Lire cet article dans:

Les conditions de sécheresse qui ont affecté la saison de croissance des cultures pourraient devenir la norme

Un article récent du JRC met en garde sur le fait que les conditions de sécheresse extrêmes qui ont affecté la saison de croissance printemps/été 2018 en Europe centrale et septentrionale pourraient devenir la norme d'ici 25 ans et appelle à des mesures d'adaptation novatrices pour faire face aux conditions extrêmes

Mercredi 19 Juin 2019 (il y a 1 mois 3 jours)
J'aime

Les mois de printemps et d'été 2018 ont été marqués par une combinaison unique de conditions de sécheresse en Europe centrale et septentrionale et de conditions exceptionnellement humides en Europe méridionale, selon le Centre Commun de Recherche (JRC) de la CE.

Par exemple, l'Allemagne a été touchée par une sécheresse de six mois qui a duré tout le printemps et l'été, alors que le printemps a été particulièrement humide dans la péninsule ibérique.

Les deux extrêmes ont affecté les rendements. Les sécheresses ont entraîné une réduction totale des rendements des cultures principales allant jusqu'à 50%.

Ceci a été partiellement compensé par des gains de rendement allant jusqu'à 34% dans le sud de l'Europe.

Cette juxtaposition d'anomalies climatiques opposées - sécheresses dans le nord de l'Europe et conditions inhabituellement humides dans le sud, parfois appelées «balançoire à eau» - a représenté un phénomène unique des 500 dernières années.

Les projections climatiques à venir, fondées sur des modèles mondiaux à haute résolution, montrent que le sud de l'Europe est moins susceptible de connaître des conditions aussi favorables pour la croissance des cultures dans le futur.

Par ailleurs, des sécheresses similaires à celles de 2018 pourraient devenir courantes dès 2043.

Besoin urgent de stratégies novatrices d'adaptation à la sécheresse

Il est donc urgent de mettre en place des stratégies d'adaptation innovantes pour l'agriculture européenne afin de faire face aux sécheresses récurrentes qui ne devraient pas bénéficier du modèle inhabituel de "balançoire de l'eau" observé l'année dernière.

Selon Andrea Toreti, scientifique au JRC, "les projections montrent que le climat se réchauffe et que des phénomènes extrêmes se produisent. L'année dernière, l'Europe a eu de la chance avec les conditions exceptionnellement humides du sud de l'Europe qui ont atténué les effets de la sécheresse sur la production alimentaire générale".

"Cependant, nous ne pouvons pas compter sur de telles anomalies pour assurer la sécurité alimentaire à l'avenir. L'année dernière a servi à sonner l'alarme. Il est urgent d'améliorer scientifiquement l'évaluation des risques et de l'impact en tenant compte de ces événements récurrents/simultanés, des chocs qu’ils peuvent provoquer et donc de concevoir de nouvelles stratégies d'adaptation pour y faire face. "

Lundi, 17 juin 2019/ JRC/ Union Européenne.
https://ec.europa.eu/jrc

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.
Publier un nouveau commentaire

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

Vous n'êtes pas encore utilisateur de 333?inscrivez-vouset accédez aux cours du porc, au moteur de
recherche,...C'est gratuit et rapide
Etes vous enregistré dans 333?LOGINSi vous avez oublié votre mot de passe nous vous l'envoyons ici

tags

Dernière heure

Dernières nouvelles de la filière porcine

Vous n'êtes pas inscrit à la liste

19-Jul-201912-Jul-201905-Jul-201928-Jun-2019

Connectez-vous et inscrivez-vous à la liste

Vous n'êtes pas encore utilisateur de 333?inscrivez-vouset accédez aux cours du porc, au moteur de
recherche,...C'est gratuit et rapide
Etes vous enregistré dans 333?LOGINSi vous avez oublié votre mot de passe nous vous l'envoyons ici