Problème de métrites

Présentation de l'élevage et motif de l'appel
Vendredi 21 Août 2009 (il y a 8 ans 6 mois 1 jours)
Présentation de l'élevage et motif de l'appel


Description générale

Elevage de 500 truies, naisseur-engraisseur partiel, dans une zone à forte densité porcine.
Conduite en 20 bandes avec sevrage à 21 jours.
Renouvellement par achat de cochettes toutes les 6 semaines.
Reproduction par insémination artificielle par prélèvement à la ferme avec 5 verrats Piétrain.
Alimentation en soupe en truie avec achat d'aliment complet.

Plan



Statut sanitaire de l'élevage

Maladie
Statut
Commentaires
Aujeszky
Négatif
 
SDRP
Positif
élevage avec des sérologies positives en fin d'engraissement, truies vaccinées au vaccin vivant bande à bande.
Mycoplasme
Positif
porcelets vaccinés et contrôle sérologique positif en fin d'engraissement

Conclusion : statut respiratoire assez bien maîtrisé et peu de problèmes de reproduction.

Plan de prophylaxie (vaccination)


Cochettes - SDRP : vaccin vivant 1 injection
- Rhinite : 2 injections
- Parvovirose + Rouget : 2 injections
- PCV2 : 2 injections
Truies - Rappels Parvovirose + Rouget en maternité
- Rappels Rhinite, PCV2 et SDRP en fin de gestation
Verrats - Quarantaine : 2 injections Parvovirose + Rouget
- Rappels : tous les 6 mois Parvovirose + Rouget
Porcelets - Vaccin mycoplasme mono-dose au sevrage

Motif de l'appel

Apparition de problèmes de reproduction : retours et vides à l'échographie avec des écoulements purulents.
Le résultat des deux dernières bandes en échographie : 70 et 72% de truies (et cochettes) pleines.


Examen des résultats de l'élevage


Examen des résultats techniques GTTT

Dernier trimestre
- NT : 14,5
- NV : 13,5
- MN : 1 (momifiés non comptés)
- Sevrés : 11,6 (% pertes de 14% sur NV)
- % fertilité en 1èresaillie : 91%

Examen des résultats des deux dernières bandes échographiées

• Bande échographiée il y a 15 jours : 24 truies sevrées et 4 cochettes


· pas de problème de venue en chaleurs,
· pas de remarque particulière à l'IA (IA post cervicale sauf sur les cochettes),
· 4 truies sevrées en retour avec des écoulements purulents au moment du retour, 2 cochettes en retour dont 1 avec un écoulement, 2 truies sevrées vides à l'échographie.
Total : 71% de fertilité écho


• Bande échographiée il y a 1 semaine : 23 truies sevrées et 4 cochettes

· pas de problème de chaleurs et aucun signe d'alerte à l'IA (immobilité, écoulements),
· 3 truies sevrées en retour avec des écoulements, 1 cochette en retour dont 1 avec un écoulement, 4 truies sevrées vides à l'échographie.


Analyse des retours et vides en fonction du rang de portée :

Truies sevrées : total 13 retours ou vides => primipares : 6 ; rang 2 : 3 ; rang 5 : 2 ; rang >= 6 : 2

Analyse des retours et vides en fonction du moment de l'IA :

Plan d'IA :

Cochettes Immobilité
Immobilité + 12 h
Immobilité + 24 h (et + si nécessaire)
Truies (sevrage le mercredi matin) Immobilité dimanche (1 détection)
IA lundi matin
IA lundi soir
IA mardi soir
Immobilité lundi ou mardi (2 détections par jour)
IA Immobilité + 12 h
IA Immobilité + 24 h
IA Immobilité + 36 h
Immobilité mercredi et après
IA Immobilité
IA Immobilité + 12 h
IA Immobilité + 24h

Parfois, certaines truies sont inséminées 4 fois.

Au niveau des retours, ils sont répartis sur tous les moments de venues en chaleurs mais avec une tendance pour les truies qui viennent précocement (lundi).


