castration chimique et bien etre

 ag10

1 15-Aoû-2009 19:40 (il y a 9 ans 1 mois 6 jours)

Avez vous pris connaissance de la future disposition qui ne manquera pas de nous concerner directement avec toutes les conséquences que cela implique .
Pour faire accepter les nouvelles contraintes , Pfizer met en avant une enquète auprès des consommateurs.Avec une question bien orientée il est facile de prévoir la réponse.
Autre argument de poids l'amélioration du GMQ et de L'IC ,sous entendu ,amélioration economique.Mais avez vous déja vu un progrès technique ne pas etre capté par les intermédiaires en 3 mois.
Ce qui nous attends
-surcroit de travail(2 vaccinations dont une vers 80Kg en SC)
-risque de bousculades pendant l'intervention
-risque d'injection pour l'utilisateur,hommes et femmes avec les memes conséquences que pour le cochon(imaginez)
-quel sera la réaction de l'inspection du travail quand un salarié évoquera ces risques
-risque pour les animaux(stress ,pertes de GMG...
Est que le bien etre de l'eleveur ne devrait pas etre prioritaire au bien etre de l'animal?
Bien sur ,il y 100 millions de PC à vacciner en Europe ,combien de millions de benef pour Pfizer?
Comptez sur Pfizer pour que cette disposition se généralise le plus rapidement possible ,2.9 millions d'euros ont ete investis ce n'est pas par philantropie.
 amont

2 15-Aoû-2009 19:50 (il y a 9 ans 1 mois 6 jours)

le mieux sera peut être de ne rien faire, comme en Angleterre ou en Espagne...
 yoyo50

3 15-Aoû-2009 21:47 (il y a 9 ans 1 mois 6 jours)

Sur ce sujet que font INAPORC, Arip, CRP, UGPVB...On ne les entend pas la dessus!!! (sur rien d'autre d'ailleur...)Pfizer leur a peut-etre offert des vacances au soleil??? Vu la météo chez nous, il est vrai que ça na pas de prix!!
Il est portant simple d'expliquer au consommateur que la production refuse de vendre de la viande ayant reçu des hormones...
 olivier

4 16-Aoû-2009 1:47 (il y a 9 ans 1 mois 5 jours)

et oui,aq 10 a tout dit et personne ne bouge dans les grande coop de bretagne?
Metier de misere.
 azerty

5 17-Aoû-2009 11:14 (il y a 9 ans 1 mois 4 jours)

il n'y a pas que les coops qui doivent reagire ou sont les syndicats les politiques ? comme d'habitude ABSENT
 jambon pied bon oeil

6 18-Aoû-2009 12:34 (il y a 9 ans 1 mois 3 jours)

Arretez de crier au loup avant de savoir ce quil en est vraiment!
Il est possible que cette castration chimique s'avere comme un reel probleme mais il est aussi possible que cela se presente comme une opportunite. On ne va tout de meme pas sopposer a quelquechose auquel nous ne conaissont ni tenants ni aboutissants!!
 pas contre

7 18-Aoû-2009 13:24 (il y a 9 ans 1 mois 3 jours)

pour AQ10
je pense que tes arguments contre ne sont pas fondés. Pourquoi?
ex: atelier 420 Truies présentes (50 T/bandes = 575 porcelets/bandes).
- surcroit de travail? je préfère faire deux piqure sur 280 porcs (tps 1h à 1h30 max) que de passer 4 heures à les castrer.
-Risques de bousculades? si les porcs sont bien sérrés pour les piquer il y a pas de risque. En effet il faudra s'adapter à cette pratique. De plus les éleveurs de porcs sont des personnes qui s'adaptent toujours très vite aux changements qui leurs sont imposés.
- Risque d'injection? Possible mais cela restera minime. sur le nombre d'injection que tu fais par an (avec n'importe quel produit que se soit) combien de fois t'es tu piqué? Pour ma part 1 fois en cinq ans de pratique sur un atelier de 420T.
-stress sur les animaux? la c'est vraiment chercher la petite bete. ne pique pas un animal malade parce que tu vas le stresser et il ne guérira pas plus vite.

Donc je pense qu'il vaut mieux essayer le vaccin voir le résultat et bon an mal an je pense que le gain de main d'oeuvre + gaiun de croissance et IC permettra de payer le vaccin.
 francois

8 18-Aoû-2009 13:46 (il y a 9 ans 1 mois 3 jours)

pour moi le probleme n est pas de savoir si c est mieux pour nous les eleveurs mais si a l autre bout on va nous l acheter .
regardez les ogm on ne demande pas au paysan ce qu il gagne mais la societee civile n en veut pas .
la question est donc bien qui va nous l acheter et quelle publicitee cela va etre pour notre profession.
il faut je pense quand on parle de benefice avoir une approche globale des benefices et des risques ...
 olivier

