les coops et la fnsea sont LES CANCERS DE L AGRICULTURES

 olmer

1 07-Déc-2010 13:03 (il y a 7 ans 9 mois 16 jours)

oui je le répète,hélas,car je ne vois rien évolué positivement,les prix de ventes sont toujour aussi bas(lait porcs bovin etc) et il ne se passe rien rien encore rien et toujour rien........
 chti

2 07-Déc-2010 13:42 (il y a 7 ans 9 mois 16 jours)

cette semaine le producteur allemand va toucher 1.4 du kilo de carcasse
le belge et le néerlandais 1.31, le roumain 1.5, le producteur français 1.245 parce qu'il y a de la neige et que la semaine dernière il y avait un jour férié et que la semaine prochaine il y a une greve des fonctionnaires et que la semaine suivante il y a encore un jour férié etc etc,
les cancres sont les crétins qui mettent leurs porcs au MPB et qui laissent vivre un systeme corrompu qui se gave sur leur dos pour mieux les assouvir.
 stepha10

3 07-Déc-2010 14:01 (il y a 7 ans 9 mois 16 jours)

ca y est JEAN MICHEL a larguer le morceau!!!
 stepha10

4 07-Déc-2010 14:10 (il y a 7 ans 9 mois 16 jours)

on pensait que la neige aurait fondu de 10cm ,elle a totalement fondu a la surprise generale .Cette fois c'est foutu , les cours ne monterons plus !
 Léon

5 07-Déc-2010 20:50 (il y a 7 ans 9 mois 16 jours)

Ce qui m'étonne le plus , c'est le niveau de réflexion de nos fins stratèges. Quel avenir imaginent t-ils pour notre métier ?
J'ai le sentiment qu'ils ne gèrent que l'instant , embourbés eux-même dans le mille feuilles réglementaire qu'ils ont cautionné. De fait , seul l'insistance du napalm pourra décrotter la situation. Et , nous y sommes...
Le cancer n'est pas une maladie spontanée , si cette gestion catastrophique de la situation existe ,c'est que le mal etait déjà présent. On l'aura admis , on aura manqué d'exigeance...
Mais ça continue , notre race est en majorité un bel exemple de chair à canon.Ceux qui est parfaitement dérangeant c'est qu'on crève d'un système coop. qu'on a créé. Et au nom de cette belle idée , beaucoup trop crèvent sans se battre !?
Les rapports de force changeront donc ,à force d'user , de ruiner la masse consentante.
J'imagine un avenir clément , avec des outils coop qui ne feront pas le plein de came , qui devront sans doute dealer avec des "émancipés" de la crise ,la fourniture de leurs outils , bref , que du bonheur...
Du moin pour ceux qui retiendront de cette épisode désastreu de notre métier , les leçons pour continuer à exister véritablement dignement.
En attendant , parcequ'il neigait , je vais "offrir" des p4 à mon client . Plus lourd et moin chère !
C'était pas leur faute , c'était pas la mienne non plus , mais comme d'hab. c'est l'éleveur qui va se faire niquer !
C'est une habitude qui aura tôt ou tard un retour de politesse...
 jp

6 08-Déc-2010 18:35 (il y a 7 ans 9 mois 15 jours)

chère collègues éleveurs,est ce que votre président de coop et ses administrateurs font préssion sur l abattoir ou demandent des comptes?
de mon coté de lamballe il ne se passe strictement rien,silence totale,l aliment peut flamber a 300 euros tonne,bref tout va bien!! ALORS OUI NOS COOPS SONT LE CANCER DE NOTRE METIER
 lili

7 08-Déc-2010 20:49 (il y a 7 ans 9 mois 15 jours)

En production laitière , on s'organise en mettant rn place un office du lait . Pensez vous que dans la production porcine cela peut etre réalisable ?

Communiqué Office du Lait



Suite aux dernières dispositions officielles concernant la filière laitière l’Office du lait appelle les producteurs de lait à adhérer à sa structure pour former une OP (Organisation de Producteurs), dans le cadre de la réforme en cours (décret, agrément,…), avec possibilité de déclinaisons régionales (seuil des règles de concurrence).
En opposition avec ce qui se dessine sur le terrain

l’Office du lait reste indépendant, transversal et transparent tout en permettant à chaque producteur de continuer à travailler avec sa laiterie.

S’y engager c’est :

- Donner mandat pour une négociation globale et juste, dont l’objectif principal reste un prix minimum lié à la réalité des coûts de production.
- Donner mandat pour une négociation globale sur l’uniformisation européenne des normes de qualité.
- Assurer une représentativité démocratique des producteurs.
- Refuser le double prix, double quota.
- S’engager dans une forme de gestion et de maîtrise de la production.
- Affronter, unis, la contractualisation.

