Lire cet article dans:

Mieux contrôler les risques sanitaires mondiaux à l’interface homme-animal grâce à des passerelles entre les outils de l’OMS et ceux de l’OIE

Plus de 60 % des maladies infectieuses humaines survenant dans le monde sont dues à des agents pathogènes de nature zoonotique, transmis par des animaux domestiques ou sauvages.

Mardi 21 Octobre 2014 (il y a 3 ans 6 mois 5 jours)

L'Organisation Mondiale de la Santé Animale (OIE), en collaboration avec l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a élaboré un guide destiné aux instances nationales de santé publique et aux autorités nationales de santé animale représentées par les Services vétérinaires. Ce document dont l’objectif est d’exposer des méthodes visant à renforcer la bonne gouvernance des systèmes sanitaires dans le monde s’intitule : “Cadre opérationnel OIE-OMS pour une bonne gouvernance à l’interface homme-animal : articuler les outils de l’OMS et de l’OIE pour l’évaluation des capacités nationales”.

Plus de 60 % des maladies infectieuses humaines survenant dans le monde sont dues à des agents pathogènes de nature zoonotique, transmis par des animaux domestiques ou sauvages. L’évolution mutifactorielle des agents pathogènes nouveaux ou réémergents constitue une menace mondiale croissante pour la santé humaine et animale, la sécurité alimentaire, la sécurité sanitaire des aliments, le recul de la pauvreté et la biodiversité. La prévention des maladies à leur source animale est par conséquent essentielle à la protection de la santé humaine.

Avec le soutien de la Banque mondiale et de l'Union européenne (Fonds fiduciaire sur l’influenza aviaire et la grippe humaine, administré par la Banque mondiale), l’OMS et l’OIE ont élaboré un guide devant aider les Pays Membres à définir des programmes mieux coordonnés pour faire face aux risques sanitaires nationaux à l’interface homme-animal.Le guide présente également un panorama complet et le mode de fonctionnement de tous les outils disponibles dans le cadre du règlement sanitaire international (RSI) et de la procédure PVS de l’OIE, et explique comment utiliser ces outils pour créer des passerelles et répondre aux objectifs de l’initiative « Une seule santé », pour lequel l’OIE et l’OMS sont d’actifs promoteurs avec le soutien de la FAO.

Consulter le OIE-WHO Operational framework for Good governance at the human-animal interface.

Vendredi, 3 octobre 2014/ OIE.
http://www.oie.int

Nouvelles

Portugal : baisse des abattages porcins26-Mai-2017 il y a 11 mois

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

Vous n'êtes pas encore utilisateur de 333?inscrivez-vouset accédez aux cours du porc, au moteur de
recherche,...C'est gratuit et rapide
Etes vous enregistré dans 333?LOGINSi vous avez oublié votre mot de passe nous vous l'envoyons ici

tags

Dernière heure

Dernières nouvelles de la filière porcine

Vous n'êtes pas inscrit à la liste

20-Avr-201813-Avr-201806-Avr-201829-Mar-2018

Connectez-vous et inscrivez-vous à la liste

Vous n'êtes pas encore utilisateur de 333?inscrivez-vouset accédez aux cours du porc, au moteur de
recherche,...C'est gratuit et rapide
Etes vous enregistré dans 333?LOGINSi vous avez oublié votre mot de passe nous vous l'envoyons ici