Points à prendre en compte pour optimiser l'alimentation

Bien qu'il y ait différents facteurs influant sur les performances des porcs, l'alimentation est, surtout pendant les phases de croissance et d'engraissement, un facteur-clé qui...
Jeudi 8 Janvier 2004 (il y a 13 ans 7 mois 10 jours)

Bien qu'il y ait différents facteurs influant sur les performances des porcs, l'alimentation est, surtout pendant les phases de croissance et d'engraissement, un facteur-clé qui représente une part importante des coûts de production.
Dans certains pays, le coût de la nutrition peut arriver à représenter entre 65 et 70% du total des coûts de production.

Pour optimiser la nutrition et obtenir les meilleurs résultats, il faut prendre en compte plusieurs points :

Schéma d'alimentation :


Le dépôt de maigre et de gras varie pendant les phases de croissance et d'engraissement , les besoins de l'animal par conséquent aussi.
Les besoins de lysine varient avec l'évolution du "maigre" corporel et de l'épaisseur de graisse dorsale (P2). Il faut concevoir des stratégies alimentaires spécifiques pour chaque type d'élevage.
La majorité des producteurs de porcs utilisent un ou deux types d'aliments pendant les phases de croissance et d'engraissement et cela provoque souvent un apport excessif ou insuffisant par rapport aux besoins réels du moment; ainsi, respectivement, soit les animaux ne peuvent atteindre leur potentiel de croissance maximum, soit ils augmentent leur excrétion de nutriments. Le nombre de formules alimentaires utilisées devrait dépendre des conditions de l'élevage.

Dans le tableau suivant, on trouvera un exemple des besoins de lysine/:énergie métabolisable sur des porcs en croissance ::

Poids (kg)
20-40
40-60
60-80
80-100
100-120
GMQ (g/j)
750
900
1000
1000
925
P2 (mm)
7
8
9
10
11
Gain protéique (g/j)
135
165
180
170
150
Gain de graisse (g/j)
90
135
200
265
305
Energie (MJ EM/j)
17,9
24,2
30,2
35,5
38,4
Lisina (g/j)
16,4
20,3
22,5
21,7
20,0
Lisina / EM (g/MJ)
0,92
0,84
0,74
0,61
0,52
Valeurs faisant référence à des animaux en bon état sanitaire avec des conditions idéales d'alimentation et d'élevage.

Maintien de l'appétit :

Au cours des dernières années, on a observé une diminution de l'appétit des porcs liée au progrès génétique. Ce problème est particulièrement fréquent chez les jeunes porcs où le peu d'appétit peut entraîner un ingéré des nutriments essentiels en dessous des besoins de telle façon que les animaux ne puissent pas atteindre leur potentiel de gains de viande et de graisse.

Administration d'eau :

Pour obtenir de bonnes performances, il est indispensable que les porcs aient une bonne disponibilité de l'eau. Chaque porc a besoin de consommer quotidiennement l'équivalent en eau de 10% de son poids (par exemple un porc de 20 kg a besoin de boire 2 litres d'eau par jour). Il est donc nécessaire que les cases aient le nombre suffisant d'abreuvoirs. Dans le cas d'utilisation d'abreuvoirs à tétine, il faut 1 abreuvoir pour 10 animaux distribuant 1,5 l/min.
Si l'approvisionnement en eau est inapproprié, l'appétit des animaux se réduit et l'ingéré par voie de conséquence.

Amélioration de l'immunité et de l'état sanitaire :

Un des principaux facteurs conduisant au fait que les animaux n'atteignent pas leur potentiel maximum est le faible état sanitaire. Chez les porcs malades, l'appétit et l'ingéré sont réduits. En outre, plus le potentiel génétique est élevé, plus grands sont les effets négatifs des maladies.

Le tableau suivant illustre l'impact du statut sanitaire sur les performances:

Statut élevé
Statut faible
% différence
Ingéré moyen quotidien (g/j)
994
911
-9,1
GMQ (g/j)
566
466
-21,5
IC
1,76
1,95
+9,7

Conditions d'élevage :

Des installations peu ou mal ventilées augmentent les fluctuations de température et affectent la qualité de l'air.
L 'absence d'hygiène correcte prédispose les animaux à une grande variété d'infections et de maladies respiratoires qui diminuent les performances.

Optimisation de la croissance pendant les premiers jours de vie :

Plus le poids des porcelets au sevrage est grand et plus le GMQ pendant la période suivant immédiatement le sevrage est grand, meilleures seront les performances pendant les phases suivantes de la croissance. Un kilo supplémentaire au sevrage ou un supplément de 50 g de GMG en post-sevrage peut réduire de 10 jours l'âge d'abattage.

Pig Progress. Vol. 18. Nº 2. 2002.

En cherchant bien

Données sur la consommation de viande dans l'Union Européenne31-Déc-2003 il y a 13 ans 7 mois 18 jours

Commentaires de l'article

Cet espace n'est pas destiné a être une zone de consultation des auteurs mais c'est un lieu de discussionouverts à tous les utilisateurs de 3trois3.

Pour commenter, vous devez être utilisateur de 3trois3 et vous connecter

Vous n'êtes pas encore utilisateur de 333?inscrivez-vouset accédez aux cours du porc, au moteur de
recherche,...C'est gratuit et rapide
Etes vous enregistré dans 333?LOGINSi vous avez oublié votre mot de passe nous vous l'envoyons ici