Rapidement, des réunions de secteur seront organisées pour présenter les détails de la stratégie et des objectifs de l’Office du lait. Mais d’ores et déjà, il est capital :

- Pour les producteurs du secteur privé :
* De ne pas s’engager dans les OP entreprises (verticales), mais de préférence à l’Office du lait, un producteur ne pouvant adhérer qu’à une seule OP.
* De ne signer aucun contrat, l’engagement individuel n’étant absolument pas obligatoire (seule l’entreprise collectrice aura obligation de proposer un contrat, mais en aucun cas d’imposer…).

- Pour les producteurs du secteur coopératif :
* Les coopératives laitières de par leurs statuts juridiques, peuvent devenir de facto des OP après demande et obtention de l’agrément. Si l’agrément est obtenu, les producteurs concernés devront obligatoirement adhérer.
L’unique possibilité pour ces producteurs, pour au moins avoir le choix d’adhérer à une autre structure telle que l’office du lait, réside dans la pression exercée, par tous moyens légaux dont ils disposent, pour éviter que leur entreprise ne demande l’agrément et ne devienne OP.
D’ailleurs l’Office du lait se bat déjà pour supprimer ce privilège accordé aux coopératives.

Le tournant que prend la filière laitière est capital pour notre avenir.
Le défi qui se présente est sans doute celui de notre génération,
A nous PRODUCTEURS DE LAIT de nous organiser pour le relever.

Paul de Montvalon
Président de l’office du lait

 sity

8 08-Déc-2010 21:16 (il y a 7 ans 9 mois 15 jours)

Lili,si le secteur lait s'en sort un peu mieux,il est tout simplement politique et environnementale,certaine activité agricole resteront fortes et plus que d'autres,meilleur image au yeux du public par exemples, etc....
 Léon

9 09-Déc-2010 23:04 (il y a 7 ans 9 mois 14 jours)

A Lili
A ta question ma réponse est oui. J'imagine une OP intelligente permettant de réunir les moyens "objectifs" permettant de réaliser notre mission quotidienne. Ces moyens (conseil juridique , environmt, tk etc...)sont aujourd'hui des piliers du système actuel. S'il y avait une alternative cohérente je suis convaincu que beaucoup signeraient.
les coop ont suffisament abusé de leur pouvoir. Rare sont celles qui vont véritablement dans l'intérêt de leurs adhérents , parceque le véritable pouvoir est détenu par des cadres opportunistes. A l'image de ce qui se passe dans d'autres secteurs activités , si les dirigeants deviennent des profiteurs sans soucis de la continuité de l'activité , l'entreprise est en sursis...
Je suis convaincu , à observer nos cadres, que nous avons beaucoup trop délégué à des personnes en mode " gestion court terme".
Le péalable à un futur plus intelligent c'est ce que nous vivons...


 jeune motive

10 09-Déc-2010 23:50 (il y a 7 ans 9 mois 14 jours)

Les coops ne sont pas un cancer : elles sont un SIDA.
C'est bcp plus pernicieux, elles ne se disent pas responsables tout en participant activement, elles ne se disent pas intéressées tout en pompant le fric sans le redistribuer, elles se disent solidaires tout en faisant le contraire (investissements non controlées dans des activiés annexes et délocalisées), et surtout elles se disent transparentes et à l'image de leurs coopérateurs alors qu'elles sont conduites comme des boîtes privées et leurs paysans sont simplement des N° de clients !
Le statut coopératif est donc uniquement un avantage fiscal ou un risque médical ? Merci de nous dire CHTI.
 chti

11 10-Déc-2010 8:15 (il y a 7 ans 9 mois 13 jours)

