Forum

Le déchet vert

 Kervilon

1 04-Jun-2009 20:25 (il y a 13 ans 3 mois 21 jours)

Le virus YAB, nouvelle pandémie catodique de niveau 12 s'apprête à polluer la planète.
Sur tous les écrans du monde, doté d'un budget à faire pâlir Hollywood, le bobo en hélico qui nous toîse de haut va nous faire la peau.
Mais ce qu'il ne sait pas, c'est que nos puissantes organisations professionnelles ont fourbi leurs ripostes et que nos responsables responsables (ce n'est pas une répétition mais un espoir)lui feront ravaler son fiel.
L'escroc-logiste à la mode va sauter en vol!!!
Alors, pas de panique camarade éleveur.
 bamania

2 04-Jun-2009 20:40 (il y a 13 ans 3 mois 21 jours)

si nos responsables sont aussi doués dans leurs objectifs qui leur a été donner on est foutu!!!!!!!!!!!!!!!
 fiscal

3 05-Jun-2009 0:36 (il y a 13 ans 3 mois 20 jours)

oui le lavage de cerveau va continuer par YAB.cette manipulation mentale a une emprise sur le telespectateur qui de plus est un consommateur.la dictature du bio commence par ce lavage de cerveau . faites comme moi envoyer un mail a france television apres ce type d'emission" propagande" pour dennoncer ce YAB qui avec son helico polue 40 fois plus qu'une voiture
 Picasso

4 05-Jun-2009 14:38 (il y a 13 ans 3 mois 20 jours)

-Vous me faite honte
-Vous ne comprennez pas la socité dans la quelle nous vivons
-Moi aussi (en temps qu'éleveur dit industriel) ses images me tordent parfois les boyaux
-Je pense malgrés tout que ce genre d"événement est profitable à l'avenir de la planéte et de nos enfants et petits enfants
-J'espére que la profession va ( au mieux ) rester indifférente car une réaction trop violente serait reconnaître une certaine culpabilité :"Quand on se sent morveux on se mouche"
-Cherchons plus-tôt s'il n'y a pas aussi , dans ce document événement des éléments de réflexion concernant l'avenir de notre métier...PAR EXEMPLE SE CONVAINCRE DES RAISONS QUI FONT QUE L'ALIMENTATION DE NOS PORCS SERA DE PLUS EN PLUS HONNEREUSE et pire de plus en plus en compétition avec celle de ceux de notre planete crient famine

-Je pense que nos responsables ont mieux a faire que de se jetter dans ce piége demandons leur plus-tôt de s'organiser pour créer les conditions de négociation de notre production à un prix rémunérateur
 jambon pied bon oeil

5 05-Jun-2009 19:21 (il y a 13 ans 3 mois 20 jours)

Picasso, si je te suis le fait de ne pas etre daccord avec cette religion naissante signifie que nous comprenions pas la societe dans la quelle nous vivons? Tu es eleveur, ces images tennuient, mais tu penses quelles sont profitables pour tes petits enfants (quel age ont ils?^^), jai tout de meme limpression que tu nes pas en phase avec tes idees! Cest plus ce genre dattitude qui me fait honte! Pour le prix remunerateur je ne vois pas le rapport avec ce YAB et son helico... Essaie au moins dappliquer tes belles idees (c'est dailleurs la conjoncture ideale!!!) avant de donner des lecons...
 jmb

6 05-Jun-2009 21:42 (il y a 13 ans 3 mois 20 jours)

nous sommes en periode electoral chacun fait sa pub .La seule chose que regarde 85% des consomateurs c est le prix .en plus je voudrais bien savoir l audience de cette emission si tu enleves les gens qui ,la regarde comme toi parce qu il se sente concerne
 pilou

7 06-Jun-2009 12:15 (il y a 13 ans 3 mois 19 jours)

que pensez vous de la définition suivante pour qualifier le bio : une alimentation pour des riches, faites par des pauvres.
 marredescours

8 06-Jun-2009 17:04 (il y a 13 ans 3 mois 19 jours)

Demain va déferler sur les écrans un film de propagande aux dimensions inouïes. Véritable char d’assaut écolo, Home sera projeté simultanément dans 130 pays, sur les écrans géants du Champ-de-Mars et de Central Park, sur YouTube, France 2, Al-Jezira, etc. Gratuitement bien sûr, comme tout bon lavage de cerveau. Avant même sa sortie, le film se paie le luxe d’être adoubé par les puissants, à commencer par ces nouveaux phares intellectuels que sont devenus Al Gore et le prince Charles. Notre bon Président s’y collera aussi, à pousser le dithyrambe obligatoire, sans trop se forcer d’ailleurs, puisqu’on apprend déjà, officieusement, que ce serait son « film préféré ».

