Contrôle de la mortalité en engraissement par le PCV2 : résultats vaccinaux (2/2)

Le contrôle des infections par le PCV2 passe de plus en plus par la vaccination des porcelets puisqu’il y a de plus en plus de vaccins disponibles, Les vaccins sur les porcelets ont montré leur ...
Mardi 8 Décembre 2009 (il y a 7 ans 9 mois 14 jours)

Le contrôle des infections par le PCV2 passe de plus en plus par la vaccination des porcelets puisqu’il y a de plus en plus de vaccins disponibles, Les vaccins sur les porcelets ont montré leur efficacité autant au niveau de la diminution de la mortalité précoce que tardive (comme cela semble être le cas dans la situation espagnole). Ils semblent donner un bon ROI (retour sur investissement).

Dans un article canadien récent, avec une mortalité tardive entre 17-21 semaines (Cardinal, 2008), la mortalité était de 10,4% sur le lot témoin non vacciné et de 10,7% sur les porcs issus de portées dont les mères avaient été vaccinées au Circovac (voir tableau 1), par conséquent il n'y a pas eu d'effet sur cette phase.

Tableau 1 : Comparaison de la mortalité en engraissement après la vaccination des mères et des porcelets au Canada.
  Truies non vaccinées Truies vaccinées
Témoin 10.4 10.7
Circumvent (1 dose) 7.0 -
Circumvent (2 doses) 3.9 3.8*
CircoFLEX (1 dose) 3.1 3.4*
*Plus de 72-89% des porcelets sont issus de truies ayant été aussi vaccinées.

Au contraire, les porcelets vaccinés avec 1ou 2 doses de Circumvent® PCV à 3 et 7 semaines ou avec l'Ingelvac CircoFLEX ont eu une mortalité respectivement de 7,0, 3,9 et 3,1 %, concernant les porcelets issus de truies non vaccinées. Quand les porcelets issus de truies vaccinées sont aussi vaccinés avec Circumvent® PCV (2 doses) et CircoFLEX (1 dose) la mortalité diminue aussi respectivement à 3,8 et 3,4%. Les anticorps ne semblent pas interférer avec les vaccins.

Figure 2. Mortalité en engraissement après vaccination chez les truies et les porcelets

L'âge de la vaccination des porce au moins deux semaines avant le début de la virémie ne semble pas être "critique", il faut toujours que ce soit pour que le système immunitaire puisse développer l'immunité avant le challenge.

Dans une étude aux USA, Cline et al (2008) ont vacciné des porcs âgés de 3 ou 6 semaines au CircoFLEX et les ont comparés avec des témoins non vaccinés. L'élevage travaillait avec un système de production en 3 sites, Le sevrage était à 3 semaines et on passait à l'engraissement à 10 semaines. L'élevage était indemne de SDRP et de Mycoplasma hyopneumoniae mais depuis plusieurs mois il subissait des pertes dues au PCV2 en engraissement.

La mortalité en post-sevrage était semblable sur les 3 lots, due à des infections différentes du PCV2, comme Streptococcus suis et Haemophilus parasuis. Les signes classiques d'amaigrissement et de mortalité ont commencé en engraissement chez les porcs non vaccinés, autour de 11 semaines d'âge (cf. tableau 2). Ceci a coïncidé avec une augmentation impressionnante de la virémie en PCV2 observée sur les porcs non vaccinés.

Tableau 2. Mortalité, taux de sacrifice et poids final des porcs vaccinés et non vaccinés
  Vaccinés à
3 semaines
Vaccinés à
6 semaines
Témoins
non vaccinés
Taux de sacrifice (%) 1.68** 0.86** 6.31
Mortalité (%) 1.92** 2.25** 7.76
Taux de sacrifice + mortalité (%) 3,60 3,11 14,07
Poids (kg) 115.0** 115.2** 109.0
*sacrifié =porc de moins de 82 kg
**différence significative p = <0.0001


La mortalité en engraissement a diminué respectivement de 5,84 et de 5,51% pour les vaccinations à 3 et à 6 semaines. Le nombre de porcs sacrifiés a baissé de 4,63 et de 5,45 % (cf. figure 3). Ces porcs plus petits sont très maigres et sont pénalisés, obtenant seulement 44% de la valeur d'un animal normal. L'avantage moyen sur le PV des animaux témoins a été de 6 et de 6,2 kg chez les vaccinés respectivement à 3 et 6 semaines..

Figure 3 : comparaison de la mortalité et du taux de sacrifice entre les porcs témoins non vaccinés et ceux vaccinés à 3 ou 6 semaines (l'amaigrissement à commencé à 11 semaines)



Dans les grandes lignes, il y a eu peu de différences entre les deux protocoles de vaccination. Les anticorps maternels n'ont pas semblé interférer sur le lot vacciné à 3 semaines et la protection a duré pendant tout l'engraissement ; sur ceux vaccinés à 6 semaines, il y a eu suffisamment de temps pour développer l'immunité avant le début de la virémie, quand les porcs passent en engraissement à 10 semaines d'âge.

L'analyse économique de l'essai (conversion 2,5 ; prix PV 1, 10 $/kg ; prix des porcs sacrifiés 0,48 $/kg ; prix de l'aliment 176 $/T) équivaut à 9,85 $/porc en faveur des vaccinés.

La clé pour maîtriser la mortalité due au PCV2 en engraissement est d'identifier l'âge auquel commence la mortalité et de programmer une vaccination qui assure une protection des animaux 3 à 4 semaines avant l'infection. La vaccination précoce à des âges très jeunes comme 2 semaines ou au sevrage, apporte une protection pendant toute la durée du post-sevrage. La vaccination semble être très rentable et est amortie avec une simple diminution de la mortalité de 1%.

David Burch, Vétérinaire, Octagon Services, Royaume-Uni

En cherchant bien

L'euthanasie au pistolet à balle captive22-Déc-2009 il y a 7 ans 9 mois

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

Vous n'êtes pas encore utilisateur de 333?inscrivez-vouset accédez aux cours du porc, au moteur de
recherche,...C'est gratuit et rapide
Etes vous enregistré dans 333?LOGINSi vous avez oublié votre mot de passe nous vous l'envoyons ici