Lire cet article dans:

PPA : L'Allemagne exhorte la Pologne à construire un corridor de protection du côté polonais

La "Troïka de la Santé animale" a rencontré la Commission européenne à Bruxelles pour discuter de l'approche commune de la lutte contre la peste porcine africaine.

4 Octobre 2021

La secrétaire d'État du Ministère fédéral de l'Alimentation et de l'Agriculture, Beate Kasch, s'est rendue à Bruxelles pour s'entretenir avec la Directrice générale adjointe pour la Santé et la Sécurité alimentaire, Claire Bury, et ses homologues polonais et tchèques des prochaines étapes de la lutte contre la peste porcine africaine (PPA), et en particulier des mesures de clôture dans la zone frontalière.

Beate Kasch a présenté à la Commission européenne le concept du corridor de protection allemand, dont l'objectif est d'interrompre la propagation de l'infection vers l'ouest. Le corridor sera délimité par deux clôtures fixes et la population de sangliers sera réduite à zéro. Cet objectif sera atteint par des mesures progressives telles que la recherche régulière de carcasses, l'intensification de la chasse et l'enlèvement des carcasses. La Commission européenne a accueilli favorablement ce concept.

La pression de l'infection en provenance de Pologne reste élevée. Lors de la réunion, Beate Kasch a une nouvelle fois souligné l'importance pour l'Allemagne et la Pologne d'agir conjointement pour la construction de clôtures à sangliers dans la zone frontalière. Outre le corridor de protection allemand, il est jugé important d'ajouter un autre corridor avec une troisième clôture du côté polonais et elle a exhorté son homologue polonais à mener à bien cette action.

La secrétaire d'État Beate Kasch a expliqué : "Une extension de notre concept de corridor de protection du côté polonais serait un moyen efficace d'arrêter la propagation de la PPA vers l'ouest. Malheureusement, la Pologne n'est pas encore prête pour cela, même si l'Allemagne a proposé de fournir du personnel et un soutien organisationnel et financier".

Le Ministère fédéral de l'Alimentation et de l'Agriculture a collaboré avec la Commission européenne pour cofinancer les mesures de clôture nécessaires : rien que pour le Brandebourg et la Saxe, le volume de remboursement possible dépassait 9 millions d'euros. Jusqu'à présent, cependant, seuls les coûts liés à la lutte directe contre les maladies animales ont été remboursés. Beate Kasch a demandé à la Commission européenne de fournir un soutien financier pour la construction et l'entretien préventif des clôtures.

23 septembre 2021/ BMEL/ Allemagne.
https://www.bmel.de

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.
Publier un nouveau commentaire

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

Articles liés

La boutique spécialiste en élevage porcin
Conseil et service technique
Plus de 120 marques et fabricants

tags

Dernière heure

Dernières nouvelles de la filière porcine

Vous n'êtes pas inscrit à la liste

Connectez-vous et inscrivez-vous à la liste