Demain, il sera impossible d’échapper aux images forcément « sublimes », pas plus que l’on ne pourra ignorer le message du film, aussi lourdingue que les poches de Pinault, sponsor du projet : l’homme serait une blatte nocive pour la planète. Perché sur l’hélico, observant son monde avec bonté et paternalisme, Yann-Dieu assène prophéties glaçantes et déclarations dégoulinantes de sensiblerie. « Tout ce que tu vois n’est pas seulement un paysage, c’est le visage aimé de notre Terre. » Le tutoiement de la voix off cloue le bec et impose sa liturgie. On communie ad nauseam devant la beauté bio, écolo-guimauve d’un atoll en forme de cœur. La transe est accentuée par la musique, onirique à souhait, toute en trémolos vocaux et arrangements planants.

Yann-Dieu égrène sa vision binaire : homme - mauvais, Terre - jolie. Homme - parasite, Terre - richesse. Terre - notre maman adorée, homme - blatte. Pire que blatte - une blatte Sapiens sapiens. Vu d’en haut, c’est imparable : la blatte se démène dans les villes surchargées, aux fumées nauséabondes, accumulant les déchets, suçant l’eau, cultivant intensivement le sol. 200 000 ans que la blatte détruit ce que dame Nature a patiemment tissé en 4 milliards d’années. Cela ne peut plus continuer. Encore veut-on bien tolérer la blatte africaine ou inuite quand on la voit ramper dans le désert mauritanien ou polaire, traînant péniblement son barda. Brave petite blatte, économe de ses besoins, si belle dans son dénuement ! Touchantes images du making of où l’on voit Yann-Dieu, littéralement descendu du ciel, telle la bouteille de Coca-Cola dans Les Dieux sont tombés sur la tête, prendre un bain de foule parmi les indigènes. Blattes des pays pauvres, votre mode de vie est tellement tendance ! Il en va autrement de la blatte occidentale. Franchement, on a envie de l’écraser, cette blatte-là ! Lui faire bouffer les stations de pompage, les plates-formes off-shore, les usines qui puent, les aérodromes !

Quand il entend le mot culture, Yann sort son hélicoptère. Produit par Luc Besson, grand pourvoyeur de finesse devant l’Eternel, il nous assène quelques vérités grosses comme Las Vegas. Imagine-t-on combien il a fallu gaspiller de ressources fossiles pour construire cette ville inutile ? Terrifiantes images de mégalopoles : la bande-son devient angoissante, tendue. Los Angeles - quelle horreur ! New York, Dubaï - monstrueux ! Ne dirait-on pas des monolithes extraterrestres, de vilaines colonies venues de l’espace ? Et l’île de Pâques ? Ses habitants auraient mieux fait de s’occuper de leur forêt en péril plutôt que de perdre du temps avec de stupides statues. Regardez comme leur caillou est invivable maintenant !

Tous les Homère, Newton, Brunelleschi du monde ne sont rien à côté de la beauté sauvage d’une chute d’eau. La civilisation peut aller se rhabiller devant un éléphant gabonais galopant dans la brousse. « Les jeunes sont en quête de sens », dit le réalisateur, émerveillé par tant de cerveaux vierges à conquérir. « Il faut donner du sens à nos affaires », précise sans ciller François-Henri Pinault. Quel meilleur choix que de surfer sur l’hystérie collective du réchauffement climatique ? Judicieux marketing ! L’investissement dans la bonne conscience est rentable. Regardez les retombées presse ! La motivation des 88 000 salariés de Pinault grimpe en flèche. Les marques du groupe (Gucci, Sergio Rossi, Conforama, etc. - longuement énumérées au générique) récoltent leur onction écolo. La gabegie consumériste des hommes, ô combien vomie dans le film, se refait une santé dans un sympathique tour de passe-passe. Chez Sergio Rossi, on trouvera un « escarpin écologique » à 370 euros. Chez Gucci, un tee-shirt en coton bio, estampillé Home, 140 euros. Comme tout est simple, finalement. Après-demain, le char d’assaut sera dans les écoles. On va l’y envoyer « accompagné d’une fiche pédagogique ». La rééducation forcée a commencé. Nature contre culture... L’opportunisme contre le génie humain. Je frémis et je me sens un peu seul.

