Lire cet article dans:

Production d'aliments composés pour animaux dans l'UE en 2021 et perspectives pour 2022

La propagation des maladies animales et la poursuite de la reprise du marché mondial des céréales, alimentée par la réinvasion russe en Ukraine, devraient réduire la demande d'aliments composés pour animaux de 4 à 5 millions de tonnes en 2022.

27 Mai 2022

La production d'aliments composés de l'UE (UE27) pour les animaux d'élevage en 2021 est estimée à
150,2 millions de tonnes, soit une augmentation de 0,03 % par rapport à 2020, selon les données fournies par les membres de la FEFAC. À l'exception du secteur de l'alimentation porcine, tous les autres secteurs ont réussi à stabiliser ou à augmenter légèrement leur production malgré la poursuite de la pandémie de COVID-19, la reprise du marché mondial des céréales, les perturbations de la chaîne d'approvisionnement et la propagation des maladies animales en 2021.

Suite à la situation critique de la viande porcine dans l'UE en 2021, confrontée aux défis de la réduction de la demande de viande sur les principaux marchés d'exportation (interdiction d'importation sanitaire et reprise suite à la PPA en Asie-Pacifique), aux coûts élevés des céréales fourragères, à l'impact de la peste porcine africaine et à l'augmentation significative de la production en 2020, la production d'aliments pour porcs a diminué de -1,5 % en 2021. Les pays les plus particulièrement touchés ont été l'Allemagne, la France, le Portugal, l'Espagne, l'Autriche, la Slovénie et la Hongrie. Les Pays-Bas et la Belgique ont poursuivi la dépopulation de leurs effectifs porcins afin de réduire les émissions environnementales agricoles.

Le secteur européen des aliments pour volailles a réussi à augmenter sa production de 1,1 % par rapport à l'année précédente et la production d'aliments pour bovins a connu une légère hausse de 0,2 %.

Perspectives du marché pour 2022

Si l'on considère les perspectives du marché pour 2022, les filières porcine et avicole de l'UE devraient réduire leurs activités en raison du coût élevé des matières premières pour aliments des animaux, de la baisse de la demande du marché et de l'expansion des foyers de grippe aviaire dans plusieurs pays. Par conséquent, les estimations des membres de la FEFAC diminuent de - 4,2% pour les aliments pour porcs et de - 3% pour les aliments pour volailles. La production d'aliments pour bovins devrait diminuer de - 1,6%. Globalement, la production d'aliments composés industriels pour animaux devrait diminuer de 2,9% (soit 4,3 millions de tonnes) par rapport à 2021. Cependant, les incertitudes du marché restent très élevées en raison de l'agression russe en cours en Ukraine. La perte immédiate de maïs fourrager, de farine de tournesol et d'autres matières premières pour l'alimentation animale en provenance d'Ukraine et de Russie ne pourrait être que partiellement compensée par l'augmentation des importations d'aliments pour animaux, principalement des États-Unis et du Canada. D'importants problèmes logistiques subsistent quant à la manière de faire sortir les stocks de céréales existants d'Ukraine et continueront d'avoir un impact sur la disponibilité du marché au cours de la nouvelle campagne de commercialisation.

23 mai 2022/ FEFAC/ Union européenne.
https://fefac.eu/

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.
Publier un nouveau commentaire

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

Articles liés

La boutique spécialiste en élevage porcin
Conseil et service technique
Plus de 120 marques et fabricants

tags

Dernière heure

Dernières nouvelles de la filière porcine

Vous n'êtes pas inscrit à la liste

Connectez-vous et inscrivez-vous à la liste