Lire cet article dans:

Comparaison entre écouvillons et prélèvements de tissus pour détecter E coli chez les porcelets

Le but de cette étude était d'évaluer des méthodes alternatives pour la détection et la caractérisation des Escherichia coli dans les cas réels de diarrhée chez les porcelets sevrés.

Vendredi 18 Mai 2012 (il y a 5 ans 4 mois 4 jours)

Le but de cette étude était d'évaluer des méthodes alternatives pour la détection et la caractérisation des Escherichia coli (E coli) dans les cas réels de diarrhée chez les porcelets sevrés. A cette fin, on a réalisé des échantillons par écouvillons, ou par prélèvement de tissu intestinal de porcs pour comparer les isolats d’ E. coli, la corrélation des deux antibiogrammes et le génotypage des gènes qui codent pour dles pili et les toxines.

On a pris un échantillon de tissu, deux écouvillons rectaux et deux intestinaux de 15 porcelets issus de 4 fermes différentes. Sur les cultures obtenues, on a réalisé un antibiogramme (ceftiofur, gentamicine, néomycine, et triméthoprime / sulfaméthoxazole) et une PCR pour identifier les gènes de pili (F18 et K88) et les producteurs de toxines (STA, STB et LT). Les résultats ont été évalués pour voir le degré de concordance au niveau de l’animal et de l’élevage.

hisopo


E. coli a été isolé dans les deux méthodes, mais le génotype était différent dans 64% des cas au niveau de l'animal. Au niveau de l’élevage, dans 3 des 4 fermes, les génotypes E coli identifiés par les deux méthodes ne concordaient pas. Dans ces élevages, il y avait aussi des différences concernant les antibiogrammes. Ceci suggère qu’il faut beaucoup d’échantillons pour une caractérisation correcte de la population de E. coli dans les conditions du terrain et que, en tenant compte des deux résultats, il est plus probable d'obtenir un traitement efficace pour l'ensemble de l'exploitation.

La prise d’échantillons de tissus permet l'autopsie de l'animal, ce qui permet l'observation des lésions ; en revanche, l’utilisation d’écouvillons permet un échantillonnage beaucoup plus vaste sans la nécessité d'abattre plus d’animaux, bien qu’elle ne puisse pas remplacer complètement les diagnostics supplémentaires qui peuvent être effectuées à partir des échantillons de tissus. L'utilisation d’écouvillons peut être un moyen économique d'étendre la collecte d'échantillons pour des identifications complexes d’E. coli.

J LeKander, AK Johnson. Comparison of Swabs and Tissue for Detection and Characterization of Escherichia coli in Clinical Post-weaning Diarrhea Cases. 2011. Iowa State University Animal Industry Report 2011

Articles liés

En cherchant bien

Interprofessions30-Mai-2012 il y a 5 ans 3 mois 23 jours
Production porcine en Hollande en 201009-Mai-2012 il y a 5 ans 4 mois 13 jours

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

Vous n'êtes pas encore utilisateur de 333?inscrivez-vouset accédez aux cours du porc, au moteur de
recherche,...C'est gratuit et rapide
Etes vous enregistré dans 333?LOGINSi vous avez oublié votre mot de passe nous vous l'envoyons ici

tags