tire du commentaire de iegor gran(libe)
 Gilles

9 06-Jun-2009 19:06 (il y a 13 ans 3 mois 19 jours)

Je peut comprendre que cette "écolonistaion" des esprits par les médias vous ennuie gravement!! Seulement ,moi j'ai seulement 18 ans , je suis peut ètre un petit incrédule qui ne connait rien du monde et qui est plus sensible que vous à ce bourrage de crâne, OK!!! Mais a mois que vous soyer déja lobotomisé et que vous ne vous vous rendez pas compte de qui risque d'arriver à nos sols (je suis mois mème agriculteur) dans quelques années si nous continuons comme ca (au sols et à d'autres choses); Les gens comme YAB sont la pour ouvrir les yeux a nos vieux qui pendant plusieurs années ont subit eux aussi un LAVAGE DE CERVEAU ,par les grandes firmes phytosanitaires et autres, Monsanto et compagnie. Ces pourritures leur ont fait totalement perdre le sens vrai du métier d'agriculteur , la production de ressources gràce à l'agronomie, et la zootechnie , non pas gràce à l'industrie pétrolière et phytosanitaires!!. Alors peut ètre suis je un jeune con, mais je vous souhaite d'ouvrir les yeux, et de changer vos pratiques avant qu'il ne soie trop tard.
 Amont

10 06-Jun-2009 19:35 (il y a 13 ans 3 mois 19 jours)

tu as raison Gille d'être sensible à ces messages ; moi aussi je le suis !
maintenant, il ne faut pas tout avaler bêtement et faire preuve de dicernement. Les mentalités de nos collègues sont lentes à évoluer, mais tu es sur la bonne voie...
 l'autre pierre

11 06-Jun-2009 19:35 (il y a 13 ans 3 mois 19 jours)

Tribune de l’écrivain Iegor Gran le journal Libération, le 4 juin 2009.


