Lire cet article dans:

UE : diminution de l'utilisation des antibiotiques chez les animaux

La baisse significative de l'utilisation d'antibiotiques chez les animaux destinés à la consommation suggère que les mesures prises au niveau national se révèlent efficaces.

6 Juillet 2021

L'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA), l'Agence européenne des médicaments (EMA) et le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) indiquent dans leur dernier rapport que l'utilisation des antibiotiques a diminué et qu'elle est désormais plus faible chez les animaux producteurs d'aliments que chez les humains.

Basé sur le concept "Un monde, une santé", le rapport préparé par les trois agences de l'UE présente des données sur la consommation d'antibiotiques et le développement de la résistance aux antimicrobiens en Europe au cours de la période 2016-2018.

La consommation d'antimicrobiens (CAM) dans les deux secteurs, exprimée en mg/kg de biomasse estimée, a été comparée au niveau national et européen. Pour chaque année de la période 2016-2018, la CAM globale était plus faible chez les animaux destinés à la consommation (par exemple, en 2017, 108,3 mg/kg, intervalle de 3,1 à 423,1) que chez les humains (par exemple, en 2017, 130,0 mg/kg ; intervalle de 52,8 à 212,6). C'est la première fois que cette situation est signalée depuis le début des analyses effectuées à partir des données de 2011.

La réduction significative de l'utilisation des antibiotiques chez les animaux destinés à la consommation indique que les efforts nationaux pour réduire l'utilisation des antibiotiques portent leurs fruits. L'utilisation d'une classe d'antibiotiques appelée polymyxines, qui comprend la colistine, a presque diminué de moitié entre 2016 et 2018 chez les animaux destinés à la consommation. Il s'agit d'une évolution positive, étant donné que les polymyxines sont également utilisées dans les hôpitaux pour traiter les patients infectés par des bactéries multirésistantes.

La situation dans l'UE n'est pas homogène, car elle varie considérablement selon le pays et le type d'antibiotiques. Par exemple, les aminopénicillines, les céphalosporines de troisième et quatrième génération et les quinolones (fluoroquinolones et autres quinolones) sont plus utilisées chez l'humain que chez les animaux destinés à l'alimentation, tandis que les polymyxines (colistine) et les tétracyclines sont plus utilisées chez les animaux destinés à l'alimentation que chez l'humain.

Le rapport établit également des liens entre la consommation d'antimicrobiens chez les animaux et la résistance microbienne acquise chez les animaux producteurs d'aliments, qui est à son tour associée à la résistance des bactéries chez l'humain. C'est le cas par exemple de la bactérie Campylobacter spp., que l'on trouve chez les animaux producteurs d'aliments et qui est à l'origine d'infections alimentaires chez l'humain. Les experts ont détecté une association entre la résistance à ces bactéries chez les animaux et la résistance à ces mêmes bactéries chez les humains.

30 juin 2021/ ESFA/ Union Européenne.
https://www.efsa.europa.eu

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.
Publier un nouveau commentaire

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

Articles liés

Dernière heure

Dernières nouvelles de la filière porcine

Vous n'êtes pas inscrit à la liste

Connectez-vous et inscrivez-vous à la liste