Visite de l'élevage


La visite de l'élevage est axée sur la reproduction

Maternité : Salle mise-bas + 3 à 4 jours

Situation habituelle d'après le responsable de maternité
4 à 5 truies par bande sont traitées pour hyperthermie (> 40°C)
1 à 2 truies pour écoulement.
Traitement hyperthermie : antibiotique (amoxicilline longue action) 2 fois à 48 h ; anti-inflammatoire (AINS) 2 fois à 48 h.
Traitement écoulement : lavement 24 h après mise-bas et prostaglandine 36 h après mise-bas.
Aucun facteur de risque n'a été noté pendant la visite de la salle, ni changement de conduite alimentaire, ni changement de conduite hygiénique (lavage et désinfection).

Verraterie : truies en cours d'IA (visite du lundi)

Grande verraterie gestante avec IA sur place sans déplacement par la suite. Les cochettes sont introduites de quarantaine dans une partie de la salle pour être mises au "Régumate" (places bloquées), puis déplacées pour être introduites dans leur bande pour l'IA.

Conduite hygiénique de la salle (truies bloquées sur plusieurs rangs).

· Pas de lavage systématique des places à chaque changement de bande sauf en été (visite au printemps).
· Aspect sale de l'arrière train des truies malgré un raclage de la partie en IA.

Examen des animaux

· Bon état des animaux à l'IA (cochettes et truies).
· Les primipares viennent bien en chaleurs sans l'utilisation de PG 600 (pratique abandonnée depuis plusieurs années).
· Vulves sales (pas de lavage des truies au sevrage) mais pas d'écoulement visible.

Examen de la technique d'IA (IA post-cervicale)

· Doses non réchauffées (blisters).
· Sonde emballée individuellement avec le cathéter.
· Vulve nettoyée à sec (papier) mais avec une propreté très moyenne (vulve reste souillée).
· Extrémité du sachet d'emballage en contact avec la vulve.
· Technique de mise en place faite sans brutalité.
·A noter le peu de temps consacré à la vérification du bon stade de chaleur de la truie.
· Verrat en circulation devant toute la bande pendant l'IA et constat de la nervosité de beaucoup de truies (bruits, salivation, mordillement des barres).

Verraterie : truies en contrôle retours la semaine passée

Les truies sont en bon état, pas de blessures ou d'anomalies pouvant expliquer de façon évidente les retours (bonnes carrières pour la plupart).
Quelques traces de croûtes collées à la vulve mais l'écoulement n'est plus visible.
Les truies ont été traitées avec une quinolone pendant 3 jours en injectable et ont été ré-inséminées.

Bloc verrat



Pour entrer dans le bloc verrat (5 verrats), changement de tenue (cotte spécifique), changement de chaussures, charlotte pour les cheveux et lavage des mains (sans antiseptique). Le bloc a été construit pour abriter les verrats (et le laboratoire) à l'écart des autres animaux de l'élevage. L'objectif est de garder un statut spécifique en particulier vis-à-vis du SDRP (verrats indemnes et non vaccinés).

Le statut SDRP est contrôlé tous les 3 mois par des PCR sur un échantillon de semence et 1 fois par an par une sérologie.
· Etat général des verrats en production : bon état corporel (en liberté), absence de blessure ou d'anomalie particulière.
· Vérification du plan de prophylaxie : dernier rappel vaccin il y a 2 mois (Rouget + Parvo).
· Présence d'un jeune verrat entré il y a 2 mois (4 verrats en production). L'éleveur me signale que ce jeune verrat a toussé dans les 15 jours qui ont suivi son arrivée mais apparemment sans complication.
· Contrôle du cahier de prélèvement et d'examen de la semence : pas d'anomalie constatée au prélèvement (prélèvement de la fraction totale) et utilisation de la semence en "frais" 24 à 48 h sauf pour les IA du lundi matin (prélèvement du vendredi).
· Vérification du matériel et du laboratoire : bon état d'entretien.

Quarantaine : cochettes présentes depuis 3 semaines

Les cochettes sont en phase "d'adaptation" avec vaccination et contamination (excréments, placentas et diarrhées éventuelles de porcelets) toutes les semaines (1 fois/semaine).
La quarantaine est conduite en 2 salles, normalement vidées, lavées et désinfectées entre les lots mais par manque de temps, ce lavage n'est que partiel depuis plusieurs mois (pas de vidange de fosse sous le caillebotis intégral et murs non lavés).


