6 choses à ne pas faire en engraissement

Il est parfois plus rapide de dire ce qu'il ne faut pas faire plutôt que de faire ce qui devrait être fait. 1.- Il ne faut pas limiter l’inge...
Mercredi 13 Février 2008 (il y a 9 ans 9 mois 9 jours)

Il est parfois plus rapide de dire ce qu'il ne faut pas faire plutôt que de faire ce qui devrait être fait.

1.- Il ne faut pas limiter l’ingestion d’aliment. Cela est plus facile à dire qu'à faire. Rien ne peut être fait pour augmenter la consommation, alors qu'il y a beaucoup d'actions qui peuvent la diminuer : il faut éliminer ces facteurs négatifs

2.- Ne pas toujours penser que « plus ils mangent, mieux ça vaut». L'équilibre entre sous-alimenter les plus grands animaux et suralimenter les plus petits est très délicat. Si on utilise une génétique très maigre et qu'il faille faire un choix, il est préférable de suralimenter les plus petits, car les génétiques maigres répondent généralement aux niveaux élevés d'alimentation. Si es posible, hay que conocer los diferentes requerimientos nutricionales entre los machos y las hembras. Las diferencias no son consistentes entre líneas genéticas.
Si cela est possible, il faut connaître les différences de besoins nutritionnels entre mâles et femelles. Les différences ne sont pas les mêmes selon les lignées génétiques.

3.- Ne pas sous-estimer les coûts non alimentaires : ils sont supérieurs à ce que l'on a l'habitude de croire. Certains éleveurs tendent à en oublier ou à en sous-évaluer en parlant de leurs “coûts de production”.

4.- Il ne faut pas toujours défendre "le grand bienfait" de l'usage des facteurs de croissance. Il faut se demander s'ils sont réellement utiles et essayer de déterminer le niveau de bénéfice obtenu (ceci est malheureusement plus facile à dire qu'à faire).

5.- Il ne faut pas toujours se dire que "plus c'est grand mieux c'est" : de grands bâtiments, de grandes cases, de grands porcs. Il faut chercher des tailles de groupes "manageables" qui maximisent la production, les prix et la qualité de la commercialisation.

6.- Si le produit fini est réalisé dans un autre élevage, il ne faut pas se garder tous les bénéfices ni assumer tous les risques. Partager les risques et les bénéfices est souvent perçu comme un bon encouragement. Les bons élevages sont bons, mais les bonnes personnes sont meilleures. S'assurer de ne pas trop récompenser les aspects sur lesquels les porchers ont peu de contrôle.

M Yungblut. Managing and monitoring the finishing barn – six things not to do. London Swine Conference 2007: 159-160

En cherchant bien

Longévité des truies25-Fév-2008 il y a 9 ans 8 mois 28 jours
Options de traitements des lisiers05-Fév-2008 il y a 9 ans 9 mois 17 jours

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

Vous n'êtes pas encore utilisateur de 333?inscrivez-vouset accédez aux cours du porc, au moteur de
recherche,...C'est gratuit et rapide
Etes vous enregistré dans 333?LOGINSi vous avez oublié votre mot de passe nous vous l'envoyons ici