Une demande globale faible

Nouvelle semaine de baisse de prix en Europe du Nord : Allemagne ‐ 4 cents, Danemark ‐ 3 cents, Belgique ‐ 4 cents, Autriche ‐ 4 cents …

A son tour, l’Europe du Nord entre dans une phase de marchés baissiers comme assez traditionnellement après l'été quand la saison des barbecues est terminée et que les préparatifs d’avant Noël ne sont pas encore d’actualité. La demande intérieure sur l’ensemble de l’Europe est particulièrement calme et la demande sur les pays tiers n’a pas pris le relais.

En Allemagne, les 8 centimes de baisse de la semaine précédente n’ont pas été suffisants pour relancer le commerce et la cotation a fléchi de 4 centimes de nouveau la semaine passée. Dans la plupart des régions, l’offre est supérieure à la demande sauf dans le sud du pays où le rapport offre/ demande est plus équilibré. La baisse des cours a eu naturellement un effet sur les prix de la plupart des pièces. A noter que le 3 octobre prochain sera férié en Allemagne pour la fête nationale. En Belgique, le prix est également sous pression ; à l’export, les poitrines de porc font l’objet d’une forte concurrence sur les marchés asiatiques. Le prix danois recule de 3 cents après les 4 centimes perdus la semaine précédente.

En Espagne, l’offre devient plus importante sous l’effet conjugué des retards liés au férié du 11 septembre en Catalogne, des anticipations d’annonces en vue de possibles futures baisses et de l’offre normale. De l’autre côté, les abattoirs ne se pressent pas pour s’approvisionner outre mesure faute de demande sans compter que les porcs achetés plus tard seront probablement moins chers, d’autant plus qu’un nouveau jours férié se présentera le 12 octobre. La conséquence est l’augmentation des poids depuis 2 semaines de plus de 1 kilo pour se situer plus de 2 kilos au‐dessus du poids moyen de la même semaine 2016. Devant un marché national et européen au ralenti, la nécessité pour le prix espagnol de s’aligner sur les références internationales se fait sentir. Le cours espagnol s’est replié de 4,7 centimes du kilo vif mais reste toujours en tête des prix européens.

La référence italienne sera probablement stable cette nouvelle semaine. La demande est jugée normale pour la période avec une offre faible. Toutefois, l’orientation des cours du nord de l’Europe est à l’origine de cette stabilité. Par rapport à l’an passé, les cours ont en général, entamé leur plongée plus tôt après la saison estivale : le cours français dès le mois d’août ; les prix espagnol et allemand : environ 3 semaines plus tôt qu’il y a un an.

MPB : ‐1,8 cent lundi, ‐ 2,9 cents jeudi

La cotation française se replie de 4,7 cents sur la semaine pour un prix moyen à 1,296 €. La cotation
équivalente 2016 était de 1,534 euro le 22 septembre, prix maximum atteint en 2016. Les baisses
simultanées des principales références européennes entretiennent les écarts entre elles. L’activité
d’abattage sur la zone Uniporc Ouest est soutenue depuis 4 semaines maintenant et se situe bien audessus
de l’activité 2016 sur la même période : + 3,5 %, 12 500 porcs supplémentaires abattus par
semaine. L’activité s’est toutefois ralentie la semaine dernière avec 367 670 porcs abattus, annonçant la
fin des opérations de promotions du mois de septembre et une demande intérieure plus faible qui n’a pas
été relayée par la demande extérieure. Les poids à 94,74 kg sont stables, traduisant un certain équilibre
offre / demande.

Commentaires économiques

Des marchés nerveux au nord, baissiers au sud12-Sep-2017 il y a 1 mois 9 jours

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

Vous n'êtes pas encore utilisateur de 333?inscrivez-vouset accédez aux cours du porc, au moteur de
recherche,...C'est gratuit et rapide
Etes vous enregistré dans 333?LOGINSi vous avez oublié votre mot de passe nous vous l'envoyons ici

tags