Examens complémentaires et premières mesures


Suite à la visite, il est décidé de faire plusieurs examens et mesures complémentaires pour tenter de comprendre le problème.

1) Avancer le contrôle SDRP : prise de sang et envoi d'une dose de semence.
2) Faire un contrôle urinaire sur le cheptel reproducteur en ciblant les truies dans le dernier tiers de gestation (50 truies minimum) en notant les troubles et les nitrites ?
3) Améliorer l'hygiène en verraterie :
  · recommencer le lavage après chaque déplacement de bande,
· baisser le niveau de lisier,
· racler deux fois par jour en rajoutant de l'asséchant pour les truies en IA,
· nettoyage complet de la vulve avec une solution diluée de chlorhexidine et en séchant bien la vulve ensuite,
· ne pas toucher la vulve avec l'emballage de la sonde,
· ne pas laisser le verrat circuler devant toutes les truies pendant les IA pour éviter la nervosité.
4) Reprendre les règles d'hygiène en quarantaine avec une remise à zéro complète entre chaque lot.
5) En traitement d'attente : cure orale d'acide oxolinique pendant 5 jours au sevrage.

Le rendez-vous est pris 6 semaines plus tard pour vérifier l'efficacité des mesures et l'interprétation des résultats.

Bilan un mois plus tard.

Résultats des 6 bandes échographiées depuis la dernière visite

Bande 3 : fertilité écho 75% dont 5 retours dont 2 avec des écoulements
Bande 4 : fertilité écho 80% dont 2 retours dont 1 avec des écoulements
Bande 5 : fertilité écho 77% dont 3 retours avec des écoulements
Bande 6 : fertilité écho 75% dont 6 retours dont 1 avec des écoulements
Bande 7 : fertilité écho 75% dont 5 retours dont 1 avec des écoulements traitée préventivement avec de l'acide oxolinique
Bande 8 : fertilité écho 68% dont 5 retours dont 3 avec des écoulements traitée préventivement avec de l'acide oxolinique

Les examens ont donné les résultats suivants :

- SDRP sur les verrats : négatif (sérums en sérologie + PCR et semence en PCR)
- Contrôle urinaire : 60 urines de fin de gestation : nitrites + = 8 ; troubles = 10 (dont les 8 nitrites +).
- L'ensemble des mesures d'hygiène sont en place.

Conclusion provisoire

Le traitement préventif ne fonctionne pas ou est insuffisant et le diagnostic n'est pas encore posé.

La fréquence des écoulements purulents (50% des retours) confirme bien la présence de métrites.
- Ces métrites sont confirmées par l'étude de la fertilité des retours.
Sur l'ensemble des retours ou vides remises à la reproduction, on constate un taux de fertilité de 30% : 2 retours sur 3 ne retiennent pas, ce qui montre bien que l'intégrité de l'utérus est en cause.
- Pour confirmer ce point, il est décidé de faire abattre 5 truies (multipares) et 1 cochette à retours multiples (2 retours).
- Autre point pour connaître les germes en cause : j'ai pratiqué un écouvillonnage cervical (écouvillon sec) sur 2 cochettes en 1er retour avec des écoulements et 1 multipare (rang 5).


Investigations complémentaires, évolution et conclusion


Résultats des investigations

Examen des 6 utérus et vessies à l'abattoir.
- Vessies : 1 vessie avec une cystite chronique (multipare).
- Utérus : présence de pus dans le corps et les cornes utérines, 3 truies et 1 cochette.
- Ovaires : normaux sauf sur 1 truie (kystes).

Trois écouvillons
- Sur les 2 écouvillons de truies, présence d'E. coli

Antibiogramme E. Coli

Au vu des résultats, il est décidé de persévérer dans le traitement préventif sur la période d'IA.
=> Acide oxolinique sur 7 jours du sevrage jusqu'à la fin des IA,
=> Acide oxolinique également sur les cochettes à l'IA,
=> Elimination des retours avec écoulement.