"Demain va déferler sur les écrans un film de propagande aux dimensions inouïes. Véritable char d’assaut écolo, Home sera projeté simultanément dans 130 pays, sur les écrans géants du Champ-de-Mars et de Central Park, sur YouTube, France 2, Al-Jezira, etc. Gratuitement bien sûr, comme tout bon lavage de cerveau. Avant même sa sortie, le film se paie le luxe d’être adoubé par les puissants, à commencer par ces nouveaux phares intellectuels que sont devenus Al Gore et le prince Charles. Notre bon Président s’y collera aussi, à pousser le dithyrambe obligatoire, sans trop se forcer d’ailleurs, puisqu’on apprend déjà, officieusement, que ce serait son « film préféré ».
Demain, il sera impossible d’échapper aux images forcément « sublimes », pas plus que l’on ne pourra ignorer le message du film, aussi lourdingue que les poches de Pinault, sponsor du projet : l’homme serait une blatte nocive pour la planète. Perché sur l’hélico, observant son monde avec bonté et paternalisme, Yann-Dieu assène prophéties glaçantes et déclarations dégoulinantes de sensiblerie. « Tout ce que tu vois n’est pas seulement un paysage, c’est le visage aimé de notre Terre. » Le tutoiement de la voix off cloue le bec et impose sa liturgie. On communie ad nauseam devant la beauté bio, écolo-guimauve d’un atoll en forme de cœur. La transe est accentuée par la musique, onirique à souhait, toute en trémolos vocaux et arrangements planants.
Yann-Dieu égrène sa vision binaire : homme - mauvais, Terre - jolie. Homme - parasite, Terre - richesse. Terre - notre maman adorée, homme - blatte. Pire que blatte - une blatte Sapiens sapiens. Vu d’en haut, c’est imparable : la blatte se démène dans les villes surchargées, aux fumées nauséabondes, accumulant les déchets, suçant l’eau, cultivant intensivement le sol. 200 000 ans que la blatte détruit ce que dame Nature a patiemment tissé en 4 milliards d’années. Cela ne peut plus continuer. Encore veut-on bien tolérer la blatte africaine ou inuite quand on la voit ramper dans le désert mauritanien ou polaire, traînant péniblement son barda. Brave petite blatte, économe de ses besoins, si belle dans son dénuement ! Touchantes images du making of où l’on voit Yann-Dieu, littéralement descendu du ciel, telle la bouteille de Coca-Cola dans Les Dieux sont tombés sur la tête, prendre un bain de foule parmi les indigènes. Blattes des pays pauvres, votre mode de vie est tellement tendance ! Il en va autrement de la blatte occidentale. Franchement, on a envie de l’écraser, cette blatte-là ! Lui faire bouffer les stations de pompage, les plates-formes off-shore, les usines qui puent, les aérodromes !
Quand il entend le mot culture, Yann sort son hélicoptère. Produit par Luc Besson, grand pourvoyeur de finesse devant l’Eternel, il nous assène quelques vérités grosses comme Las Vegas. Imagine-t-on combien il a fallu gaspiller de ressources fossiles pour construire cette ville inutile ? Terrifiantes images de mégalopoles : la bande-son devient angoissante, tendue. Los Angeles - quelle horreur ! New York, Dubaï - monstrueux ! Ne dirait-on pas des monolithes extraterrestres, de vilaines colonies venues de l’espace ? Et l’île de Pâques ? Ses habitants auraient mieux fait de s’occuper de leur forêt en péril plutôt que de perdre du temps avec de stupides statues. Regardez comme leur caillou est invivable maintenant !
Tous les Homère, Newton, Brunelleschi du monde ne sont rien à côté de la beauté sauvage d’une chute d’eau. La civilisation peut aller se rhabiller devant un éléphant gabonais galopant dans la brousse. « Les jeunes sont en quête de sens », dit le réalisateur, émerveillé par tant de cerveaux vierges à conquérir. « Il faut donner du sens à nos affaires », précise sans ciller François-Henri Pinault. Quel meilleur choix que de surfer sur l’hystérie collective du réchauffement climatique ? Judicieux marketing ! L’investissement dans la bonne conscience est rentable. Regardez les retombées presse ! La motivation des 88 000 salariés de Pinault grimpe en flèche. Les marques du groupe (Gucci, Sergio Rossi, Conforama, etc. - longuement énumérées au générique) récoltent leur onction écolo. La gabegie consumériste des hommes, ô combien vomie dans le film, se refait une santé dans un sympathique tour de passe-passe. Chez Sergio Rossi, on trouvera un « escarpin écologique » à 370 euros. Chez Gucci, un tee-shirt en coton bio, estampillé Home, 140 euros. Comme tout est simple, finalement. Après-demain, le char d’assaut sera dans les écoles. On va l’y envoyer « accompagné d’une fiche pédagogique ». La rééducation forcée a commencé. Nature contre culture... L’opportunisme contre le génie humain. Je frémis et je me sens un peu seul."
 léon

12 07-Jun-2009 7:54 (il y a 13 ans 3 mois 18 jours)

Grâce à nos amis écolo certains d'entre nous détruisent , à grand renfort d'électricité d'origine nucléaire , l'engrais le plus bio qu'il soit... Cela au profit de l'industrie chimique ! Un exemple de la bétise ignarde de ces passionnés de "la terre vue de la ville"...
Demain, avec un peu de malchance , on se rappelera pourquoi on a inventé les produits phytosanitaire . Par exemple pour éviter les famines ou les intoxications alimentaires...
Nos vieux doivent se frapper la tête contre les planches de leurs cerceuils pour nous voir ainsi renier , oublier les soufrances d'entemps... Yab devrait plutôt remonter le temps , il se baladerait à pied dans cette nature sauvage , contemplatif certes , mais rapidement mourrant de faim , de maladie ou servant de déjeuner à une horde de cochons sauvages... Cela n'arrivera pas évidement.
Cet homme fait un beau métier , je l'envie. Il est "propre". Nous on est des cons qui polluent, et contrairement à ses sponsors , on en vit même pas !
 Amont

13 07-Jun-2009 9:37 (il y a 13 ans 3 mois 18 jours)

soyons pragmatiques :
- qui aujourd'hui peut nier la déterrioration de notre planète par l'activité humaine ? pollution atmosphérique, pollution des eaux (pas seulement en Bretagne et pas seulement d'origine agricole...), déforestation...
- qui peut nier qu'encore 800 millions d'hommes sur la terre souffrent de la faim ?