9 18-Aoû-2009 14:28 (il y a 9 ans 1 mois 3 jours)

et le prix du vaccin,et les declassés quand le vaccin ne serat pas efficace,les estropiers que tu va avoir et l'ete tu va vacciner en pleine chaleur? Et si l'abattoir te les recules d'une semaine,ton vaccin serat il aussi efficace?
Je vois deja la pub,manger du porc 100% spfizer.
Tes 4h,c'est la tranquillitté pour 6mois.
 Eleveur anesthésié

10 18-Aoû-2009 15:38 (il y a 9 ans 1 mois 3 jours)

Ce problème doit être reconsidéré à partir du début.
Pourquoi "Bruxelles" pourrait nous contraindre à ne plus castrer les porcs ?
C'est uniquement parce que les associations de défense du bien-être animal le demandent. Ces associations sont très actives au Nord de l'Europe.
Les chaines de magasins commencent déjà à l'imposer dans les cahiers des charges.
Et c'est là que se trouve le piège. La viande de porc non castré peut "sentir le verrat" et devenir moins savoureuse pour les consommateurs.

Nous nous retrouvons donc pris en étau entre deux demandes impossibles à faire cohabiter.

Les laboratoires fabricants de produits vétérinaires, toujours à l'affut de bonnes affaires, nous proposent alors un "vaccin" censé remplacer la castration. Mais ce produit présenté comme un vaccin, ressemble plutôt à une hormone (données à valider par un vétérinaire, si l'un d'entre eux nous lit nous le remercions de donner son avis), ce qui fait que le consommateur pourrait aussi refuser de consommer les porcs "vaccinés"

De plus ce produit est dangereux pour l'utilisateur en cas de piqure accidentelle.

Pour moi, la solution serait plutôt de continuer à castrer comme nous le faisons actuellement mais sous anesthésie.

En tous cas, cela signifie pour les éleveurs des contraintes et des frais supplémentaires.

En Europe, l'élevage et la castration des porcs sont pratiqués depuis des siècles.

A terme, les associations de protection des animaux finiront par demander l'interdiction de leur abattage et donc la suppression de l'élevage.
 Eleveur vacciné

11 18-Aoû-2009 16:07 (il y a 9 ans 1 mois 3 jours)

Voir en pièce jointe la fiche technique du "vaccin" de Pfizer.
Un vaccin, ça sert à se protéger d'une maladie infectieuse non ?
Appeler ce produit un vaccin me semble abusif...

Fichiers joints

Improvac Pfizer.pdf (134KB)
téléchargé 358 fois
télécharger

 REVEIL

12 18-Aoû-2009 18:43 (il y a 9 ans 1 mois 3 jours)

Pour pas contre
-piquer deux fois 280 cochons en 1H à 1H30(dont une fois à 8OKG) çà me semble completement sous estimé.Pour ma part je pratique l'autorenouvellement et vaccine mes cochettes en configuration engraissement et je peut te dire que c'est une belle galere et ça prend du temps beaucoup de temps!
D'autre part tu va multiplier les injections totales de ton atelier par 3 donc le risque de te piquer est multiplier par 3 donc tout les 20 mois! Le jeux en vaut-il la chandelle? personnelement vu les risques physiologiques sur ma personnes c'est déja de trop...
Il serait bon d'avoir acces à des resultats d'essais pratiqué par des institutions completement indépendantes des labos pharmaceutiques,mais vu la puissance de leur lobby j'ai bien peur que l'on ait que tres peu le choix...
 gawel

13 18-Aoû-2009 21:50 (il y a 9 ans 1 mois 3 jours)

comme dit "pas contre" il s est piqué 1 fois en 5 ans c 1 fois de trop avec ce produit tu es castré
je suis salarié, plutot crevé que prendre ce risque je laisse le soin au patron de vacciner, comme si les éleveurs de porcs pouvaient se payer le luxe de faire des vaccins ne rapportant rien
1 euros investit dans un vaccin doit rapporter plus d 1 euros
 Eleveur vacciné

14 18-Aoû-2009 23:15 (il y a 9 ans 1 mois 3 jours)

Voir en page 12 de la notice:

12. MISE(S) EN GARDE PARTICULIÈRE(S)
Précautions particulières d’emploi chez les animaux :
Seuls les animaux en bonne santé peuvent être vaccinés. Il a été montré qu’Improvac est sans risque
chez les porcs mâles à partir de 8 semaines d’âge. Une vaccination accidentelle des porcs mâles
destinés à la reproduction peut affecter la fertilité.
Il est recommandé d’abattre les animaux entre 4 et 6 semaines après la seconde vaccination. Si les
porcs ne peuvent être abattus pendant la période recommandée, les données disponibles des essais
mettent en évidence le fait que les porcs peuvent toujours être abattus jusqu’à 10 semaines après la
seconde injection avec un risque minimal d’odeur de verrat. Passé ce délai, une proportion de plus en
plus importante d’animaux va retrouver ses fonctions normales.
Les taux de scatole n’étant pas entièrement dépendant du statut sexuel, des mesures diététiques et
d’hygiène doivent également être considérées pour diminuer les taux de scatole.
Précautions particulières à prendre par la personne qui administre le médicament vétérinaire
aux animaux :
Une auto-injection accidentelle peut provoquer des effets similaires à ceux observés chez le porc,
parmi lesquels une diminution temporaire des hormones sexuelles et des fonctions
reproductives chez les hommes et les femmes ainsi que des effets indésirables sur la grossesse.
Le risque de survenue de ces effets est proportionnel au nombre d’injections accidentelles.
Lors de l’administration du produit, une attention particulière doit être portée au fait d’éviter
toute auto-injection accidentelle ou piqûre avec l’aiguille. Le produit ne doit être utilisé qu’avec
un vaccinateur ayant un double système de sécurité avec une gaine de protection de l’aiguille et
un mécanisme pour éviter tout fonctionnement accidentel de la gâchette.
Le produit ne doit pas être administré par des femmes enceintes ou susceptibles de l’être. En cas
de contact accidentel avec les yeux, rincer immédiatement et abondamment à l’eau. En cas de contact
avec la peau, laver immédiatement avec de l’eau et du savon. Le produit doit être conservé à hors de
la vue et de la portée des enfants.
Conseil à l’utilisateur en cas d’auto-injection accidentelle :
En cas d’auto-injection accidentelle, laver abondamment la blessure avec de l’eau propre. Demander
immédiatement conseil à un médecin et lui montrer la notice. Ne plus administrer le produit dans le
futur.
Pour le médecin:
Une auto-injection accidentelle peut affecter temporairement les fonctions reproductives chez
l’homme et la femme, ainsi que la grossesse chez la femme enceinte. Si une auto-injection d’Improvac
est suspectée, la physiologie reproductive doit être suivie en mesurant les taux testostérone ou
d’oestrogène (selon le cas). Le risque d’avoir des conséquences physiologiques est proportionnel au
nombre d’injections. La suppression des fonctions gonadiques d’un point de vue clinique doit être
suivie avec un traitement de substitution endocrinien jusqu’au retour à la normale. Le patient doit être
20
mis en garde de ne plus administrer Improvac et/ou tout autre produit ayant une action similaire dans
le futur.
Interactions médicamenteuses :
Aucune information n’est disponible concernant l’innocuité et l’efficacité de ce vaccin lorsqu’il est
utilisé avec un autre médicament vétérinaire. Par conséquent, la décision d’utiliser ce vaccin avant ou
après un autre médicament vétérinaire doit être prise au cas par cas.
13. PRÉCAUTIONS PARTICULIÈRES POUR L’ÉLIMINATION DES MÉDICAMENTS
VÉTÉRINAIRES NON UTILISÉS OU DES DECHETS DÉRIVÉS DE CES
MÉDICAMENTS, LE CAS ÉCHÉANT
Tous médicaments vétérinaires non utilisés ou déchets dérivés de
 Eleveur vacciné

15 18-Aoû-2009 23:34 (il y a 9 ans 1 mois 3 jours)

Dans ma vie, j'ai castré des dizaines de milliers de porcelets.
On peut donc considérer que je suis, comme tous les éleveurs un expert du comportement animal.
J'AFFIRME, que si l'opération est effectuée rapidement, la douleur ressentie par le porcelet reste tolérable. L'opération réalisée par un éleveur entrainée, ne dure que quelques secondes. L'animal, dont on ne peut nier la souffrance, ne la supporte que pendant un temps très court. Une dizaine de minutes plus tard, on peut constater que les porcelets opérés, se joignent à leurs soeurs pout téter leur mère. Il serait cependant possible d'utiliser un anesthésique local sous forme de spray ou à la rigueur injectable (comme chez le dentiste) pour diminuer encore la douleur.
Mais cette histoire de "vaccin" n'a pas de sens et ne serait d'ailleurs pas comprise par le consommateur qui demande au contraire à ce que la viande soit produite avec le moins possible de produits vétérinaires.
Il est impensable que les éleveurs soient obligés de piquer systématiquement et en plus 2 fois des porcs en engraissement. Le bien-être des porcs oui mais n'oublions pas le bien-être des éleveurs !
De plus, allons nous exiger que les porcs produits au Brésil, au Canada et aux USA soient "vaccinés" de cette façon ?
Et je ne parle même pas des Russes et des Chinois !
Dans la compétition mondiale, nous allons subir une distorsion de concurrence supplémentaire et cela signifie donc à terme plus de CHÔMAGE.

Seuls les utilisateurs inscrits peuvent ajouter des messages sur le forum

Vous n'êtes pas encore utilisateur de 333?inscrivez-vouset accédez aux cours du porc, au moteur de
recherche,...C'est gratuit et rapide
Etes vous enregistré dans 333?LOGINSi vous avez oublié votre mot de passe nous vous l'envoyons ici