Nouveau bilan 6 semaines plus tard

Bande 9 : fertilité écho 70% dont 6 retours dont 1 avec écoulements
Bande 10 : fertilité écho 78% dont 3 retours
Bande 11 : fertilité écho 76% dont 3 retours
Bande 12 : fertilité écho 82% dont 1 avec écoulements
Bande 13 : fertilité écho 84% dont 2 retours
Bande 14 : fertilité écho 84% dont 2 retours dont 1 avec écoulements

Evolution et conclusion

La tendance est à l'amélioration mais avec une élimination systématique des retours avec écoulements. On constate maintenant essentiellement des truies vides à l'échographie.

Devant ce résultat non satisfaisant, il est décidé d'axer les recherches sur l'insémination et plus particulièrement sur les verrats.
Des doses prêtes à l'emploi sont envoyées au laboratoire pour des spermogrammes.
- envoi le matin de doses provenant de prélèvements du vendredi, lundi et mardi (les 4 verrats),
- doses faites sur dilueur BTS à 200 mg de gentamycine/litre

Numéro de verrat
1
2
3
4
Délai depuis le prélèvement
5 j
2 j
2 j
1
Quantité (ml)
80
80
80
80
% vivants (objectif > 70%)
30
60
65
85
Motilité (0 à 5)
1
2
2,5
3,5
Acrosomes anormaux % (objectif < 20%)
50
5
7
5
Gouttelettes proximales %
17
12
10
5
Gouttelettes distales %
15
10
7
15
Flagelles tordus %
15
3
5
3
Autres anomalies %
/
/
/
/
Nbre de spermatozoïdes ( 109)
1,8
2,2
2
2,5

Interprétation :

Les verrats n°1, n°2 et n°3 donnent des résultats non corrects (surtout le n°1). Photo 8
D'après l'éleveur, ceci est contradictoire avec les résultats des examens de semence au prélèvement et même après la dilution (contrôle après dilution).

Pour compléter le spermogramme, une bactériologie est demandée sur les verrats 1 et 2.
Le résultat fait ressortir une contamination à Burkholderia cepacia (105 et 104) avec un antibiogramme "spécifique" et de nombreuses résistances notamment vis-à-vis de la gentamycine.

Cette contamination des doses a été à l’origine d’infertilité par dégradation progressive des spermatozoïdes pendant la conservation.



Commentaires

Il s'agissait d'un élevage à problème de métrites dues d'une part à une dérive de mesures d'hygiène provoquant une augmentation des infections remontantes (E. coli) auquel s'ajoute un problème d'infertilité due à une contamination de la semence avec un germe résistant à la gentamycine, Burkholderia cepacia.

D'où provient ce " Burkholderia cepacia"?

Il s'agit d'un germe d'environnement que l'on peut trouver assez facilement dans un laboratoire d'insémination. Il a besoin d'humidité (évier, bain-marie, …) et est relativement résistant.

Les sources de contamination peuvent être l'eau si elle est conservée dans des contenants pouvant se polluer, l'évier et la paillasse environnante, le matériel en contact avec la semence (récipient, thermos, …), le système de conditionnement de la semence (flacons, système de remplissage semi-automatique, …).
Dans l'élevage étudié, la "vaisselle" constituée du bécher en verre (prélèvement) et d'éprouvettes, était lavée et rincée à l'eau distillée mais conservée sur un égouttoir près de l'évier (pas de stérilisateur).

Depuis le passage en matériel jetable et une désinfection complète du laboratoire, le problème de contamination a disparu et les troubles de la reproduction sont rentrés dans l'ordre.

Attention, quand on est face à un problème de métrite :
Le diagnostic de laboratoire à partir d’écoulements est à prendre avec précautions.

Il faut multiplier les pistes :

==>les conditions d'hygiène en premier (maternité et verraterie),
==> la vérification à l'abattoir (organes génitaux),
==> le bilan de la méthode d'IA et l'analyse complète des doses.



Dr Philippe LE COZ
Vétérinaire
22 - LOUDEAC

Cas cliniques

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

Vous n'êtes pas encore utilisateur de 333?inscrivez-vouset accédez aux cours du porc, au moteur de
recherche,...C'est gratuit et rapide
Etes vous enregistré dans 333?LOGINSi vous avez oublié votre mot de passe nous vous l'envoyons ici