si certains de nos dirigeants profitent abusivement de la faiblesse du systeme.
c'est que le système est faible.
il faut remonter à la génèse de la société coopérative pour comprendre.
C'est un statut d'origine marxiste qui ne reconnait pas le capital et la valeur des apports qui y sont fait.
Dans la collectivisation soviétique, ou roumaine, les paysans ont du amener leurs terres dans des coopérative en échange du droit à y travailler. Le droit de chacun quelque soit son apport est le même, il en résulte qu'il n'y a pas de leader. Le représentant de la coopérative n'est jamais un être économiquement plus intéressé mais un doctrinien politique devant garder les brebis dans la bergerie, et faire en sorte que celle ci travaillent à la gloire de la sainte coopérative.
La valeur du capital n'étant pas reconnu, les profits fait par celle ci ne profitent qu'à elle même puisque les apports ne sont pas reconnus ni rémunérés. etc etc.
Nos parents ont été à l'école dans les années d'après guerre 45/60. Et il y a quelque chose que l'histoire oubli un peu c'est que la 2 eme guerre mondiale a été en europe quasi exclusivement gagné par les soviétiques. La résistance allemande sur le front de l'ouest a été plus que modérée comparativement à la haine du russe exprimé par les nazis sur le front de l'est.(les soviets auraient gagné la guerre seul mais pas les alliés. avis personnel).
Le problème c'est que les gens de phylosophie gauchiste s'en sont à l'époque rendu compte et en ont tiré la conclusion attive que ce système était très efficasse, et c'est dans les milieux enseignants du primaire jusqu'aux milieux d'enseignements supérieurs que la concentration de telles personnes était la plus forte.
C'est ainsi que nos chers parents ont été éduqués par des collectivistes, et même dans des milieux encrés à droite on en a pris un bon coup sur la caftière sans s'en rendre compte.
Le problème ne serait pas très grave si l objet des coopératives se limitait à la mise en commun de moyens pour la mise en marché de produit agricole, car celà ne nécessite en général peu de moyens et cette idée est généralement louable. Le problème est que dans de très nombreux cas l'on a fait croire aux paysans qu'il était nécessaire d'investir dans la transformation pour garder des débouchés. Ce qui est toujours une connerie, le marché des capitaux fait qu'une activité rentable n'est jamais abandonnée par le secteur privé.
Mais le plus grave c'est qu'à partir où l'on accepte de capitaliser une entreprise l'on en assume les risques.
Et qu'en la matière le statut coopératif a complétement oublié un paramètre capitalistique; c'est la rémunération du risque. Celle ci correspond au risque inverse à la faillite et à la perte du capital, donc à la revalorisation de celui ci en en cas de réussite.
Dans un certains nombres de cas les dirigeants les plus judicieux de ces coopératives aidés par le fait de ne pas être fiscalisée et de ne pas avoir à rémunérer leur actionnaire ont développé de très belles entreprises en affectant année après année les résultats aux réserves. La complexité des structures et de leurs gestions ont fait que les paysans devant être les garants de l'intérêts des coopérateurs ont été largués en rase campagne et relegué au simple role de fournisseur à qui l'on paie un coup à boire de temps en temps.(Je l'ai déjà dit mais je le répète, le principale tort des paysans ayant accepté la mise en route de telles entreprises est de pas avoir envoyé leurs enfants à l'école suffisamment longtemps pour en garder le controle intellectuel)Dans un certains nombres de cas nous sommes à mes yeux à la limite du détournement de biens sociaux.
Nous en somme là mais pour changer les choses il faut d'abord les comprendre.
 hervé

12 10-Déc-2010 18:28 (il y a 7 ans 9 mois 13 jours)

" rare sont celles qui vont véritablement dans l'intérêt de leurs adhérents"
C'est forcément celle de léon où les cades ne sont pas des opportunistes, pense-t-il.
A priori léon observe les cadres des autres et il aperçoit beaucoup d'incompétence et oublie de se regarder dans la glace et là c'est le terreau de l'incompétence.
De toute évidence léon est chargé de revanche (stérile car inexistant) et la majorité de ses interventions en sont la preuve.
Certains parlent de "roquet"
 Léon

13 10-Déc-2010 19:49 (il y a 7 ans 9 mois 13 jours)

VT2F honorable inconnu...
 jeune motive

14 10-Déc-2010 20:00 (il y a 7 ans 9 mois 13 jours)

Hervé,
Le "roquet" dont tu parles, je pense que c'est toi. En fait, non, tu es un "âne" ! Toujours frustré de la scission LT-Porfi ... La revanche, elle est dans ton commentaire.
Dans mes propos le concernant, je lui reproche (pour l'avoir rencontré à l'époque) de ne pas avoir été au bout de "leurs idées".
Sans doute trop compliqué et pas génétiquement acceptable. C'est dommage, parce que vu ce qui se passe aujourd'hui, ils ont encore perdu 3 ans. Pour ceux qui sont encore là et LIBRES. Même en Pen Ar Bed (au bout du monde pour traduire)
Il faut du temps pour apprendre quand on est mal entouré : mais je rassure tout le monde, il est bien entouré ! Attention Léon de vivre en vase clos ! Le tri prend quand même du temps, non ? mais il se fait.
 ultra

15 10-Déc-2010 20:27 (il y a 7 ans 9 mois 13 jours)

a chti:
ce que tu dis est vrai,mais c'est meme plus grave que ça,car les fondateurs des coops etaient des communistes convaincus et il reste beaucoup de marxisme chez les administrateurs et les responsables pros actuels.
je dirais aussi ,chez pas mal de producteurs.
ce pays est pourri de marxisme,d'où les raisonnements débiles et antiéconomiques qui sont monnaie courante.
pendant ce temps l'allemagne fait +3cc cette semaine.

Seuls les utilisateurs inscrits peuvent ajouter des messages sur le forum

Vous n'êtes pas encore utilisateur de 333?inscrivez-vouset accédez aux cours du porc, au moteur de
recherche,...C'est gratuit et rapide
Etes vous enregistré dans 333?LOGINSi vous avez oublié votre mot de passe nous vous l'envoyons ici