alimentation truies en bien etre

 Chantal

1 29-Mar-2008 12:39 (il y a 10 ans 6 mois 19 jours)

Lors des RIPP ,et je tiens à féliciter ses organisateurs pour la qulatié globale du programme, N Perez a parlé de truies musclées et maigres: quel était le type genetique des truies dans le cas concret, y a t il des particularités pour chaque type genetique concernant le mode d'alimentation des truies en liberté?
 chti

2 30-Mar-2008 16:01 (il y a 10 ans 6 mois 18 jours)

dans le cas présenté, il s'agissait de truies topig.Il faut retenir que globalement les truies en groupe s'est la merde, que pour la mise aux normes il faut garder les vieux réfectoires avec une barrière deux mètres derrière. Et si vous souhaitez vraiment les mettre en groupe alors faite de très grands groupes, et n'oubliez pas les fibres dans la ration alimentaire.
 Fernando

3 31-Mar-2008 21:55 (il y a 10 ans 6 mois 17 jours)

Un seul repas par jour en gestante en groupe est il préferable et quel est la qunatité d'eau à distribuer par jour ?
pour l'instant je teste 11 l/jour et j'ai un meilleur confort des truies, par contre pour le nombre de repas, avec mes case de 12 , j'hesite
 Nathalie Perez

4 02-Avr-2008 11:41 (il y a 10 ans 6 mois 16 jours)

Bonjour Chantal et Fernando.
Première partie pour Chantal: Christophe a des truies TOPIGS. En fait, quelque soit la génétique, nous retrouvons ces notions de muscle et de gras. Les souches européennes, d'abord sélectionnées pour leurs qualités de croissance et de carcasse, ont toutes tendance à déposer du muscle; c'est vrai en lignée pure landrace notamment, large white, comme sur les croisées deux ou troies voies, quelque soit la firme génétique. Le problème, c'est que le muscle ne fait pas la repro. Des truies musclées présentent un fort gabarit. Ces truies ont été fabriquées ainsi: cochettes très poussantes "boulets de canon", pas de maîtrise de l'ingéré sur la première gestation. Sur ces phases, le poids qu'elles prennent, elles le déposent majoritairement sous forme de muscle. Elles développent leur gabarit. Ce gabarit devient pénalisant en maternité: les truies musclées s'épuisent en mise-bas: morts-nés, fouilles nombreuses, portées hétérogènes bien que souvent nombreuses. L'appétit fait souvent défaut, comme si le muscle les sature. Là, on peut avoir deux cas de figure: soit elles tapent dans leurs réserves musculaires (puisque souvent elles ont peu de réserves graisseuses) en produisant malgré tout du lait. On voit cette fonte musculaire (fesses et hanches qui se creusent), elles font des escarres. Elles s'épuisent en mater et la fertilité n'est pas au rendez-vous.
Soit on rencontre un deuxième type de truies qui vont garder leur état en mater mais qui ne produiront pas de lait. Elles ne vont pas fondre, elles garderont une bonne fertilité et une bonne prolificité mais auront à peine sevrer 10 sous elles.
C'est là que la conduite alimentaire est essentielle. Dans un premier temps, la conduite des cochettes et des cochettes gestantes doit permettre de contrecarrer ce dépôt musculaire excessif. Ensuite, sur des truies musclées et grasses, on n'a aucune marge de manoeuvre: on les subit. Mais des truies musclées et maigres répondent à l'aliment notamment les montées de fin de gestation.
Ces troupeaux sont cependant durs à conduire. L'aide de la formulation sur ces animaux devient capitale notamment en allaitante et sur les apports fin de gestation et IA-écho.
C'est dommage: je ne peux pas vous faire de croquis. C'est plus facile en illustrant.
Au sein d'un même troupeau, on peut tout à fait avoir ces différentes types d'animaux.
C'est pour celà qu'il faut reprendre dans de tels cas la conduite sur les jeunes truies et "tamponner" en utilisant différents leviers sur les truies déjà "fabriquées".
On a le troupeau que l'on fabrique, ne l'oubliez jamais. La génétique choisie détermine précisément la conduite et les types de formulation à privilégier: reprenez l'exemple des troies voies.Plus vous voudrez des résultats importants, plus vous devrez être pointue sur ces choix.
Deuxième partie pour Fernando: un repas unique en gestante permet la distribution d'une ration de plus petite quantité, ce qui pour moi est essentiel dans la maîtrise de l'état des truies. Les truies sont plus calmes, il y a moins de compétition et moins d'hétérogénéité. Bien sûr, cela va dépendre ensuite de votre matériel de distribution, de la capacité de la soupière,du taux de dilution. Dès lors, en taux de dilution, même à un repas/jour, vous devez rester entre 3 litres et 4 litres par kg d'aliment. Il faut toujours une soupe épaisse. Après, ces mesures doivent être appliquées avec précision en prenant en compte ces points pratiques et notamment la distribution d'eau.
En sous abreuvement, les truies présentent des urines très saturées, avec beaucoup de cristaux (c'est la première cause des cristaux urinaires)...Les valeurs de 12l/j sont celles données sur paille et mesurées à la station de CRECOM. Je pourrais vous donner précisément ces références si vous le souhaitez.
Et enfin, ne pensez pas que les systèmes truies en groupe conduisent au casse-pipe: bien maîtrisés, ils donnent d'excellents résultats. En attendant vos remarques, cordialment

Seuls les utilisateurs inscrits peuvent ajouter des messages sur le forum

Vous n'êtes pas encore utilisateur de 333?inscrivez-vouset accédez aux cours du porc, au moteur de
recherche,...C'est gratuit et rapide
Etes vous enregistré dans 333?LOGINSi vous avez oublié votre mot de passe nous vous l'envoyons ici