte et que l'on ne lui donne pas le temps pour déglutir. Dans ce cas on a confirmé que la conduite des porcelets avec diarrhée était inadéquate et les médicaments et le lait passaient vers la trachée et dans les poumons.

Pneumonie

Image 7 : Pneumonie nécrosante avec abcès.

Le traitement au toltrazuril n'était pas indiqué, on n'a pas trouvé Isospora suis et la diarrhée due aux coccidies arrive après les 7 jours d'âge. Non seulement le produit est très acide mais il entraîne des nécroses en entrant dans la trachée et les poumons.

Recommandations :

Traitements :

  • Suspendre les traitements oraux pour le moment jusqu'à former le personnel.
  • Si on donne des traitements oraux, on devrait être avec le porc avec les pattes vers le bas et en lui donnant du temps pour qu'il déglutisse.

Contrôle des diarrhées - conduites :

  • Vérifier que tous les porcelets prennent du colostrum
  • Améliorer l'hygiène des salles. Diminuer l'humidité dans les étages.
  • Laver, désinfecter quand la salle est encore humide et la laisser sécher parfaitement avant l'entrée du lot suivant de truies.
  • Laisser plus de jours vides aux salles.
  • Laver et désinfecter la femelle avant de la mettre en maternité
  • Laver et désinfecter la truie avant de la rentrer en maternité
  • Eviter les variations de température pour le porcelet.
  • Diminuer le mouvement et le maniement des porcelets. Bouger seulement ceux qui le nécessitent.
  • Vacciner toutes les femelles de première mise-bas contre E. coli, à 80 et 100 jours de gestation
  • Dans cet élevage, il n'est pas possible de baisser la température des salles de maternité. Modifier la ventilation. Utiliser des tubes plastiques avec un ventilateur et un goutte à goutte.
  • Eviter l'humidité sur les murs
  • Mettre un isolant sous toiture
  • Boucher tous les trous par où passe l'air chaud.
  • Surveiller de la consommation d'aliment de la femelle en maternité

Commentaires finaux :

  • Le problème a considérablement diminué à l'arrêt du traitement oral pour les diarrhées.
  • Mais quelques cas d'aspiration bronchique ont continué. Lors d'une visite suivante, on a observé que l'on donnait régulièrement du colostrum oral ou par sonde intra-nasale aux porcelets faibles ou chétifs sans vérifier si la sonde était dans l'estomac.
  • On confirme que les programmes de formation du personnel doivent être poursuivis.

Cas cliniques

Episode de mortalité élevée au sevrage23-Oct-2012 il y a 6 ans 26 jours

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.
Publier un nouveau commentaire

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

Vous n'êtes pas encore utilisateur de 333?inscrivez-vouset accédez aux cours du porc, au moteur de
recherche,...C'est gratuit et rapide
Etes vous enregistré dans 333?LOGINSi vous avez oublié votre mot de passe nous vous l'envoyons ici

tags