Distribution et importance de l'Entéropathie Proliférative Porcine

L'Entéropathie Proliférative Porcine (EPP), caractérisée par la présence de lésions prolifératives sur la muqueuse de l'iléon et du c&oc...
Mercredi 28 Juin 2006 (il y a 11 ans 4 mois 22 jours)

L'Entéropathie Proliférative Porcine (EPP), caractérisée par la présence de lésions prolifératives sur la muqueuse de l'iléon et du côlon est provoquée par la bactérie intracellulaire connue sous le nom de Lawsonia intracellularis.

Il s'agit d'une maladie largement répandue au niveau mondial dans des pays avec une importante production porcine ; elle y présente des niveaux de prévalence très élevés.

Au niveau européen, une étude a été réalisée sur la prévalence et le profil sérologique de l'infection dans les élevages positifs en utilisant un test ELISA (Elisa-blocking) ; des prélèvements de sang sur des cochettes et des multipares, des porcelets en fin d'allaitement (3 à 4 semaines de vie), en fin de post-sevrage (8 à 10 semaines de vie) et des porcs charcutiers de 13, 18 et 24 semaines. Les figures 1 et 2 montrent les résultats obtenus en Espagne où ont été analysés 73 élevages répartis sur tout le territoire. Les résultats obtenus sont similaires à ceux rencontrés dans les autres pays européens.

Fig. 1. Elevages positifs dans chaque classe d'âge (%).
Fig. 2. Animaux positifs dans chaque classe d'âge (%).

D'après les résultats concernant le pourcentage de porcs séropositifs par groupe d'âge (fig. 2), on peut déduire que les anticorps maternels diminuent de telle sorte que seulement 8% des porcelets ont des anticorps en fin de PS et qu'ensuite il y a une séroconversion qui montre la dissémination de la maladie en engraissement, surtout à partir de la 13ème semaine de vie.

Concernant l'impact économique, même si les pertes directes dues à la mortalité sont faibles, le problème réside dans la forme chronique de la maladie qui se traduit par des diminutions du GMQ, une dégradation de l'indice de consommation et une hétérogénéité des lots. Les résultats d'études récentes montrent que les coûts indirects imputables à la forme chronique de l'EPP oscillent autour de 3,55 € par place d'engraissement jusqu'à atteindre dans certains cas les 20 € par place d'engraissement/an.

A. Carvajal, J. Pozo, C. García, J.A. Collazos et P. Rubio. Enteropatía Proliferativa. Suis, Nº 19. 2005: 40-48.

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

Vous n'êtes pas encore utilisateur de 333?inscrivez-vouset accédez aux cours du porc, au moteur de
recherche,...C'est gratuit et rapide
Etes vous enregistré dans 333?LOGINSi vous avez oublié votre mot de passe nous vous l'envoyons ici