- qui peut nier que les indiens et les chinois, et pourquoi pas un jour les africains voudrons d'un écran plasma et d'un téléphonne mobile ???

C'est vrai, YAB ne fait que dénoncer cela ; il apporte peu de solution, parce que aujourd'hui nous ne les avons pas ; Tout est à réinventer !
Seulement, tant que nous fermerons les yeux devant cette réalité, rien ne changera.
Concernant l'agriculture, je ne crois pas que le Bio sauvera la planète, mais notre agriculture (dite intensive) n'en n'est pas non plus la solution.

nb : il est aussi, forcément indispensable que la logique économique et marchande sur la planète évolue de manière à être compatible avec les efforts de production qui sont à faire, mais là c'est peut être encore plus complexe...
 Gilles

14 07-Jun-2009 9:53 (il y a 13 ans 3 mois 18 jours)

citation:
nb : il est aussi, forcément indispensable que la logique économique et marchande sur la planète évolue de manière à être compatible avec les efforts de production qui sont à faire, mais là c'est peut être encore plus complexe...


Il est bien évidément là le problème!! Ce n'est pas tellement la dictature du Bio ou des écolo endurcit comme YAB qui pourrissent l'existence, mais c'est ce gratin de politique ,de chefs d'entreprises et tout le tintouin qui font que nous somme aujourd'hui face au mur ,économiquement socialement et écologiquement.
Tant que "profit à défault d'autruie" sera la devise de nos dirigeants , nous ne some pas prèt d'inverser la situation .
 marredescours

15 07-Jun-2009 10:55 (il y a 13 ans 3 mois 18 jours)

le fait que des gents tel que yab montrent la terre se detruire a petit feu est utile pour tout le monde,mais il y a quelques points qui me font bondir:
-qui decidera un jour d'arreter de produire a outrance?
nous qui sommes producteurs polluont sans doute,mais qui nous a imposé des proteines uniquement d'origine oleagineuses?le porc n'est il pas homnivore?nous sommes donc pollueurs dans le sens que pour nourir nos animaux,nous importons du soja,mais qui nous y a contraint?
-aujourd'hui que des pays emmergeants arrivent sur le marche financier,nous leur faisons la moral en leur disant que s'ils vivent comme nous,ce sera de leur faute si la terre se detruit,mais que faisons nous depuis des decennies?
-l'ecologie commence chez nous,et devant la porte de chacun des pays dit"riches",c'est a dire que pour des raisons de mondialisations,on se permet de bouder des produits francais entre autre pour notre pays,et on prefere un autre produit parce qu'il est moins cher.si telle etait une volonte de ne plus polluer,je pense qu'il y a assez d'agriculteurs en france toutes productions confondues pour satisfaire le consommateur francais
-parlons un peu du fleuron francais qui est l'automobile,nos politiciens nous disent qu'il est bon de rouler francais,mais que font'ils?ils se permettent de creer de nouveaux impots pour les generations futures a grands coups de milliards alors que ces meme dites voitures francaises sont produites en republique tcheque???de qui se moque t'on??
la voiture a air comprime existe depuis des decennies mais il est tellement plus agrable de taxer un petrole a plus de 80%,petrole qui manquera inexorablement un jour et qui en attendant sera de plus en plus l'arme financiere des riches

pour ces quelques raisons et bien d'autres j'estime ne pas avoir a recevoir des lecons de gents qui n'ont qu'une envie,se faire du fric sur mon dos.j'estime aussi faire de mon mieux pour ne pas polluer,avec les moyens de production que l'on veut bien m'accorder,mais comme bizness is bizness est ce qui fait avancer le monde,sur conseils des coops et des banques,il faut que je sorte un max de kilos par truies,et tout cela bien sur en ne polluant pas

Seuls les utilisateurs inscrits peuvent ajouter des messages sur le forum