le rouleau compresseur allemand

 iti

1 05-Jun-2010 12:25 (il y a 8 ans 3 mois 16 jours)

il y a un article dans ouest france de ce jour sur la cooperl qui dénonce les distortions de concurrence avec nos collègues allemands.
je me souviens m'etre accroché avec un responsable de cooperl a un space ,il y a quelques années;je lui disait justement que c'était une grave erreur d'accepter sans cesse de nouvelles contraintes qui pénalisent nos prix de revient.
ce brave homme,m'avait répondu que les éleveurs avaient toujours su s'adapter et que ça continuerai.
je lui avait répondu qu'a force de se serrer la ceinture ,on finirai par crever.
j'ai également eu l'occasion de rencontrer au cours des 15 dernieres années des responsables danois ,allemands,polonais dans leurs pays respectifs.ils sont tous sur la meme longueur d'onde ,résumée par la réflexion du responsable smithfield pologne qui nous avait dit:
"la bataille de la production porcine est d'abord une bataille du prix de revient avant d'etre une bataille du prix de vente,et seuls les bassins de production ayant le prix de revient le plus faible survivront."
les allemands nous avaient dit,alors qu'a l'époque ils produisaient 80% de leurs besoins:dans 10 ans nous serons exportateurs.ils se sont données des objectifs et les moyens de les atteindre.les résultats sont là.
si nos responsables professionnels avaient eu ces raisonnements,nous ne serions pas dans la situation ou nous sommes.
quand on lit les revues des chambres d'agriculture du moment,certains responsables semblent découvrir l'intéret de se préoccuper du prix de revient!!!!!!
 filou

2 08-Jun-2010 20:27 (il y a 8 ans 3 mois 13 jours)

iti tu comprends pourquoi les eleveurs associes existe financer le moins possible nos coops et abaisser notre prix de revient.bcp d eleveurs sont encore trop riches ...
 pascal

3 08-Jun-2010 20:44 (il y a 8 ans 3 mois 13 jours)

ok pour baisser mon cout de production mais pour gagner plus pas pour perdre moins à chaque fois que nous avons amélioré nos couts de productions nous en avons fais cadeaux au coop,et gms à chaque fois nous et les consommateurs sommes les grands perdants.
 rené

4 09-Jun-2010 8:21 (il y a 8 ans 3 mois 12 jours)

la divulgation de vos résultats économiques favorisent cet état de fait.
l'existence de multiples organisations(crp inaporc ugpvb,.. etc) fait que l'on ne parle d'une seule et meme voix.
 pascal

5 11-Jun-2010 12:08 (il y a 8 ans 3 mois 10 jours)


56 millions de porcs abattus


L'Allemagne, centre de l'Europe porcine

(Réussir Porcs Juin 2010 - 11/06/10)


L'Allemagne est aujourd'hui autosuffisante à 110 % et rien n'indique que l'appétit de ses trois principaux abattoirs porcins va s'essouffler. Explications.


L'Allemagne conforte sa position de leader européen, avec des abattages qui ne cessent d'augmenter. C'est ce qui ressort de toutes les statistiques disponibles, et de l'analyse de Bert Van Meer, de Topigs International, invité à l'assemblée générale du MPB. Il précise que trois grands groupes allemands (Tönnies, Vion et Westfleich) réalisent 52 % des abattages de porcs en Allemagne, et 40 à 50 % des volumes partent à l'exportation. Aujourd'hui, l'Allemagne, avec ses 56 millions de porcs abattus, est autosuffisante à 110 %. Mais Bert Van Meer prévoit que le développement de l'abattage et l'appétit des principaux industriels du secteur pourrait porter ce taux à 120, voire 140 %.

L'Allemagne se positionnerait donc au coeur d'un bassin porcin d'Europe du Nord, où les Pays-Bas et le Danemark deviendraient des fournisseurs de porcelets pour l'Allemagne. En 2009, ce sont ainsi 6 millions de porcelets en provenance du Danemark et 3 millions de porcelets en provenance des Pays-Bas qui sont allés se faire engraisser et abattre en Allemagne. Conséquence, l'abattage danois souffre et Bert Van Meer annonce que Danish Crown, en forte restructuration, voit son hégémonie faiblir, et n'abat « plus » que 70 % des porcs danois, concurrencé par Tönish. Au niveau de la production, les élevages s'orientent vers le naissage avec des ateliers de grande taille, d'où la prévision d'une production danoise de 1000 élevages possédant chacun 1000 truies. Même évolution aux Pays-Bas où d'autres raisons contribuent à favoriser le naissage : les droits à produire, le coût dû à la gestion du lisier (20 €/m3), la frilosité des banques, l'opposition sociétale aux « méga porcheries ». Résultat, l'an passé, les Pays-Bas ont exporté 40 % de leur production en vif.
Selon les organisations des États membres, l'ensemble constitué par l'Allemagne, le Danemark et les Pays-Bas devrait voir ses abattages augmenter de 2,7 % en 2010. Une progression qui sera compensée par une baisse annoncée de la production espagnole avec, au final, une production de l'UE stable (entre 0,7 % et 1,2 %) pour 2010. Cette organisation de la production qui se dessine en Europe du Nord n'est pas sans risque. Un scénario catastrophe serait celui d'un épisode sanitaire (fièvre aphteuse…) qui bloque les déplacements d'animaux vivants. « Si cela arrive, nous sommes morts ! », reconnaît Bert Van Mer.

 iti

6 11-Jun-2010 18:43 (il y a 8 ans 3 mois 10 jours)

allemagne:+5cc cette semaine
ils produisent moins cher et vendent mieux.
ils n'ont pas de filiere pour les pressurer!
 porc36

7 11-Jun-2010 22:45 (il y a 8 ans 3 mois 10 jours)

iti
ils sont plus malins et plus organisés
cooperl et autres ne sont que des rigolos, demain les allemands, danois sont chez nous et tant mieux

Seuls les utilisateurs inscrits peuvent ajouter des messages sur le forum

Vous n'êtes pas encore utilisateur de 333?inscrivez-vouset accédez aux cours du porc, au moteur de
recherche,...C'est gratuit et rapide
Etes vous enregistré dans 333?LOGINSi vous avez oublié votre mot de passe nous vous l'envoyons ici