L’Ascension du prix du porc

La fabrication des produits de saucisserie en tous genres a fonctionné à plein dès le milieu de la semaine pour répondre enfin à une demande que l’on espérait depuis le début du mois.

Le soleil s’est invité sur l’ensemble de l’Europe pour ce dernier long week‐end de mai où l’activité a été réduite dans de nombreux pays nord‐européens, comme ce fut le cas en France, en raison du Jeudi de l’Ascension. L’utilisation des Barbecues a donc été de rigueur là où c’est une tradition et a boosté les demandes de produits de saison. La fabrication des produits de saucisserie en tous genres a fonctionné à plein dès le milieu de la semaine pour répondre enfin à une demande que l’on espérait depuis le début du mois. Dans le Nord de l’Europe, c’est la stabilité des prix qui a généralement prévalu, car, même si l’offre reste clairement en‐dessous des besoins, la perte d’une journée d’activité offre l’occasion de faire une pause sur le prix, d’autant plus que le marché de la viande peine à suivre cette évolution. La réduction d’activité ne devrait pas se faire sentir dans la plupart des pays du nord de l’Europe où la fluidité était déjà bien installée, comme en attestent les poids de l’abattage allemand qui régressent semaine après semaine. Selon un constat de l’organisation allemande AMI, la baisse de l’offre à fin avril sur l’ensemble France, Pays‐Bas, Allemagne et Danemark est de 1,2 million d’animaux, soit ‐ 3,4 %.

Les prix du porc dans les pays du sud de l’Europe ont connu des destins plus divers alors qu’ils n’étaient pas soumis à des réductions d’activité pour cause de fête de l’Ascension. Alors que les cours italiens sont sous pression depuis maintenant quelques semaines, le cours de Mercolleida, en Espagne, hausse modérément de 1 cent du kilo vif sur fond d’activité intense, supérieure à l’offre disponible. La particularité du moment est l’orientation des poids d’abattage, certes à la baisse, mais qui restent supérieurs aux années 2016 et 2015. Selon Mercolleida, il s’agirait de spéculations de la part des éleveurs qui retiendraient leurs porcs mais aussi une volonté de répondre aux exigences des abattoirs travaillant avec l’Asie qui réclament des porcs plus lourds. C’est le cas de la Corée du sud et du Japon, très présents aux achats actuellement et qui compensent la légère défection chinoise tant en volume qu’en prix. Les stocks chinois sont fournis maintenant et permettent de voir venir, de laisser passer l’été et les hauts prix du porc à la production en Europe mais aussi en Amérique du Nord, où les prix sont orientés nettement à la hausse depuis quelques semaines.

Articles liés

Commentaires économiques

Entre stabilité et fermeté06-Jun-2017 il y a 6 mois 5 jours
Des orientations de prix différentes23-Mai-2017 il y a 6 mois 18 jours

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

Vous n'êtes pas encore utilisateur de 333?inscrivez-vouset accédez aux cours du porc, au moteur de
recherche,...C'est gratuit et rapide
Etes vous enregistré dans 333?LOGINSi vous avez oublié votre mot de passe nous vous l'envoyons ici

tags