Lire cet article dans:

Pourquoi la Commission européenne s'oppose-t-elle aux aides à la filière porcine ?

En réponse aux différentes demandes d'aide pour la filière porcine, le Commissaire européen à l'Agriculture a répondu aux raisons de ne pas offrir d'aide à ce secteur.

8 Février 2022

Comme nous l'avons rapporté a semaine dernière, le président de la Commission de l'Agriculture du Parlement européen, Norbert Lins (PPE, DE) et la plupart des groupes politiques de la commission ont envoyé une lettre au Commissaire à l'Agriculture Janusz Wojciechowski, demandant à la Commission européenne de prendre "des initiatives immédiates dans le but d'alléger la situation négative et d'anticiper de graves perturbations dans la filière de la viande de porc".

En réponse à cette demande, le Commissaire européen à l'Agriculture, Janusz Wojciechowski, a voulu expliquer pourquoi la Commission s'y oppose et a répondu que, malgré le fait que 13 États membres ont demandé des mesures de marché, 7 États membres, dont les principaux pays producteurs, tels que l'Allemagne, l'Espagne, l'Italie, le Danemark, les Pays Bas, la Suède et la Finlande, qui représentent près des deux tiers de la production porcine de l'UE, n'ont pas demandé de mesures de marché et que cela "est un signal clair que je ne peux pas ignorer".

M. Wojciechowski a plaidé en faveur des aides d'État en tant qu'outil efficace et a cité en exemple le programme d'aide actuel lancé la semaine dernière par la France, d'un montant de 270 millions d'euros, et par la Pologne, qui a annoncé un programme d'aide d'État de 88 millions d'euros.

Le commissaire a également souligné que 13 États membres ont demandé à bénéficier de l'article 219, c'est-à-dire de mesures contre les perturbations du marché, mais a insisté sur le fait qu'une mesure urgente et rapide en 2022 devrait être financée de manière réaliste en mobilisant une partie de la réserve de crise agricole de 497,3 millions d'euros, sous réserve de l'approbation du Parlement européen et du Conseil, et que, par conséquent, ce montant ne pourrait pas être remboursé aux agriculteurs en 2023, les agriculteurs finançant eux-mêmes la mesure au final. Il s'est également demandé à qui l'aide devait être destinée, aux États membres ayant le plus de porcs ou aux États membres ayant le plus de producteurs ? En outre, il a fait remarquer que les colégislateurs doivent être d'accord pour utiliser la réserve et qu'avec 7 Etats membres contre son utilisation, ils pourraient avoir une minorité de blocage au Conseil. En outre, 497,3 millions d'euros pour 1,5 million de producteurs de porcs dans l'UE, c'est peu comparé à ce que proposent la France et la Pologne.

Le commissaire a également informé qu'il conduira bientôt une délégation à Singapour et au Vietnam dans le but précis de trouver de nouveaux marchés pour les produits agricoles européens, dont la viande de porc.

Par ailleurs, le Commissaire a rappelé qu'en ce qui concerne les prix élevés des intrants et de l'énergie, qui sont étroitement liés à cette question, la Commission a récemment adopté une communication sur la manière de faire face à la hausse des prix de l'énergie. Si les revenus des agriculteurs et les prix des denrées alimentaires à la consommation vont dans la mauvaise direction en raison de l'évolution des prix des intrants, l'UE doit apporter une réponse politique à cette situation.

7 février 2022/ Rédaction 333 à partir d'informations de la Commission européenne.

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.
Publier un nouveau commentaire

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

Articles liés

La boutique spécialiste en élevage porcin
Conseil et service technique
Plus de 120 marques et fabricants

tags

Dernière heure

Dernières nouvelles de la filière porcine

Vous n'êtes pas inscrit à la liste

Connectez-vous et inscrivez-vous à la liste